En dix ans, le web s'est profondément transformé. Des tendances sont apparues, des services ont percé, des sites se sont fait connaitre. Pour célébrer cette décennie qui s'achève, l'International Academy of Digital Arts and Sciences a choisi de célébrer les dix évènements les plus marquants de cette décennie.

Depuis 1996, l’International Academy of Digital Arts and Sciences récompense les contenus de grande qualité sur Internet. Parmi les nominés, nous pouvons retrouver des sites web, des vidéos en ligne (films ou clips) ou encore des publicités interactives. Cette année, les Webby Awards ont choisi de célébrer les dix évènements majeurs survenus sur le web lors de la dernière décennie.

Un palmarès pour le moins hétérogène, puisque parmi les vainqueurs se trouvent des faits touchant à la fois au peer-to-peer, à la politique, au web social, à la collaboration en ligne ou encore à des gadgets technologiques. Et vous, quels sont vos dix « moments Internet » les plus marquants de la dernière décennie ?

L’expansion de Craigslist – 2000

Site web spécialisé dans les petites annonces, Craigslist est d’abord né à San Francisco. À partir de juin 2000, le site s’est progressivement ouvert à d’autres villes américaines (Boston, New York, Chicago, Los Angeles…) ainsi qu’à des villes étrangères, dès 2004 : Montréal, Paris, Tokyo, Sao Paulo ou encore Amsterdam. Aujourd’hui, le service gratuit couvre pas moins de 500 villes dans plus de 50 pays.

L’arrivée de Google AdWords – 2000

Système publicitaire du moteur de recherche de Google, Adwords est lancé en octobre 2000 et devient très vite primordial pour l’entreprise américaine. Tout le monde peut profiter de ces publicités, qui sont adaptées en fonction des mots-clés tapés par l’internaute.

Le lancement de Wikipédia – 2001

Encyclopédie libre, universelle et collaborative, l’encyclopédie Wikipédia est sans aucun doute la démonstration la plus spectaculaire de la coopération entre les internautes. Créée en janvier 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites web les plus consultés au monde. Si à la fin 2001, « seuls » 20 000 articles étaient disponibles dans 18 langues, aujourd’hui l’encyclopédie propose plus de 14 millions d’articles dans quelque 271 langues différentes. Pour les francophones, c’est plus de 875 000 sujets qui sont consultables à tout moment.

La fermeture de Napster – 2001

Service d’échange de fichiers musicaux, Napster a vu le jour en 1999. Véritable symbole du peer-to-peer, Napster a été le premier à tomber sous les assauts des ayants-droits, ouvrant paradoxalement cet univers à une véritable révolution : depuis Napster, des technologies et des initiatives toujours plus intéressantes pour l’internaute ont vu le jour, allant de l’architecture décentralisée à des techniques de sécurisation (brouillage, anonymat, réseau viruel privé), sans oublier des projets plus consensuels, comme l’arrivée progressive du streaming (Hulu, Deezer, Spotify) et des boutiques en ligne (iTunes).

L’introduction de Google en Bourse – 2004

Quasiment inventé par des « gus dans un garage », le bébé de deux étudiants de Stanford a été l’une des introductions en bourse les plus spectaculaires de ces dernières années. Aujourd’hui, Google est un géant du web aux multiples projets. Citons Google Chrome OS, YouTube, Android ou encore Street View. Toujours en quête d’innovation, Google pèse 123,1 milliards de dollars en capitalisation boursière.

La révolution de la vidéo en ligne – 2006

Conséquence indirecte de l’arrivée de Google en bourse, la firme de Mountain View a racheté YouTube pour 1,65 milliard de dollars, signe que la vidéo en ligne allait être la prochaine grosse tendance du web. Si d’autres solutions existent, comme Hulu ou Dailymotion, YouTube est sans aucun doute le site de référence en la matière. D’ailleurs, les internautes ne s’y trompent pas, car désormais, chaque jour, plus d’un milliard de vidéos sont vues.

Le décollage de Facebook et de Twitter – 2006

Initialement destiné aux étudiants américains, Facebook a finalement changé sa politique en acceptant tout le monde dès 2006. En quelques mois, la popularité du site communautaire a explosé, au point de faire du web social le principal centre d’intérêt des internautes, transformant la façon dont les individus interagissent, collaborent et communiquent entre eux. Désormais, Facebook représente plus de 25 % de l’ensemble des pages vues aux États-Unis. Une vraie révolution, puisque les réseaux sociaux ont même supplanté le porno comme première activité sur le web ! Quant à Twitter, si son développement est moins spectaculaire en dehors des USA, le service commence tout de même à gagner du terrain, notamment en Europe.

Le lancement de l’iPhone – 2007

Sorti le 29 juin 2007, l’iPhone est devenu l’un des gadgets les plus tendances de ces dernières années. En un week-end, plus de 500 000 exemplaires furent écoulés, donnant ainsi un coup d’accélérateur au marché des smartphones. Comme le souligne l’International Academy of Digital Arts and Sciences, l’appareil a inspiré le développement de systèmes d’exploitation comme Google Android et a favorisé l’émergence du net sur les appareils mobiles.

La campagne présidentielle américaine – 2008

Le web, nouvel outil de campagne ? Aux États-Unis, lors de la dernière élection présidentielle américaine, la vie politique a été véritablement rythmée par Internet. Le démocrate Barack Obama a particulièrement bien géré sa présence en ligne, occupant non seulement l’espace médiatique, mais en se rapprochant des électeurs à travers les réseaux sociaux et autres sites communautaires. Une tendance qui commence à arriver en France, avec notamment une initiative de l’UMP, avec son réseau « Les Créateurs de Possible ».

Les protestations en Iran – 2009

Enfin, lorsque les premières tendances – truquées – des élections iraniennes furent connues, l’opposition n’a pas hésité à se servir de Twitter pour se coordonner et afficher au mieux son opposition devant cette parodie de démocratie. Alors que les responsables de Twitter avaient planifié une mise à jour majeure lors de ces protestations, le département d’Etat américain est allé jusqu’à demander au réseau social de reporter cette maintenance pour soutenir les Iraniens.

(Photo Transkamp CC BY-NC-ND)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés