Honda a taclé son concurrent Toyota au cours d’une table ronde au sujet de « fausses transmissions manuelles » ajoutées à des voitures électriques. Mais de quoi parle-t-on, plus concrètement ?

Introduire une boîte de vitesses à plusieurs rapports avec son levier manuel sur une voiture électrique peut sembler étrange. C’est pourtant un élément sur lequel plusieurs marques paraissent continuer à travailler. Toyota a déposé plusieurs brevets en ce sens début 2022. Dodge n’est pas complètement en reste avec son concept de Charger Daytona SRT.

C’est lors d’une table ronde réalisée avec le média Car And Driver que Toshihiro Mibe, PDG de Honda, et Shinji Aoyama, responsable de l’électrification, ont exprimé leurs doutes quant à l’intérêt de ces transmissions manuelles « fausses ou simulées ».

Pas vraiment par nostalgie, plutôt pour les performances

Derrière cette idée un peu folle du groupe Toyota de remettre une boîte de vitesse manuelle sur les voitures électriques, ne se cache pas uniquement de la nostalgie pour les voitures traditionnelles. L’absence d’une boîte manuelle, et de passages de rapports, est néanmoins perçue comme un progrès pour de nombreux utilisateurs de voitures électriques.

D’ordinaire, les voitures électriques peuvent se passer complètement de boîtes de vitesses. Seuls les 4 modes, actionnés par un simple bouton ou commodo, sont encore utiles :

  • « D » (pour la marche avant),
  • « R » (pour reculer),
  • « N » (pour la position neutre)
  • « P » (pour la position parking).

On peut aussi ajouter accessoirement le mode « B » pour actionner un frein régénératif supplémentaire. Sauf que cela peut aller un peu plus loin.

Selecteur de vitesse automatique // Source : Pixabay
Sélecteur de vitesse automatique // Source : Pixabay

Même si les voitures électriques peuvent utiliser un rapport unique, les performances immédiates à faibles vitesses finissent par s’atténuer à plus hautes vitesses. Sur une voiture du quotidien, c’est suffisant, mais pour une sportive, on peut faire mieux.

Certaines voitures électriques disposent même déjà d’une transmission électrique à deux rapports. C’est le cas des Porsche Taycan et Audi e-tron GT. C’est l’équipementier ZF qui a développé cette solution qui doit permettre d’optimiser les performances et l’autonomie. Le premier rapport gère la vitesse en dessous de 70 km/h, et le second rapport prend la suite. Dans cet exemple, c’est parfaitement transparent pour le conducteur qui n’a pas à passer physiquement le rapport.

Les brevets déposés par le groupe Toyota vont plus loin qu’une transmission à plusieurs rapports. Pour la future sportive de Lexus, son président, Koji Sato, aimerait y associer un « pseudo levier de vitesse » et un « pseudo embrayage ». Pourquoi pseudo ? Parce qu’il ne s’agit pas réellement de reproduire l’action mécanique de ces deux éléments, mais de trouver une solution logicielle qui peut simuler la sensation d’un levier de vitesses manuel. L’objectif serait de rendre les véhicules électriques aussi attrayants que les modèles thermiques sportifs.

Gamme électrique Lexus à venir // Source : Lexus
Gamme électrique Lexus à venir // Source : Lexus

Honda n’est pas vraiment pas convaincu par ces solutions artificielles

On ne peut pas dire que Honda et Toyota se soient lancées à corps perdu dans la transition vers les véhicules électriques. Là-dessus, les deux rivaux ont tous les deux surtout misés sur l’hybride. C’est au pied au mur qu’ils se décident à passer la seconde pour proposer des véhicules électriques. Ils veulent donc essayer d’apporter quelque chose de différent.

Pour Toyota, cela pourrait passer par cette (simili) transmission manuelle qui donnerait plus de sensations de conduite, mais Honda cherche autre chose pour continuer à donner des voitures électriques plaisantes et fun à conduire.

Les deux dirigeants de Honda assimilent cette idée de boîte manuelle à une autre tendance, étrange, observée avec certaines nouveautés : celle des faux sons de moteur (ou d’échappements). C’est apparemment plutôt Dodge qui semble être visé par cette remarque.

Pour Toshihiro Mibe, PDG de Honda, il est important que leurs voitures électriques soient « nerveuses » et qu’elles se distinguent de leurs concurrents en termes d’expérience de conduite, en ajoutant : « Je ne suis pas sûr que nous puissions remplacer la transmission manuelle. »

Avant de chercher à nous offrir la sensation de conduite d’une sportive des temps passés, avec des solutions techniques et logicielles complexes à mettre en œuvre, nous attendons que les deux constructeurs japonais nous proposent de nouveaux véhicules électriques fonctionnels. Les deux marques n’ont qu’une référence 100 % électrique actuellement à disposition dans leur catalogue : la Honda e d’un côté, le Toyota BZ4X et Lexus UX300e pour l’autre. On attend toujours que le Lexus RZ pointe le bout de son capot, car celui-ci a déjà plusieurs mois de retard. Pour le moment, aucun de ces modèles ne semble avoir trouvé grâce aux yeux des acheteurs, et ce serait probablement pertinent de commencer par résoudre cela.