Visa a annoncé avoir acheté un NFT CryptoPunk. L'arrivée de l'entreprise dans le secteur envoie un signal fort : les acteurs institutionnels veulent clairement un bout du marché.

Il se passe rarement des choses excitantes sur le compte Twitter de l’entreprise Visa. On y retrouve surtout de la communication très corporate, quelques conseils aux entreprises clientes de Visa, des classements Forbes… Et puis, le 23 août 2021, une nouvelle pour le moins inattendue a créé l’émoi sur sa timeline Twitter : Visa a acheté un NFT.

Les NFTs sont des non fungible tokens, des jetons non échangeables en français. Ils sont basés sur la blockchain de l’Ethereum, et permettent d’authentifier des fichiers. Cette technologie permet de créer des certificats d’authenticité ou de propriété sur Internet, inscrits sur la blockchain — et a permis l’émergence d’un véritable marché de l’art virtuel.

Visa a décidé d’investir dans ce marché en achetant un NFT pour près de 165 000 dollars. Étrange ? Pas tellement.

« Les NFT gagnent rapidement en popularité »

« Ces 60 dernières années, Visa a construit une collection d’objets commerciaux historiques — des cartes de crédit en papier aux premiers terminaux de paiement. Aujourd’hui, alors que nous entrons dans une nouvelle ère, celle du commerce des NFT, Visa accueille dans sa collection CryptoPunk #7610 », a expliqué l’entreprise dans un tweet.

Visa s’est donc offert un NFT, pour la modique somme de 49,5 ETH, soit un peu plus de 141 600 euros. En plus de la nouvelle, Visa a accompagné son tweet d’un document pour expliquer la vision de l’entreprise sur le marché de l’art virtuel, mais surtout
d’un guide d’achat spécial NFT pour ses clients, qui explique comment en tirer des revenus.

« Les NFTs gagnent rapidement en popularité », a expliqué Cuy Sheffield, chargé des cryptomonnaies chez Visa, dans le document expliquant la position de l’entreprise. « Pour le seul mois d’août, ils ont attiré 1 milliard de dollars de vente […] Pour aider nos clients et nos partenaires à investir, nous avions besoin de comprendre nous-même comment acheter, garder et tirer profit d’un NFT ». Ce n’est donc pas vraiment par intérêt pour l’art que Visa a acheté son CryptoPunk, mais pour des motivations financières, et bien plus terre à terre.

Plus largement, l’intérêt de Visa pour les NFT montre que le géant des systèmes de paiement s’intéresse de plus en plus aux cryptomonnaies. Alors que de plus en plus d’acteurs institutionnels se positionnent sur le segment et permettent à leurs utilisateurs d’acheter directement des bitcoins et autres cryptos, Visa veut être dans la course. L’entreprise a annoncé accepter les paiements en USD Coin en mars, et a annoncé un partenariat avec 50 plateformes d’échange de crypto en juillet. Les NFTs sont une indication supplémentaire que l’entreprise compte vraiment s’imposer dans le secteur.

Le marché des NFT n’est pas mort

On a surtout entendu parler des NFTs en mars dernier, lorsque plusieurs ventes ont établi des records les unes à la suite des autres. Depuis, ils ont petit à petit disparu de l’actualité. Mais pourtant, le marché des NFTs est loin d’être mort : il est même plus actif que jamais. Les données du site spécialisé Nonfungible montrent que le volume d’échange a atteint un nouveau record ce mois-ci, battant celui établi au mois de mai, en atteignant 896 millions de dollars.

Les ventes de NFT au mois d’août 2021 // Source : Nonfungible.com

Le succès des NFTs est toujours entraîné par celui des tokens à collectionner, en particulier avec les CryptoPunks, une collection de 10 000 personnages uniques en leur genre, ou bien avec les « moments » de match de baskets vendus par la NBA. Mais un marché des « NFTs d’occasion » toujours très actif montre que l’intérêt des acheteurs ne s’arrête pas aux pièces à collectionner, et s’inscrit dans la durée. L’arrivée de Visa va surement renforcer la tendance.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo