Les AirTags seraient-ils les meilleurs amis de votre vélo ? La balise connectée d'Apple peut paraître idéale pour traquer son biclou en cas de vol, mais elle présente tout de même quelques limitations. On vous explique tout.

Les AirTags sont enfin là. Après des années de rumeurs et de fausses pistes, Apple a enfin dévoilé ses balises connectées censées vous aider à retrouver vos objets perdus. En raison de leur popularité, les AirTag ont rapidement été envisagés comme une solution simple et peu chère de traquer son vélo en cas de vol. Apple en fait même un argument de vente en présentant des images promo ou l’on voit un vélo localisé grâce aux petites balises.

Une des images promos d’Apple qui montre un vélo doté d’un AirTag // Source : Apple

Les AirTags sont-ils la solution ultime pour éviter le vol de vélo ? On fait le point sur les pour et les contres de cette solution.

AirTag sur un vélo : les plus

  • Discret et léger : les AirTags d’Apple sont particulièrement compacts pour une balise connectée. Elles prennent moins de place qu’une balise Tile ou Samsung et sont plutôt légères. Idéale donc pour être glissé sur un vélo sans se faire remarquer. Les produits Apple faisant toujours naître une galaxie d’accessoire dédié, des fans d’impression 3D ont déjà produit un étui pour AirTag ressemblant à un réflecteur de vélo, rendant la balise encore plus discrète. Elle peut aussi être collée sous la selle ou intégrée dedans avec une couture.
  • Un immense réseau de balises : la force première des AirTag est qu’ils se reposent sur un immense réseau de localisation puisque potentiellement chaque appareil Apple connecté à Internet peut faire office de balise relais. Utile pour maximiser les chances de retrouver son vélo.
  • Précision de la localisation : les AirTags utilisent la technologie ultra wideband (UWB), particulièrement précise quand il s’agit de retrouver des objets. Même si votre vélo est dans une cour intérieure, votre iPhone pourra le détecter (à condition d’être à proximité) puisque l’UWB fonctionne même à travers les murs.

AirTag sur un vélo : les moins

  • Pas de localisation en temps réel : contrairement à une balise GPS dédiée, les AirTag n’envoient pas leurs positions en temps réel. Ils sont dépendants du réseau d’appareils Apple en circulation. Si aucun iPhone ne passe à côté de votre balise, alors vous aurez du mal à retrouver votre biclou.
  • Pas d’alerte de mouvement ou de sortie de zone  : vous saurez sur votre application Localiser si votre vélo a bougé. En revanche, il n’y a pas de notification ou de zone à définir pour vous le dire en temps réel.
  • L’alerte anti-stalking : afin d’empêcher les AirTags de devenir des instruments de pistage de personne non consentante, Apple a intégré un dispositif anti-stalking à son accessoire. Concrètement, si un AirTag qui ne vous appartient pas vous suit, il vous préviendra de sa présence. Sur iPhone, à l’aide d’une notification qui se déclenche quand on arrive chez soi ou dans un endroit fréquemment visité, et sur Android avec un signal sonore qui semble se déclencher au bout de trois jours de déconnexion avec l’iPhone dédié. Dans un cas comme dans l’autre, il faut donc agir rapidement avant que l’AirTag ne prévienne le voleur de sa présence sur le vélo.

Conclusion

Le gadget d’Apple a certes des avantages non négligeables par rapport aux autres balises connectées, ce qui en fait un accessoire séduisant pour sécuriser son vélo, mais comme nous le disions dans notre test, L’AirTag n’est clairement pas un antivol. L’alerte anti-stalking et l’absence de positionnement GPS en temps réel les rendent beaucoup moins efficaces pour assurer votre vélo qu’un accessoire dédié. Au mieux pourra-t-on les conseiller en complément d’autres dispositifs.

À ce jeu-là, le bike tracker d’Invoxia est beaucoup plus compétent. En utilisant les réseaux basse consommation, il peut envoyer son positionnement GPS sans avoir besoin de balise relai. À 149 € il est certes beaucoup plus cher qu’un AirTag, mais l’accessoire a été pensé pour le vol de vélo spécifiquement et propose donc des fonctionnalités spécifiques (alerte de mouvement, position plus fréquente), contrairement aux balises Apple.

Il est bon de le répéter : les AirTags sont des localisateurs d’objets perdus avant tout (comme en témoigne la pub d’Apple). Très pratique pour mettre la main sur son portefeuille coincé entre deux coussins de canapés, mais moins pour partir à la chasse aux voleurs de vélo.

Glisser un AirTag sur un vélo peut donc augmenter vos chances de le retrouver en cas de vol, mais nous ne pouvons pas vous recommander cette solution comme principale mesure antivol.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo