La Honda e vient de voir son prix augmenter de 810 € au 1er octobre. Au fil des ans, la première citadine électrique de Honda est passée d’un prix peu attractif à un tarif carrément dissuasif. Elle avait pourtant presque tout pour cartonner.

À son lancement, cette citadine électrique signée Honda nous avait enthousiasmés. Avec son look original et un intérieur futuriste, la Honda e détonnait dans le paysage des voitures électriques. Il y a cependant deux éléments qui ont rapidement freiné son essor : une autonomie limitée et un ticket d’entrée de 35 000 euros, trop élevé à ce moment-là par rapport aux autres citadines. Honda vient de communiquer les nouveaux tarifs de sa gamme au 1er octobre 2022, on y découvre que la Honda e subit une nouvelle augmentation de 810 €, la seconde en 1 an et la plus grande depuis son lancement.

Tous les véhicules neufs subissent actuellement des hausses de prix. Ce qui change la donne pour la Honda e, c’est que la version la plus entrée de gamme a disparu du catalogue. Quand on se penche sur le nombre d’immatriculations pour 2022 pour ce modèle, on découvre que seules 135 Honda e ont été livrées sur les 9 premiers mois de l’année.

Qui pour acheter une citadine électrique à 41 270 € ?

Même Mini, qui vise pourtant une clientèle premium, n’ose pas afficher un tel tarif de départ, puisque sa Mini électrique est disponible à partir de 35 700 €. Il faudra bien sûr y ajouter quelques options, qui feront gonfler la note, mais on est quand même sur un prix de départ plus raisonnable. Si l’on peut encore considérer plus de 35 000 € comme raisonnable pour une citadine.

Il y a bien la Fiat 500 dans sa version cabriolet, avec la finition la plus haute et la plus grande batterie qui s’en approche avec 40 900 €. Sauf que les performances, l’autonomie de 320 km et le plaisir de conduite sont supérieurs à ce qu’offre la Honda e.

La motorisation d’entrée de gamme, qui a été supprimée, se positionnait entre 36 000 € à 37 000 € (avant bonus), soit environ 5 000 € moins chère que la seconde version nommée advance. La Honda e se retrouve désormais en concurrence frontale avec plusieurs citadines, berlines compactes, et même certains SUV. Une bataille du prix qui est perdue d’avance pour la Japonaise en France.

intérieur de la Honda e  // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
intérieur de la Honda e // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Elle a beau être mignonne, originale, à la pointe de la technologie et être assez vive sur la route avec ses 154 ch, elle n’affiche qu’une autonomie de 200 km wltp pour une batterie de 28,5 kWh. Même pour une citadine, cela reste un frein à l’achat, surtout associé au prix de 41 270 € (avant bonus)

4 immatriculations en septembre en France, est-ce le début de la fin pour la Honda e ?

Pour le mois de septembre, la Honda e flirte avec les bas-fonds du classement des immatriculations des véhicules électriques avec seulement 4 voitures immatriculées. Si l’on observe sur les 9 premiers mois, cela représente une moyenne de 15 véhicules par mois. C’est 135 Honda e au total sur cette période, ce qui ne relève pas beaucoup le niveau.

Dans cette queue de classement, elle est entourée essentiellement de quelques utilitaires électriques vendus à des particuliers : Mercedes EQV, Fiat Ulysse, Toyota Pro-Ace, Peugeot Partner, Opel Zafira et Mercedes E-Vito. On y trouvera aussi une Jaguar i-Pace et un Lexus UX300e.

Honda e filant au soleil couchant // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Honda e filant au soleil couchant // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Il n’y a rien de bien rassurant pour l’avenir de cette petite électrique en France. Lancée fin 2019, il est pourtant un peu tôt pour tirer sa révérence, surtout que Honda e ne dispose pas d’autres véhicules 100 % électrique à proposer avant 2023. La marque s’est principalement concentrée sur des motorisations hybrides de nouvelle génération et semble traîner les pieds sur le 100 % électrique.

Le constructeur aurait toutefois tout intérêt à réfléchir à une mise à jour de son modèle, lui offrant plus d’autonomie. Avec un tel tarif, il va être difficile de trouver des clients à ce modèle, malgré toute la technologie embarquée et la bonne volonté des équipes Honda pour la vendre.

Alors que les citadines occupent le haut du classement des ventes françaises, il est dommage que Honda ait loupé le coche avec sa première électrique. Un peu comme le Nissan Ariya ou même la MX30 de Mazda, les constructeurs japonais semblent avoir un souci dans le positionnement stratégique de leurs modèles électriques sur le marché européen. Quel gâchis !