Nintendo s'est reposé sur sa 3DS, sa console phare, et Pokémon, l'une de ses licences phares, pour ronger son frein jusqu'à la sortie de la Switch.

Nintendo peut bel et bien remercier Pokémon. Car la licence, nourrie par Pokémon Go et les versions Soleil et Lune l’année dernière, s’accompagne toujours d’excellents chiffres à même de gonfler les comptes de la firme nippone. En effet, il n’a fallu que quelques semaines à la dernière génération pour se vendre à 14,69 millions d’exemplaires, soit le troisième plus grand succès de la 3DS, parti pour prendre la tête dans les mois à venir (Pokémon X et Y en est à 16,06 millions).

Cela permet à la console portable de continuer à se vendre comme des petits pains : sur les trois premiers trimestres de l’année fiscale en cours (avril-décembre), Nintendo a vendu 6,45 millions de 3DS, soit une hausse de 10 %, et 46,78 millions de cartouches (+ 20 %). Pendant ce temps-là, la Wii U…

Vivement la Switch

La Wii U, donc, a trouvé 760 000 preneurs durant ces neuf derniers mois, observant une chute de 75 % en volume et confirmant sa mort commerciale. Le parc installé depuis le lancement fait pale figure avec ses 13,56 millions d’unités mais la sortie de la Nintendo Switch approche et pourrait faire du bien au segment salon. Elle sortira le 3 mars prochain et pourra compter sur The Legend of Zelda : Breath of the Wild pour attirer les fans.

Bizarrement, Nintendo se contente de s’appuyer sur les 40 millions de téléchargements en quatre jours pour parler de Super Mario Run. Ce dernier sera rejoint dans le catalogue mobile par Fire Emblem Heroes le 2 février prochain. Du côté des amiibo, on note une baisse des ventes avec 6,5 millions de figurines et 6,5 millions de cartes distribuées (contre 25,3 millions au total en 2015).

À l’arrivée, Nintendo enregistre un chiffre d’affaires de 311 milliards de yens (- 26,9 %), pour un résultat d’exploitation de 26,3 milliards de yens (- 38,1 %). Il affiche néanmoins un bénéfice net de 102,9 milliards de yens (+ 154 %), en partie attribuable à la revente du club de baseball des Seattle Mariners dégageant un résultat extraordinaire largement positif.

Partager sur les réseaux sociaux