Chaque année, plus de 320 000 vélos sont volés en France. Si vous souhaitez que votre vélo électrique qui coûte plus de 2 000 € ne soit pas dans le lot, suivez nos conseils pour sécuriser parfaitement vos stationnements !

Oui, un vélo peut se faire voler et en France, le vol n’est pas anecdotique. C’est même un des principaux freins à la pratique du vélo : batteries, selle, roues… tous les composants, du moins cher au plus coûteux, peuvent être la cible des voleurs. Face à ce constat sans appel, qui peut dissuader même les plus motivés, que fait-on ? On s’équipe avec les bons équipements et on gare correctement son vélo électrique, dans un emplacement approprié. Le but recherché n’est pas de rendre votre vélo involable, mais de maximiser le risque pris par les voleurs.

Tour d’horizon des solutions pour stationner son VAE en ville l’esprit tranquille, ou presque.

Où garer son vélo électrique ?

En ville, les cyclistes ont le choix entre plusieurs solutions pour stationner leur VAE. Certaines sont payantes via un abonnement, et d’autres complètement gratuites.

Sur les places de stationnement en surface

Elles sont gratuites, mais limitées, souvent disposées le long d’une piste cyclable ou dans une zone cyclable. Il n’y a donc pas toujours de place ! Les autres usagers ne font pas toujours attention lorsqu’ils garent leur vélo et peuvent cogner le vôtre. Ces places présentent toujours un bon point fixe, voire deux, sur lequel vous pourrez attacher le cadre du vélo.

Pour les cargos électriques, c’est généralement le parcours du combattant.

À un point fixe dans la rue

« YOLO » ! Le mobilier urbain, c’est gratuit, à condition de bien stationner son vélo bien sûr ! Il faut aussi parfois tourner longtemps avant de trouver un poteau ou une barrière libre, ce qui réduit potentiellement l’efficacité de vos déplacements en vélo.

Cette solution n’est pas vraiment adaptée aux vélos cargos car ils peuvent gêner le passage.

Dans les abris sécurisés de votre ville

Face à l’essor du vélo en ville, les municipalités mettent à disposition des cyclistes des emplacements dédiés et sécurisés par différents dispositifs (point fixe, caméra, accès sur badge ou avec votre smartphone, etc.).

À l’instar de Paris, certaines grandes villes proposent en effet des abris sécurisés, accessibles via un abonnement payant ou gratuit. Le hic ? Les places sont attribuées et limitées. Il faut donc souvent rejoindre les longues listes d’attente. À Paris, comptez 75 € pour un abonnement annuel, à l’heure où ces lignes sont écrites.

Ensuite, ces abris aux allures de container ne disposent pas de prises électriques pour recharger votre vélo. Ils ne sont pas non plus adaptés pour les vélos plus encombrants, comme les cargos électriques et longtails ou si le cadre du vélo est atypique.

On retrouve le même principe à Bordeaux. Depuis 2021, la ville installe en effet 30 à 40 vélobox par an. Ces abris sécurisés et payants accueillent jusqu’à 5 vélos et VAE de taille standard. Ils ne possèdent par contre pour le moment pas de prise de chargement.

abri sécurisé vélo Paris
Abri sécurisé à Paris // Source : Christophe Belin / Ville de Paris

Dans les vélostations 

Ces grands parkings à vélos sont surveillés et accessibles via un badge. Ils peuvent être gérés par des sociétés privées ou les services de transport des villes ; ils sont généralement localisés dans les zones d’intermodalité.

Plusieurs vélostations, comme celle située à côté de la gare Montparnasse à Paris et opérée par le groupe Indigo, sont équipées de places avec des prises pour recharger votre vélo électrique, et d’emplacements spéciaux pour les vélos cargos. On y accède grâce à un abonnement payant (mensuel, trimestriel ou annuel). En 2023, comptez 10 € pour un mois, 25 € le trimestre et 75 € l’année.

Dans la métropole bordelaise, on retrouve plusieurs vélostations, dont une à la gare de Bordeaux Saint-Jean qui possède une capacité de 721 places.

Dans les parkings Vélos Île-de-France Mobilités (anciennement « Véligo »)

Situés à côté des gares en Île-de-France et désormais rebaptisés « Parkings Vélos Île-de-France Mobilités », les parkings à vélos Véligo proposent deux formules de stationnement :

  1. les abris vélos fermés et sécurisés avec point fixe et système de vidéo-protection. Ils sont accessibles sur abonnement payant. En 2023, comptez 30 € pour un abonnement annuel, 10 € pour un mois et 4 € à la journée. Bonne nouvelle : l’abonnement est gratuit si vous avez un abonnement Navigo annuel en cours de validité. Certains de ces abris possèdent des prises pour recharger votre VAE, ainsi que des casiers et des pompes.
  2. les zones gratuites en libre accès, équipées de dispositifs d’attache à hauteur du cadre du vélo (arceaux) et souvent abritées.
carte-Parking_mobilité
Carte des parkings Vélos Ile-de-France Mobilités // Source : Île-de-France Mobilités

Dans un parking privé en location

Plusieurs services comme Yespark, Velhome ou 12p5, proposent à la location des places de stationnement dans des parkings classiques ou chez un particulier (Velhome). Leurs avantages ?

Bon plan communautaire

La plateforme d’intermédiation Velhome est basée sur l’entraide entre cyclistes, et à but non lucratif. Si vous avez un peu d’espace dans votre garage pour dépanner un cycliste, pensez-y !

  • la garantie d’avoir toujours une place pour garer votre vélo électrique, même si c’est un cargo
  • un emplacement sécurisé
  • un vélo électrique qui ne dort plus dehors (vous aurez moins besoin d’entretenir votre vélo)
  • certains possèdent des prises pour recharger votre vélo électrique

Quelle amende en cas de stationnement gênant avec mon vélo électrique ?

Vous risquez une amende forfaitaire de 35 € à 135 € selon le type de stationnement (abusif, gênant, très gênant, dangereux). En cas de passage à la fourrière si le vélo reste trop longtemps à son emplacement, prévoyez des frais supplémentaires.

Vous pouvez retrouver le détail des règles de stationnement, encadrant notamment la pratique du vélo, dans l’Article R417-10 du code de la route.

Comment sécuriser son vélo à assistance électrique en stationnement ?

Garez-le de préférence dans un endroit sécurisé et dédié aux vélos (abris, vélostations…).

Dans la rue, ne stationnez pas votre vélo au fin fond d’une ruelle obscure, d’un cul de sac ou d’un coupe-gorge. Privilégiez un lieu de passage, à la vue de tous, comme une zone commerçante ou devant une boutique, et veillez à garer votre VAE pour qu’il ne gêne pas les piétons. Sympathisez avec les commerçants du quartier, et demandez-leur de jeter un petit coup d’œil. 

Ensuite, attachez-le avec deux antivols et sécurisez les roues avec un câble ou changez vos attaches rapides pour des antivols de roue.

Autre conseil : un vélo électrique s’attache toujours, même lorsque vous en avez pour deux minutes à la boulangerie pour récupérer votre pain au chocolat (ou chocolatine — mais on se passera de ce débat !). Oui, la pratique du vélo vient avec quelques contraintes, mais vous gagnerez beaucoup de temps quand même, promis.

Comment bien attacher son vélo électrique ?

Voici les règles à suivre pour bien attacher votre VAE : 

  1. Attachez-le toujours sur un point fixe : cela signifie que le point est fixé au sol et solide. Vérifiez qu’il n’y a pas de jeu et qu’il est bien maintenu au sol. Certains petits malins ont eu l’idée de scier la base et n’ont qu’à tirer dessus pour déloger le vélo. Vérifiez également au moment de la mise en place de l’antivol que le point fixe n’est pas trop fin. Un grillage se découpe en une seconde avec une pince coupante.
  2. Attachez en priorité le cadre du vélo, puis les roues à l’aide d’un autre antivol et d’un câble si vous avez des attaches rapides. Même sans attache rapide, privilégiez deux antivols. 
Le U SmartX d'Abus // Source : Louise Audry pour Numerama
Le U SmartX d’Abus // Source : Louise Audry pour Numerama

Quel antivol choisir pour attacher un vélo électrique ?

Pour ne pas abimer votre VAE avec l’antivol et le protéger des autres usagers qui peuvent parfois le cogner, utilisez un film de protection invisible adhésif. La marque Zéfal propose le Skin Armor Roll, un format rouleau qui se découpe facilement et qui protège votre vélo électrique des rayures, petits chocs ou frottements avec les gaines.

Plusieurs marques proposent des antivols pour vélo électrique qui offrent une protection maximale contre le vol. Pour les fans de technologies – on vous voit piétiner dans le fond –, certains grands fabricants ont même aussi conçu des antivols connectés et/ou qui disposent d’un système d’alarme pour dissuader les voleurs. 

C’est le cas de la marque ABUS qui a lancé son antivol vélo U connecté 770A SmartX™. Celui-ci s’ouvre sans clé, uniquement avec votre smartphone et l’application Abus SmartX disponible sur iOS et Android. Il possède une alarme intelligente intégrée de 100 dB qui se déclenche en cas de mouvement suspect.

Quoi qu’il en soit, privilégiez les antivols avec le niveau de sécurité le plus élevé. On vous explique comment bien choisir un antivol vélo dans ce guide.

Des accessoires pour retrouver son vélo électrique (stationné ou pas…)

Plusieurs accessoires vous permettent de sécuriser votre VAE ou de le localiser plus facilement en cas de vol :

Peut-on laisser un vélo électrique sous la pluie ?

Oui, c’est tout à fait possible ! Les vélos électriques sont prévus pour. Pour chouchouter votre bolide, vous pouvez aussi lui acheter des protections et housses pour son moteur, ou sa console de bord.

Existe-t-il des vélos électriques avec antivol intégré ?

Oui. Angell ou VanMoof intègrent un antivol (blocage du moteur), une alarme et un suivi GPS directement à leur vélo électrique. Un constructeur comme Bosch, qui équipe des tas de marques, peut aussi proposer un système d’antivol et d’alarme avec les vélos Smart System. Cela ne dispense pas de mettre un antivol quand vous vous garez : cela réduit simplement les risques.

Faut-il retirer la batterie de son vélo électrique lorsqu’il est stationné ?

Non. Les vélos électriques sont conçus pour supporter l’eau, et leur structure protège les contacts électriques.

Si vous retirez la batterie, l’eau peut stagner et ce n’est pas bon pour votre VAE. Si vous devez l’enlever pour la charger par exemple, achetez un cache de protection. Si votre batterie est intégrée au cadre, le cache est probablement vendu avec votre vélo.

Faut-il prendre une assurance contre le vol pour protéger son vélo ?

Comme le casque, l’assurance vol n’est pas obligatoire pour un VAE, mais elle reste fortement recommandée, surtout si vous avez investi tous vos deniers dans l’achat de votre super vélo à assistance électrique, stationné à l’extérieur.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.