Le Tesla Roadster abattra finalement le 0 à 96 km/h en 2,1 secondes. L'accélération était donnée à 1,9 seconde au moment de l'annonce.

Celles et ceux qui croyaient pouvoir avaler le 0 à 96 km/h en moins de deux secondes risquent de changer leur fusil d’épaule. Alors que le futur Roadster de Tesla promettait cette accélération en 1,9 seconde, le constructeur automobile a revu sa copie. Dans un tweet publié le 27 juin 2019, Elon Musk a précisé que le modèle de base mettra 2,1 secondes pour atteindre cette vitesse.

Pour descendre sous la barre des deux secondes, il faudra ajouter le pack constitué de mini réacteurs de fusée — la fameuse option SpaceX. En France, le 0 à 100 km/h est toujours donné pour 2,1 secondes. Ce sera donc un peu plus, en réalité.

Une performance symbolique

Ne nous méprenons pas, que le Roadster mette 1,9 ou 2,1 secondes pour titiller les 100 km/h ne changera pas grand-chose dans la perception de la performance. Le bolide de Tesla ira vite, qu’importent les chiffres qui seront inscrits sur sa fiche technique. Aujourd’hui, la voiture la plus véloce du constructeur américain est la Model S Performance Ludicrous, qui ingurgite le 0 à 100 km/h en 2,6 secondes — elle nous cloue littéralement au siège. La Model 3 Performance, elle, met 3,4 secondes.

En réalité, le fameux ‘0 to 60 mph’ en moins de deux secondes tient plus d’un symbole fort qu’autre chose, ce genre de prouesse pouvant servir de vecteur de communication infaillible au moment de présenter la voiture. C’est par exemple un argument brandi par Pininfarina pour sa première hypercar électrique de 1 900 chevaux — la Battista. Et ce sera sans doute celui de Lotus pour sa Type 130. Quant au Concept Two de Rimac, il abat le 0 à 100 km/h en 1,85 seconde grâce à ses quatre moteurs. On rappellera juste une chose : le Roadster n’est pas une hypercar et coûtera quatre fois moins cher (au minimum) que les trois monstres cités.

Tesla Roadster

Partager sur les réseaux sociaux