Elon Musk temporise manifestement sur l’abonnement à Twitter Blue, qui coûte 8 dollars par mois. Alors que son lancement est attendu, le chef d’entreprise est contrarié par Apple et sa politique consistant à taxer 30 % chaque transaction au sein d’iOS sur l’iPhone.

Attendue pour la fin du mois de novembre, la nouvelle procédure de vérification des comptes pour obtenir la certification sur Twitter est susceptible d’avoir du retard. En cause, cette fois ? Les tensions croissantes entre Elon Musk et Apple, notamment au sujet du prélèvement de 30 % que la firme de Cupertino exige sur chaque achat in-app sur iOS.

Cet ajournement, évoqué par les sites Platformer et The Verge le 30 novembre 2022, à partir de sources différentes au sein du réseau social, serait dû à un rejet de l’entrepreneur américain à la perspective de se soumettre à cette taxe. Dans le cadre de l’abonnement à Twitter Blue, facturé 8 dollars par mois, Apple ponctionnerait 30 % de ce montant.

L'abonnement à Twitter Blue donnera notamment accès au badge bleu. // Source : Canva
L’abonnement à Twitter Blue donnera notamment accès au badge bleu. // Source : Canva

Face à ce prélèvement, Elon Musk pourrait vouloir y échapper en proposant soit à sa communauté sur iOS de s’abonner en utilisant le site web de Twitter, soit en intégrant une solution tierce de paiement. Cette dernière solution est toutefois périlleuse : le studio Epic, éditeur de Fornite, a emprunté ce chemin autrefois, et cela a engendré un conflit ouvert avec Apple.

L’abonnement à Twitter Blue, qui donne un badge de vérification bleu, est l’un des axes envisagés par le réseau social pour se financer, en proposant des fonctionnalités additionnelles, et possiblement une solution pour moins dépendre de la publicité. Aujourd’hui, la plateforme repose sur les annonces, dont les recettes alimentent quasi intégralement ses caisses.

Des contraintes dans la pub et dans les abonnements

Pour Elon Musk, la situation apparaît comme une quadrature du cercle à résoudre, puisqu’il est tenu par des contraintes des deux côtés.

Les annonceurs tendent de plus en plus à prendre leurs distances avec le réseau social, ce qui réduit ses recettes. Les publicitaires ont accueilli défavorablement des orientations récentes de Twitter, notamment sur l’absence de la vérification d’identité (le site a rechangé d’avis depuis), une modération en retrait et l’usurpation d’identité. Des marques ont suspendu leurs campagnes en réaction.

Quant à l’abonnement à Twitter Blue, il est confronté à la taxe des 30 % appliquée par Apple sur iOS. S’en extraire est loin d’être simple, a pu constater Epic Games. Or, Twitter Blue est un levier envisageable pour se dégager au moins partiellement du secteur publicitaire. Encore faut-il que Blue marche et que le cash entre.

Elon Musk / Twitter // Source : Numerama
Elon Musk est à la tête de Twitter depuis un mois. Il a multiplié les annonces, parfois contradictoires, depuis. // Source : Numerama

Cette situation peut expliquer les charges récentes d’Elon Musk contre la firme de Cupertino (il indique même son intention de partir en guerre contre elle), suggérant qu’elle ne serait pas favorable à la liberté d’expression. En plus d’être à la tête d’iOS et de l’App Store, et d’avoir des règles d’utilisation sur les deux plateformes, Apple est aussi un annonceur notable sur Twitter.

Twitter Blue, dans sa nouvelle version, a été disponible provisoirement au début du mois de novembre, avant d’être inactivé. Le service ne procédait à l’époque à aucune vérification d’identité, ce qui a causé des usurpations d’identité, de marque et, plus généralement, des publications trompeuses. Depuis, Elon Musk a promis de revoir sa copie. Il reste maintenant à savoir quand il la rendra.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !