Tesla est attendu au tournant avec cette nouvelle génération de la Model 3. Véritable évolution du modèle ou simple lifting esthétique ? Voici notre avis complet sur les points positifs et négatifs de cette nouvelle version.

Connue sous le nom de code « Highland », la mise à jour de la Tesla Model 3 a fait couler beaucoup d’encre, depuis les premières rumeurs jusqu’à son lancement surprise le 1er septembre 2023. Lancée en 2017, la première génération de la Model 3 a bien mérité son petit lifting de mi-carrière. Mais, Tesla n’avait pas droit à l’erreur avec cette berline électrique devenue emblématique, celle qui a su rendre la voiture électrique attractive et relativement abordable.

Évolution du design de la Model 3

Tesla a réussi à donner un coup de jeune à sa berline électrique, sans forcément dénaturer l’esprit originel de la Model 3. Le changement sur la face avant est certainement ce qui étonne le plus. Passé la surprise de la découverte, on s’habitue très vite à ce museau plus pointu et à ses nouveaux phares beaucoup plus fins. Un peu plus d’élégance se dégage de ce nouvel avant.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Nouvelle face avant de la Tesla Model 3 (2023). // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

À l’arrière, le constat est globalement le même. En modifiant sa signature lumineuse, Tesla essaye d’apporter un peu plus de subtilité à son design. Tesla se fait toutefois un peu railler sur le choix de la forme de ces nouveaux feux, qui ressemblent à plusieurs autres références (comme le Renault Captur en France). Le constructeur américain cède aussi à la tendance du moment avec son nom écrit en toutes lettres à l’arrière du véhicule, plutôt qu’un simple logo. Un choix quelque peu déroutant quand on sait que le nom du modèle est lui complètement absent, alors que le type de moteur est éventuellement mentionné.

Les changements stylistiques ne font pas vraiment l’unanimité, mais c’était déjà le cas sur le modèle original. Dans l’ensemble, la cure de jouvence de la Model 3 s’avère plutôt réussie.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Tesla Model 3 (2023). // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Une finition plus soignée à l’intérieur

La Tesla Model 3 révèle une nette amélioration en matière de qualité perçue à l’intérieur de la berline. C’est assez évident pour ceux qui ont connu l’ancienne génération, c’est bien moins flagrant lorsque l’on découvre la marque. Chez Tesla, la qualité ne se mesure pas à l’aspect clinquant de l’intérieur, comme chez certains concurrents allemands ou chinois. C’est toujours la quête de l’essentiel qui prime, en éliminant tout le superflu. Ce qui conduit parfois la marque à faire des choix discutables.

L’intérieur épuré suscite d’ailleurs toujours des discussions animées, même après plusieurs années. Ajoutez à cela l’absence des traditionnels commodos pour clignotant, essuie-glaces et levier de vitesse, et les débats deviennent encore plus enflammés autour de cette nouvelle mouture de la Model 3. Lors de notre essai de quelques jours, le constat était assez clair : on peut s’habituer à ces nouvelles commandes (ou absence de commodo), même si, soyons honnêtes, dans certaines situations, c’était loin d’être la solution idéale. Il reste difficile de trancher sur l’intérêt pour le client de cette innovation de Tesla.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Un intérieur revu sur la nouvelle génération de Model 3. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

La finition globale s’est améliorée : cela se remarque surtout au niveau des plastiques rembourrés qui ont remplacé les matériaux un peu plus rudimentaires du passé. Les détails des rangements sont peaufinés. Il ne faut pas oublier une des principales nouveautés : le bandeau lumineux qui traverse l’intérieur, d’une portière à l’autre, et ajoute une touche lumineuse subtile, particulièrement appréciable lors des trajets nocturnes.

Un dernier élément emblématique de cette nouvelle génération renforce cet effet de montée en gamme : l’écran de contrôle pour les places arrière permettant les réglages du chauffage ou de la clim, de la musique ou le visionnage de vidéo. C’est en même temps un gadget inutile et un vrai plus, selon l’usage que l’on fait de son véhicule.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
L’écran arrière : une nouveauté pour la Model 3 2023. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Comportement routier : meilleur confort, y compris acoustique

La première génération de Tesla Model 3 était déjà une très bonne découverte sur la route. Loin des stéréotypes sur les voitures américaines, elle a su se hisser au niveau des concurrentes européennes en termes d’agilité. Cependant, son confort, jugé trop ferme, lui vaut quelques critiques récurrentes.

C’est donc un point sur lequel Tesla s’est attaché à apporter des améliorations. C’est certainement l’évolution la plus appréciable du modèle. Les suspensions retravaillées ne vont pas transformer la Model 3 en une Mercedes ou une Citroën, pour un confort façon tapis volant, mais le progrès se remarque. Pour pousser le vice, on a emmené la Model 3 de nouvelle génération sur des rues pavées particulièrement secouantes. Le Model Y nous y avait sérieusement secoué quelques mois auparavant, tout comme d’autres modèles qui avaient montré leurs limites dans cet exercice exigeant. La Model 3 s’en sort bien pour cette gamme de prix, sans avoir sacrifié son agilité sur les petites routes.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Un confort amélioré pour la Tesla Model 3 nouvelle génération. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Dans cette configuration Grande Autonomie, il est difficile de prendre la voiture en défaut. Accélération, tenue de route et freinage sont toujours au rendez-vous. De plus, le nouveau double vitrage contribue à protéger les occupants des bruits extérieurs. Bien sûr, il était difficile de résister à l’appel de la nouvelle sono embarquée, le silence absolu n’a donc pas été le critère le plus testé lors de cet essai.

