Une nouvelle tendance apparaît sur les réseaux sociaux, depuis le 26 février 2023. L’idée consiste à piéger les Tesla au milieu d’un cercle de sel pour les empêcher de partir. Vrai ou faux ?

Les réseaux sociaux regorgent d’idées brillantes, comme parfaitement stupides. Plusieurs vidéos commencent à devenir virales autour d’une farce réalisée pour piéger les conducteurs de véhicules Tesla. Publiées le 26 février 2023, les vidéos de Kaz Sawyer à ce sujet cumulent plus de 73 millions de vues, réparties entre YouTube et TikTok, à la date du 10 mars. Le principe consiste à répandre un cercle de sel tout autour de la voiture pour que la conduite autonome ne puisse pas fonctionner.

Un cercle de sel pour piéger le démon automobile de la conduite autonome ? Cela semble ridicule présenté ainsi, mais inspire pourtant beaucoup certains créateurs de contenu. N’allez pas gaspiller plusieurs kilos de sel pour reproduire la vidéo, vous allez perdre beaucoup d’énergie pour rien. On vous explique pourquoi.

Pourquoi la blague du sel ne marche pas sur une Tesla ?

Tout le principe de la farce repose sur l’idée qu’une voiture autonome ne peut pas transgresser les règles de circulation. Elle ne peut donc, en théorie, pas franchir une ligne blanche dessinée au sol.

En encerclant la voiture avec du sel, suffisamment épais pour imiter un marquage au sol continu, les blagueurs espèrent bloquer les Tesla. Il n’en est rien, et c’était franchement prévisible. Déjà, parce qu’une grande partie des conducteurs de Tesla conduisent tout simplement leur Tesla. Ils n’enclenchent ainsi pas les capacités de conduite autonome, type Full Self-Driving, pour manœuvrer afin de sortir d’une place de parking. On peut l’observer d’ailleurs dans les vidéos, le conducteur « piégé » enclenche la marche avant (ou arrière) et accélère sans être bloqué ou ralenti par le sel.

Quand bien même le conducteur d’une Tesla activerait le système de conduite autonome FSD, avant de sortir de sa place de parking, le résultat serait très probablement identique. Qui peut imaginer qu’une ligne irrégulière de sel, de sable ou de neige bloque un véhicule en trompant le système ? Il en va de même pour les manœuvres de stationnement lancées depuis l’application Tesla. Tout cela ne fait que gaspiller du sel et éventuellement enclencher le mode sentinelle de la voiture.

Vidéo du prank Tesla de Kaz Sawyer // Source : KazSawyer sur Tiktok
Zoom dans la vidéo du prank Tesla de Kaz Sawyer. // Source : KazSawyer sur Tiktok

Il serait largement plus intéressant de renouveler l’expérience en peignant des lignes, en reprenant les mêmes caractéristiques que les marquages au sol officiels. Puis, d’observer la réaction de la conduite autonome face à ce « cas de conscience » très humain pour une IA.

Une idée déjà exploitée en 2017

Si vous vous demandez comment cette étrange idée a pu traverser l’esprit de ces influenceurs, il faut certainement revenir quelques années en arrière. Cet article de Techcrunch de 2017 présente le travail d’un artiste anglais nommé James Bridle. La vidéo nommée « piège à voiture autonome 001 » interroge non pas sur ce que les voitures autonomes peuvent faire, mais plutôt sur ce qu’elles ne peuvent pas faire. C’était aussi le cas de notre expérimentation d’un véhicule autonome de Nissan dans les rues de Londres.

Derrière cette première vidéo de l’artiste, il n’y a aucun résultat, aucune réponse, indiquant si le piège peut réellement fonctionner. On peut imaginer que, depuis, l’idée a fait son chemin et s’est transformée en une blague, reprise et diffusée actuellement sur des réseaux sociaux.

Le sel permet de reproduire facilement la mise en scène, et multiplier les reprises et autres déclinaisons qui vont certainement fleurir sur YouTube et TikTok durant les prochains mois.

Finalement, un vrai sujet de fond pour les voitures autonomes

Derrière la mauvaise blague, qui se solde par un échec magistral, se cachent quand même de vraies interrogations. Comment se comporterait une voiture autonome face à une situation inextricable ? Le véhicule peut-il outrepasser les règles de circulation pour se sortir d’une difficulté entravant sa circulation ?

C’est en fait tout le travail présentement réalisé par les équipes qui planchent sur la conduite autonome et l’IA. La manière dont le véhicule autonome analyse les différents marquages au sol ou leur absence fait partie des bases de la technologie. C’est aussi ce qui pourra définir à l’avenir quelles seront les meilleures technologies pour la conduite autonome : Lidar ou uniquement des caméras comme Tesla ? Quel système, dans le cas présent, est le mieux pensé pour distinguer un marquage au sol légitime d’un tas de sel ou de neige que l’on peut outrepasser ? Dans le cas présent, tous doivent être capables de faire la différence.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !