Elon Musk a un « super mauvais pressentiment » quant à l’avenir économique proche de son entreprise. Il a décidé de geler toutes les embauches Tesla, et pourrait même réduire les effectifs de près de 10 %.

Alors que Tesla n’a jamais autant enregistré de commandes, et que le plan de développement de l’entreprise semblait au beau fixe, Elon Musk tire d’un coup la sonnette d’alarme. Effet d’annonce ou véritable prise de conscience du chef d’entreprise ? C’est au travers d’une note interne, republiée par Reuters, que l’on apprend le gel des embauches et les potentiels licenciements. Nul doute qu’après les dernières annonces d’Elon Musk vis-à-vis du télétravail, tout ceci va encore faire des vagues.

En voyant les résultats de Tesla sur les derniers mois, on pourrait penser que l’entreprise se porte bien. Lors de l’inauguration de Gigafactory du Texas, rien ne laissait penser que Tesla pourrait avoir à réduire la voilure. La marque semblait lancée pour atteindre les étoiles avec ses nouveaux sites de production et des carnets de commandes bien remplis.

Pourquoi ce gel des embauches si soudain chez Tesla ?

Au-delà des difficultés rencontrées localement par les usines Tesla, ce sont aussi les perspectives économiques mondiales qui semblent inquiéter Elon Musk. Il faut dire que le contexte actuel n’est vraiment pas favorable aux constructeurs d’automobiles électriques. Entre les pénuries de semi-conducteurs et les cours des matières premières en hausse, y compris pour le lithium, composant principal des batteries, tous les constructeurs subissent de plein fouet cette nouvelle crise. Pour Tesla, il s’ajoute à cela la fermeture de l’usine de Shanghai pendant près d’un mois à cause du confinement de la ville pour des cas de covid, et les autres usines qui peinent à augmenter le rythme de production.

tesla_gigafactory_shanghai
Tesla Gigafactory Shanghai // Source : Tesla

Alors, face à la récession qui pourrait toucher l’économie mondiale, Elon Musk semble préférer prendre les devants. Il indiquait lors d’une conférence mi-mai : « Je pense que nous sommes probablement en récession et que cette récession va s’aggraver. Ce sera probablement difficile pendant, je ne sais pas, un an, peut-être 12 à 18 mois, c’est généralement le temps qu’il faut pour qu’une correction se produise. »

Tesla compte plus de 100 000 employés et avait encore lancé près de 5 000 embauches il y a peu. Cette décision, aussi brutale que le ton de ses notes internes, a de quoi surprendre. Chez Tesla, tout va très vite, dans un sens comme dans un autre. Les baisses comme les hausses des prix, les délais ou bien les embauches peuvent vite passer d’un extrême à un autre, aussi versatiles que les tweets d’Elon Musk.

Des départs volontaires ou des licenciements ?

Elon Musk aurait annoncé dans un email interne 10 % de réduction dans les effectifs Tesla. Une partie de ces départs pourraient être supportés par des salariés qui décident de partir d’eux-mêmes après les annonces de fin du télétravail. 40 heures de travail minimum et surtout plus de télétravail, cela pourrait pousser vers la sortie une partie des 10 % de coupe dans les effectifs souhaitée.

Il restera à voir dans quel genre de services Tesla va poursuivre la baisse des effectifs. Est-ce que cela va concerner des projets spéciaux à l’image de son robot humanoïde ? Cela semble surprenant vu les annonces récentes — il va le présenter en septembre. Ou bien cela va-t-il toucher d’autres services de R&D, d’engineering ou de support directement, en lien avec les voitures électriques du constructeur ?

Mise à jour du 03/06 à 17h50 : Elon Musk a précisé que les licenciements ne concerneraient que certains types d’employés de la firme. Les employés payés à l’heure ne risquent pas de perdre leur travail et les embauches ne sont pas suspendues pour ces profils. Les contrats à l’heure s’adressent essentiellement aux postes en usine pour la fabrication des voitures et batteries, certaines fonctions commerciales et pour les installateurs de toits solaires. Par contre, les employés ayant des contrats « salaried », qui s’apparentent à un statut cadre en France, sont visés par cette annonce. Elon Musk considère qu’il y a du sureffectif dans certains secteurs.