Finalement, ce que l’on reproche plus volontiers à la Model 3 concerne souvent ce qui se passe avant de monter à son bord. Entre sa malle de coffre inchangée et une position des assises assez basse, sans accroche pour aider à sortir du véhicule, le véhicule ne plaira pas à certaines personnes. S’il y a un élément qui mériterait aussi d’évoluer sur Model 3 et Y, ce sont ces poignées de portes qui ne sont ni intuitives, ni pratiques, si l’on n’a pas deux mains libres.

Au rayon des reproches, déjà existants sur les autres modèles, on ajoutera également le Tesla Vision qui n’est toujours pas au point et les essuie-glaces automatiques qui fonctionnent parfois bien, mais souvent mal. Tout ceci n’a pas subi d’amélioration sur la nouvelle génération de Model 3.

Autonomie : délicat à juger, avec une météo particulièrement tempétueuse

Évaluer l’autonomie d’une voiture électrique après un périple de 200 km sur autoroute sous une pluie battante et un vent de face serait dépourvu de tout sens. Si l’essai s’était limité à ces conditions, les chiffres de consommation avoisinant les 22 kWh/100 km auraient pu créer une image négative du modèle, bien éloignée de son véritable potentiel.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Aucune inquiétude sur l’autonomie du Model 3 Grande Autonomie. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Le retour, avec le vent de dos et quelques bouchons, avait déjà inversé la tendance, en affichant une consommation de 16,5 kWh/100 km. Finalement, après un peu plus de 1 000 km, la moyenne s’est établie autour de 16,9 kWh/100 km, sans effort particulier pour de l’éco conduite. 40 % du trajet était constitué d’autoroutes, et le reste de promenades plus ou moins dynamiques. Le tout a été réalisé alors que les températures n’ont pas souvent dépassé les 10°.

C’est indéniable : le modèle peut faire beaucoup mieux dans un usage quotidien, surtout si vous optez pour les jantes de 18 pouces au lieu des versions de 19 pouces que nous avions sur notre modèle d’essai. Selon les normes d’homologation, la Model 3 Grande autonomie peut réaliser jusqu’à 629 km en jantes 19 pouces et jusqu’à 678 km avec les jantes de série.

La nouvelle génération de Model 3 vante un meilleur aérodynamisme censé accroître l’autonomie de quelques kilomètres. Difficile d’en juger dans les conditions de l’essai. Quoi qu’il en soit, l’autonomie de la version Grande Autonomie n’a jamais été un sujet de débat – elle est suffisante. La Tesla Model 3 continue de faire preuve d’une autonomie fiable, adaptée à une variété de situations de conduite, sans créer de crainte de la panne, c’est ce qu’il faut retenir.

Prix et concurrence : Model 3 toujours inégalée ou enfin défiée ?

La Model 3 Propulsion démarre à partir de 42 990 €. Toutefois, cette version qui bénéficiait jusqu’à présent du bonus écologique devrait en être privée dès le 15 décembre 2023. Il n’en reste pas moins que le modèle procure l’un des meilleurs rapports qualité/performance/prix du marché, et cela ne changera pas sans bonus.

Pour cette session d’essai, c’est à bord de la déclinaison Grande Autonomie avec quelques options supplémentaires que nous avons circulé sur les routes de France. Ce modèle est commercialisé sur le site internet de Tesla à partir de 50 990 €.

La « petite » berline de 4,72 mètres de long de Tesla a longtemps régné seule sur ce créneau. Depuis, la concurrence est apparue, mais qui peut lui tenir tête ? La chinoise BYD Seal se profile probablement comme la concurrente la plus directe, tant en termes de performances que de positionnement tarifaire. En optant pour le segment premium, les acheteurs pourraient également considérer la BMW i4, bien que cela implique un prix plus élevé. Du côté des marques généralistes, des modèles tels que la Renault Mégane e-tech, la Kia EV6, ou la Hyundai Ioniq 6 sont toujours dans la course face à la Model 3. Cependant, il semble que l’Opel Astra (ou la Peugeot 308) se profile comme une alternative intrigante au modèle de Tesla.

Tesla Model 3 (2023)  // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Tesla Model 3 (2023) : un excellent rapport qualité/prix. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Finalement, le véritable concurrent de la Tesla Model 3 pourrait-il être tout simplement le SUV de Tesla ? Pour un budget à peine plus élevé, avec un vrai coffre et des performances similaires, le Model Y est le véhicule qui a déjà cannibalisé les parts de marché de la berline électrique la plus vendue. Les autres peinent à rivaliser en France pour le moment.

Le verdict

Avec les améliorations au niveau du design et du confort, la Model 3 est bien partie pour demeurer la référence des berlines électriques du marché encore quelques années supplémentaires. Elle n’est pour autant pas parfaite, loin de là. Le Tesla vision pour aider aux manœuvres de stationnement est aléatoire, comme d’autres innovations de Tesla. L’absence du commodo de clignotants et le levier de vitesse virtuel pourraient aussi bloquer certains acheteurs potentiels. Trop de technologie tue la technologie pour certains. Son prix reste déterminant pour continuer à distancer ses rivales. Sans cet avantage, la concurrence se rapproche dangereusement.

Numerama suit aussi de près l’actualité de la mobilité électrique dans sa newsletter Watt Else. Abonnez-vous pour recevoir tous les jeudis cette infolettre garantie sans langue de bois.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !