La technologie de la blockchain, sorte de livre de comptes libre d’usage et transparent, permet de faire fonctionner les crypto-monnaies. Mais, elle a aussi d’autres applications au quotidien, de plus en plus nombreuses.

La blockchain, ou chaîne de bloc en français, est une technologie encore relativement récente. Elle est cependant de plus en plus utilisée, que ce soit pour stocker des informations, pour échanger des NFT, ou encore pour faire fonctionner des crypto-monnaies.

Certaines entreprises pensent même à utiliser la technologie dans des domaines autres que celui des crypto-monnaies, comme dans les industries du luxe et du jeu vidéo. Mais, comment fonctionnent vraiment les blockchains ? On répond à vos questions.

Qu’est-ce que la blockchain ?

Il est tout d’abord important de préciser que le terme blockchain désigne une technologie, il ne fait pas référence à une seule blockchain en particulier. Il existe d’ailleurs un très grand nombre de blockchains, qui répondent chacune à des besoins spécifiques. Dans cet article, nous allons cependant nous concentrer sur les blockchains publiques, utilisées pour les crypto-monnaies et qui sont les plus populaires.

Les informations sont contenues dans des blocs // Source : Canva
Les informations sont contenues dans des blocs. // Source : Canva

Une chaîne de bloc est une sorte d’énorme registre public, où toutes les transactions effectuées dans un réseau sont enregistrées, et que tout le monde peut consulter. Ces carnets géants permettent de tenir des comptes, comme dans le cas d’une crypto-monnaie, mais aussi de consigner des informations dans des blocs de manière permanente et inviolable.

L’autre caractéristique principale des blockchains est que ces dernières sont décentralisées : le registre n’existe pas que sur un seul serveur, car il est partagé avec des ordinateurs connectés sur le réseau, que l’on appelle des nodes. Chacun de ces nodes a une copie de la blockchain, qui est mise à jour en permanence, et qui garde une trace de toutes les anciennes transactions. C’est la raison pour laquelle il n’existe pas de véritable propriétaire de la chaîne, et qu’elle peut véritablement être publique. Les blockchains publiques fonctionnent ainsi sans recourir à des tiers de confiance, sans serveur central.

Comment fonctionne la blockchain ?

Avoir un carnet consultable par tous, c’est bien. Mais, comment s’assurer que personne ne le vandalise en inscrivant des bêtises ? La solution utilisée par les blockchains s’appelle un processus de consensus, qui permet de mettre tout le réseau d’accord sur les bonnes versions des informations contenues dans les blocs.

Pour prendre un exemple, une transaction effectuée sur le réseau du bitcoin sera enregistrée sur la blockchain dans un bloc, avec d’autres transactions. Pour valider un nouveau bloc et l’ajouter à la blockchain, il faut faire du minage.

Les blockchains fonctionnent de façon décentralisée // Source : Canva
Les blockchains fonctionnent de façon décentralisée. // Source : Canva

En fonction des blockchains, l’étape du minage peut se dérouler de plusieurs façons : ce sont les protocoles de consensus (pour s’assurer que les informations contenues à l’intérieur du bloc sont bonnes). Dans notre cas, sur le réseau bitcoin, le protocole de consensus utilisé est celui de la proof of work.

Pour ajouter un nouveau bloc, le réseau va mettre en compétition les ordinateurs connectés au réseau, aussi appelés mineurs. Ils vont devoir répondre à une suite d’équations très complexe. Le premier mineur à trouver la réponse s’assurera de vérifier que tous les autres nodes ont bien la même version du bloc.

Après avoir terminé sa vérification et en échange de ses efforts, le mineur est récompensé en recevant des unités de crypto-monnaies — sur le réseau bitcoin, par des BTC ; sur le réseau Ethereum, par des Eth ; etc.. Cette étape permet donc de vérifier que tous les nodes de la blockchain ont bien la même version, et de créer de la valeur avec de nouvelles unités de crypto-monnaies.

Il est important de noter que la proof of work n’est qu’une seule méthode parmi d’autres : la proof of stake est un protocole de consensus de plus en plus utilisé, que nous détaillons dans d’autres articles.

À quoi sert une blockchain ?

Les blockchains sont, dans la grande majorité des cas, utilisées comme base d’une crypto-monnaie. Leur nature décentralisée implique qu’il n’y a pas besoin de tiers de confiance pour gérer les transactions, et qu’il est impossible de falsifier les données— et donc, de s’enrichir artificiellement. La première blockchain à être lancée est d’ailleurs celle du bitcoin, preuve que les deux systèmes sont étroitement liés.

Mais, il est également possible de se servir d’une chaîne de blocs pour d’autres choses. Ces derniers temps, on a ainsi vu un intérêt accru pour les NFT — des jetons d’authenticités inscrits dans la blockchain de l’Ethereum. Ils ont contribué à la naissance d’un marché de l’art virtuel en permettant la certification de fichiers sur internet. Ce marché a surtout été marqué par une très forte spéculation à ses débuts et les ventes de NFT ont fortement baissé depuis le pic de popularité de 2021.

La blockchain est utilisée dans de nombreux domaines // Source : Canva
La blockchain est utilisée dans de nombreux domaines. // Source : Canva

Il reste cependant beaucoup de projets liés aux NFT. De nombreux jeux vidéos ont lancé des collections de NFT pour accompagner leurs jeux, des marques de luxe envisagent de créer des NFT pour authentifier leurs produits, et ainsi l’assurer leur provenance dans le cadre de reventes. Enfin, l’entreprise de billetterie Ticketmaster veut se lancer dans les NFT afin d’éviter les ventes de faux tickets et faciliter les reventes. On peut également s’attendre à voir de nouveaux usages de la blockchain apparaitre avec le temps.

Comment consulter des blockchains ?

Il existe un certain nombre d’outils qui permettent de consulter des blockchains. Il faut tout d’abord savoir laquelle vous voulez analyser : les outils utilisés sur la chaîne du bitcoin ne sont pas forcément les mêmes que ceux utilisés pour les autres.

Comme il existe une infinité de blockchains, il serait impossible de lister ici tous les outils disponibles pour les consulter. Nous noterons cependant ceux les plus couramment utilisés sur le réseau bitcoin et Ethereum, les deux crypto-monnaies les plus populaires du monde.

Pour consulter les informations d'une blockchain, il faut utiliser les bons outils // Source : Canva
Pour consulter les informations d’une blockchain, il faut utiliser les bons outils. // Source : Canva

Globalement, si vous voulez consulter la blockchain du bitcoin, l’un des sites les plus populaires est blockchain.com. Il permet de consulter les dernières transactions effectuées sur la chaîne, et simultanément de regarder les cours en direct des crypto-monnaies. Le site permet également d’explorer d’autres blockchains que celle du bitcoin. Si vous voulez une interface plus simple et moins surchargée d’informations, le site de blockstream vous conviendra certainement mieux.

Pour regarder la blockchain du réseau Ethereum, la référence reste Etherscan. Il s’agit d’un outil très complet, qui permet de consulter les transactions, les frais de gaz de la blockchain, et de voir les possessions des portefeuilles cryptos de certaines célébrités, dont celui de Vitalik Buterin.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !