La série WandaVision, sur Disney+, vient de s'achever. Le grand final s'est clôt avec deux scènes post-générique.

WandaVision nous a offert un grand final, lors de son neuvième et dernier épisode, ce vendredi 5 mars. La série s’est aussi achevée en ouvrant plusieurs pistes pour la phase 4 de l’univers cinématographique Marvel (MCU), tout particulièrement au travers des deux scènes post-générique.

La suite de cet article contient des divulgâchis sur toute la série WandaVision.

Spoilers sur WandaVision. // Source : Disney+/Marvel

La première scène

La première scène se concentre sur Monica Rambeau, qui est devenue, au fil des épisodes, Spectrum. Elle est capable de manipuler le spectre électromagnétique jusqu’à pouvoir se transformer elle-même en énergie. Une source inépuisable de capacités diverses dont, par exemple, la possibilité de voler ou d’éviter les balles.

Durant cette scène, Monica est emmenée à l’écart de SWORD par une skrull. C’est une race extraterrestre très présente dans le MCU. On les retrouve dans plusieurs films Avengers, dans Les agents du SHIELD, et une partie du récit de Captain Marvel est centrée sur cette espèce.

Le plus important reste le message que cette skrull vient lui transmettre : une invitation. Quelqu’un d’important souhaite rencontrer Monica. Mais qui ? La clé à cette réponse réside dans un petit geste ; celui que la skrull fait en désignant le ciel. Or, on avait appris dans Spider-Man Far From Home que l’ancien directeur du SHIELD, Nick Fury, n’a pas tiré sa révérence pour sauver le monde. Il se cache, entouré de soldats skrull, dans une station spatiale. La skrull fait donc très probablement référence à lui.

Quant à ce que Nick Fury souhaite lui dire… difficile de savoir. On sait maintenant, depuis Iron Man et tant d’autres films du MCU, que Nick Fury a du flair pour repérer les superhéros et superhéroïnes. Peut-être perçoit-il ce potentiel en Monica et la survenance de ses nouveaux pouvoirs ?

La deuxième scène

Avec Marvel, il ne faut décidément jamais zapper un générique. Dans cet épisode final de WandaVision, quelques minutes après la première séquence avec Monica, se cache une deuxième scène postgénérique. C’est Wanda qui en est au cœur, cette fois-ci.

Seule, isolée dans une petite bicoque perdue en pleine nature, Wanda semble d’abord prendre du temps pour elle. Mais un instant plus tard se dévoile alors ce qui se trame réellement dans cette maison : Wanda a généré une projection astrale d’elle-même, projection qui consulte ardemment le darkhold. Ce livre est le grimoire des péchés, empreint d’une magie noire capable de transfigurer la réalité matérielle et psychique. Entre de mauvaises mains, il est dangereux ; entre de bonnes mains, il reste tout aussi dangereux.

Cette scène est remplie de petits indices sur ce qu’il se trame autour de cette projection astrale :

  • On entend les enfants de Wanda l’appeler à l’aide. Sont-ils « vivants », quelque part, dans une réalité alternative, dans le multivers ? Cherche-t-elle à les faire revivre grâce au grimoire ?
  • La scène se déroule sur le thème musical issu de Doctor Strange. Difficile de ne pas voir en cela un indice sur l’importance que cette scène peut avoir pour le prochain film, Doctor Strange in the Multiverse of Madness.
  • La présence du darkhold n’est pas vraiment bon signe quant au destin à court terme de Wanda ; et les alertes d’Agatha, aussi démoniaque soit-elle, ne manquent pas forcément de pertinence. Il n’est pas impossible que Wanda se trouve corrompue par le livre et use de magie noire. Le personnage de Wanda oscille toujours, dans les comics, entre bonnes et mauvaises actions. C’est aussi ce qui rend cette héroïne si intéressante.
Quel est le service de SVOD fait pour vous ?

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo