Face aux critiques virulentes des joueurs, Electronic Arts a décidé de supprimer - au moins temporairement - toutes les microtransactions de Star Wars Battlefront II, qui sort ce 17 novembre.

Quelques heures avant le lancement de Star Wars Battlefront II, ce vendredi 17 novembre, Electronic Arts a pris le taureau par les cornes. Sous le feu des critiques depuis la bêta ouverte et l’accès anticipé (via les services EA Access ou Origin Access), le jeu orienté multijoueur ne comporte plus aucune microtransaction.

Le géant américain a pris la sage décision de les désactiver jusqu’à nouvel ordre. Autrement dit, personne ne pourra s’acheter de crédits virtuels pour débloquer des éléments, certains essentiels à la progression (mais que l’on peut obtenir en jouant) : les joueurs ont gagné. Pour l’instant.

EA rétropédale encore

C’est déjà le troisième changement opéré par Electronic Arts pour Star Wars Battlefront II. Il y a d’abord eu les modifications liées à la progression et suggérées par les retours sur la bêta. Puis la réduction du prix des Héros, jugé exorbitant par les premiers joueurs. Oskar Gabrielson, manageur chez DICE, explique : «  Nous avons entendu les craintes vis-à-vis de certains joueurs qui pourraient bénéficier d’un avantage. Et nous avons compris que cela pouvait parasiter un jeu au demeurant excellent. Cela n’a jamais été notre intention. Pardon de ne pas avoir fait les choses bien  ».

Bien évidemment, les microtransactions vont faire leur grand retour un jour mais pas avant que les développeurs ne revoient leur copie. En attendant, tout le monde sera mis sur un pied d’égalité : «  Nous allons passer plus de temps à vous écouter, à ajuster, à équilibrer, à peaufiner […]. La possibilité d’acheter des cristaux sera disponible à une date ultérieure, après que nous ayons modifié le jeu  ».

De cette manière, EA se protège aussi un peu face aux investigations actuellement menées par la commission belge et visant les boîtes de loot, pouvant être considérées comme des jeux d’argent.

Partager sur les réseaux sociaux