Depuis son annonce en novembre 2019, le Tesla Cybertruck est un véhicule très mystérieux. Elon Musk a lancé sa commercialisation le 30 novembre, ce qui permet enfin d’en savoir plus sur le pickup. Avec beaucoup de changements en quatre ans.

Depuis son annonce en novembre 2019, le Tesla Cybertruck fait couler beaucoup d’encre tant son design est atypique. Il est le véhicule électrique qui a enregistré le plus grand nombre de précommandes, avec entre 1 à 2 millions de réservations selon plusieurs estimations. Reste maintenant à livrer ces véhicules, si les acheteurs confirment leurs volontés. Le Tesla Cybertruck est officiellement disponible depuis le 30 novembre aux États-Unis.

Le même jour, dans une conférence diffusée sur le réseau X, Elon Musk a enfin dévoilé des détails sur le pickup électrique de Tesla. Le reste des caractéristiques est dorénavant disponible sur le site Tesla, avec de nombreux changements en quatre ans.

Motorisations, autonomies et performances

Il n’existe pas une seule version de Tesla Cybertruck, mais trois. Ce n’est pas une surprise, Elon Musk avait déjà annoncé ces trois déclinaisons en 2019. Cependant, toutes ces versions ne seront pas disponibles en même temps aux États-Unis, et rien n’a été confirmé pour l’heure en Europe :

  • Propulsion : 402 km (estimés), vitesse maximale de 180 km/h et un 0 à 100 km/h en 6,7 secondes. Ce modèle sera disponible en 2025.
  • Transmission intégrale : 547 km (estimés) et jusqu’à 755 km avec le prolongateur d’autonomie. Vitesse maximale également de 180 km/h et un 0 à 100 km/h en 4,3 secondes.
  • Tri moteur ou « Cyberbeast » : 515 km (estimés) et jusqu’à 705 km avec le prolongateur. La vitesse maximale peut atteindre 209 km/h et le 0 à 100 km/h est abattu en 2,7 secondes, comme une supercar.
Le Tesla Cybertruck en off-road // Source : Tesla
Le Tesla Cybertruck en off-road // Source : Tesla

Pour la recharge, le Cybertruck peut recevoir en courant continu jusqu’à 250 kW, mais avec quelques difficultés pour se garer devant les Superchargeurs. Ce qui permet au véhicule électrique de récupérer de 206 à 235 km en 15 minutes selon la version choisie.

Par rapport aux annonces de 2019, il est intéressant de noter que les autonomies réelles sont bien inférieures aux promesses d’Elon Musk. C’est la première fois que Tesla opère de tels changements.

Le poids, pas vraiment plume, du Cybertruck

Beaucoup d’inquiétudes concernaient le poids du Cybertruck. Même s’il reste une véritable baleine sur la route avec ses 5,68 mètres de long, cela aurait pu être bien pire sur la balance :

  • Transmission intégrale : 2 995 kg
  • Cyberbeast : 3 104 kg

Capacités de remorquage

Le Cybertruck dans sa version dual motor et tri motor peut tracter jusqu’à 4 990 kg (près de 5 tonnes). La version propulsion disposera d’une capacité de remorquage inférieure, avec seulement 3 400 kg tractable. Sa benne peut embarquer jusqu’à 1 100 kg de chargement.

Le Cybertruck offre un grand espace de rangement sécurisé avec 1 900 litres disponibles sous le volet de la benne verrouillable.

Des prix qui s’envolent

Autre changement : les prix. Lorsqu’Elon Musk a annoncé son grand pickup ultra-moderne en 2019, il promettait un prix d’entrée de 39 900 dollars. Un prix dont de nombreux spécialistes doutaient… et ils avaient raison :

  • Propulsion (2025) : 60 990 dollars, soit environ 56 000 euros.
  • Cybertruck transmission intégrale (dual motor) : 79 990 dollars, soit environ 73 500 euros
  • Cybertruck Cyberbeast (tri motor) : 99 990 dollars, soit environ 92 000 euros
Intérieur du Tesla Cybertruck // Source : Tesla
Intérieur du Tesla Cybertruck // Source : Tesla

Seules les versions à deux et trois moteurs sont pour le moment disponibles outre-Atlantique. La version d’entrée de gamme dite propulsion n’arrivera que plus tard dans les chaînes d’assemblage de la Gigafactory. Pas avant 2025, selon les premières annonces faites par la marque.

Autres innovations techniques du Cybertruck

Le Tesla Cybertruck est équipé de 4 roues directrices, un élément que l’on avait déjà eu l’occasion de découvrir aux travers des vidéos des tests routiers des premiers exemplaires. Elon Musk a quand même précisé que le Cybertruck avait un meilleur rayon de braquage que la Tesla Model S. Vu le gabarit de l’engin, c’est un plus.

Ce que l’on ignorait par contre, c’est que le Cybertruck embarquait la technologie steer-by-wire. Au lieu d’une colonne de direction mécanique, il s’agit d’une version électronique. À faible vitesse, lorsque le conducteur tourne le volant, le Cybertruck va tourner plus court, alors qu’à des vitesses plus élevées, les commandes de direction reprennent une démultiplication plus habituelle. C’est un système utilisé par le Lexus RZ450e avec le volant papillon, que nous avions testé.

innovation : steer by Wire du Tesla Cybertruck  // Source : Tesla
innovation : steer by Wire du Tesla Cybertruck // Source : Tesla

Afin de pouvoir gambader hors des sentiers battus, le Cybertruck est équipé d’un blocage de différentiel électromécanique pour les fonctions tout-terrain. Il dispose également d’une suspension pneumatique qui offre du confort et des capacités de franchissement avec une garde au sol qui peut atteindre 43,3 cm.

Le Powergate est la grande pièce à l’avant du véhicule reprenant le capot avec le bandeau LED et la calandre. On apprend que le hayon motorisé est doté de l’un des plus longs éléments d’éclairage à diodes électroluminescentes au monde sur un véhicule de tourisme. Le Frunk (coffre avant) révèle une banquette cachée pour deux personnes comme sur le Lucid Gravity, ainsi qu’un espace de rangement de plus de 200 litres.

Le Cybertruck a le plus long bandeau Led // Source : Tesla
Le Cybertruck a le plus long bandeau Led // Source : Tesla

La suppression des poignées de portes est aussi une innovation sur ce Cybertruck, mais il n’est pas certain que ce soit l’évolution la plus intuitive. Lors de la cérémonie de livraison, Elon Musk a dû jouer les portiers face à des clients perdus en l’absence de poignées.

Tous les délires d’Elon Musk n’ont pas été présentés

La conférence a une nouvelle fois confirmé que le Cybertruck était résistant aux balles (enfin plus spécifiquement que les portes l’étaient). Si l’on demande à Elon Musk de dire pourquoi il l’a fait, il répond : « et pourquoi pas ! »

Elon Musk et Franz von Holzhausen nous ont aussi joué en live un remake de la scène de la boule de pétanque de 2019. Sauf que cette fois-ci, le directeur du design n’a pas lancé une boule de pétanque après avoir tapé à la masse sur la portière, mais a simplement lancé une balle de baseball contre la vitre. Heureusement, celle-ci n’a pas été marquée par l’impact. L’honneur est sauf !

Franz a lancé la balle de baseball sur la vitre du Cybertruck, sans dégat // Source : Live Tesla
Franz a lancé la balle de baseball sur la vitre du Cybertruck, sans dégat // Source : Live Tesla

La plus grande déception de cette conférence, c’est que l’on ne sait pas si le Tesla Cybertruck flotte. Cette lubie d’Elon Musk, alors que les développements techniques touchaient au but, avait fortement étonné. Il semblerait que l’idée n’a pas été menée à son terme.

Si les innovations de Tesla et des autres constructeurs vous intéressent, la newsletter Watt Else peut vous apporter quelques nouveaux éclairages sur le sujet. Inscrivez-vous pour la recevoir dans votre boîte email tous les jeudis. C’est gratuit !


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !