Début août 2020, Apple a renouvelé sa gamme d'iMac. La star des annonces est le modèle 27 pouces, qui reçoit des composants de dernière génération et un traitement nanotexturé en option sur son écran 5K. Mais entre le Mac mini, l'iMac Pro et le Mac Pro, une question se pose : à qui s'adresse cette gamme ?

Une dernière génération et puis s’en va ? C’est ce que l’on pourrait penser de l’iMac dévoilé début août 2020 par Apple. L’ordinateur de bureau « tout en un », qui n’est pas souvent renouvelé, vit peut-être sa dernière vie sous cette forme que l’on connaît maintenant très bien. Pour sûr, il renaîtra : on imagine déjà, dans les grandes lignes, un format d’iMac tournant sous processeur Apple Silicon qui sera peut-être l’occasion d’inaugurer un nouveau design et d’ajouter quelques composants issus du mobile (Face ID, par exemple).

Mais l’heure est au perfectionnement. C’est un peu ce qui ressort des dernières nouveautés Apple : MacBook Pro, MacBook Air, iPhone SE et iPhone 11 sont des appareils ô combien plaisants à utiliser, car ils arrivent en bout de cycle, embarquant des caractéristiques maîtrisées, peaufinées à l’extrême. La gamme iPhone 11 était tout à fait exemplaire de cette ère Apple et l’iMac de 27 pouces est la dernière machine a entrer dans ce cycle, qui répond enfin à une question essentielle de tout acheteur potentiel : regrettera-t-on d’avoir craqué sur cette génération ? Clairement, en 2020, la réponse est non.

Et pourtant, l’iMac 27 pouces de 2020 ne s’adresse pas à tout le monde, maintenant qu’Apple a des propositions solides sur les gammes mini, iMac Pro et Mac Pro. Petit tour d’horizon, après nos premières heures sur ce nouvel engin.

À qui l’iMac 27 pouces à 2 099 € peut-il convenir ?

Comme souvent, l’iMac entrée de gamme a des avantages et des inconvénients. Les avantages sont simples à comprendre : pour le prix le plus bas demandé pour cette gamme, il embarque les mêmes innovations que le modèle le plus haut de gamme. On retrouve un écran 5K calibré P3 qui pourrait déjà justifier le prix du produit, le moindre écran avec la même résolution coûtant plus de 1 000 €.

Mais également, on retrouve dans cette machine le micro à trois composants « qualité studio » qui ne galvaude pas son nom, que l’on appréciait énormément dans le MacBook Pro 16 en fin d’année 2019 et une caméra FaceTime Full HD. Le tout est complété par la fameuse puce T2 chiffrant les données en temps réel et, bien sûr des composants de dernière génération (côté processeur et carte graphique notamment).

L’iMac 27 pouces de 2020 // Source : Louise Audry pour Numerama

Dès lors, pour ce prix, on se retrouve avec une machine de luxe dédiée à la productivité. Ses nouveaux composants en feront un allié de la visioconf’ et l’ensemble est parfaitement cohérent pour de nombreux travailleurs indépendants qui n’auraient pas un usage intensif des processeurs graphiques. On regrettera cependant que la configuration de base ne vienne pas avec 16 Go de RAM : ce n’est pas un luxe sur une telle machine et on peine à croire que les 8 Go par défaut suffisent pour faire tourner de nombreuses applications lancées simultanément, ce qui n’est pas rare dans de nombreux métiers.

Mais au-delà de ça, on peut être sûrs et certains qu’un tel produit sera un ordinateur à tout faire, élégant et proposant magnifique écran 5K encore rare sur le marché. L’équivalent côté PC se trouvera sur des configurations premium, certes plus puissantes, mais qui ne viennent pas avec un tel écran… ni macOS.

iMac, iMac Pro ou Mac Pro ?

La configuration que nous avons essayée tourne autour de 5 000 €. Elle embarque le Core i9 le plus haut de gamme (+505 €), 32 Go de RAM (+750 €), la Radeon Pro 5700 XT (+625 €) et le revêtement en verre nanotexturé (+625 €). On est donc dans un contexte différent quand on parle d’une telle gamme tarifaire. Autant les iMac entrée de gamme peuvent être une porte d’accès, onéreuse mais grand public, à un écran 5K, autant quand on monte en gamme, on touche avant tout des professionnels, en entreprise ou indépendants.

Et pour celles et ceux qui choisissent l’écosystème Apple, 2020 est une année un peu perturbante. Le prix d’entrée d’un iMac Pro est à 5 499 €, soit peu ou prou ce qu’Apple demande pour un iMac 27 pouces configuré pour des usages professionnels. Le Mac Pro, lui, demande un millier d’euros en plus, à 6 499 €. Avec l’iMac Pro, on peut monter jusqu’à 18 cœurs sur un processeur Xeon et partir sur des GPU Vega à la place des GPU Radeon. Avec le Mac Pro, on a la modularité et la surpuissance des composants pensés pour les professionnels de l’image, des studios aux boîtes de production.

L’iMac de dos — on aperçoit la trappe pour ajouter de la RAM // Source : Louise Audry pour Numerama

Mais dans les deux cas, iMac Pro comme Mac Pro, le prix plancher n’est pas celui de la configuration la plus intéressante en termes de performance. Dès lors, il devient absurde de comparer un iMac 27 autour de 5 000 € avec des machines qui peuvent friser les 10 000 ou les 20 000 € — sans écran dans le cas du Mac Pro. Et c’est là que ce nouvel iMac prend tout son sens : une configuration extrêmement puissante avec un Core i9 et une Radeon 5700 XT, le tout associé à l’écran 5K déjà mentionné, arrive à un prix tout à fait décent pour une entreprise qui saura en tirer les bénéfices ou un indépendant qui a besoin de ressources pour ses logiciels.

En réalité, le prix des iMac 27 avec des configurations musclées est avantageux par rapport aux offres concurrentes chez Apple, qui ne laissent accéder qu’à des modèles entrée de gamme pour les mêmes tarifs. En plus, les professionnels de l’image pourront choisir le revêtement nanotexturé qui donne un aspect mat à la dalle tout en préservant la luminosité et la colorimétrie : un avantage que l’on ne retrouve étonnamment pas dans les iMac Pro.

La nouvelle caméra FaceTime Full HD // Source : Louise Audry pour Numerama

L’iMac 27 2020 en bref

C’est assez clair : l’iMac 27 pouces est une machine de luxe sur laquelle on prend du plaisir à travailler. Mais en 2020, on ne paie définitivement pas que la marque et son écosystème : le all-in-one a été peaufiné dans ses moindres détails pour fournir aux travailleurs indépendants et aux particuliers une machine extrêmement polyvalente. C’est aussi une porte d’entrée de choix vers un écran 5K magnifique, encore rare dans les offres grand public.

Les compromis pour trouver le bon iMac  seront à faire au niveau des options, mais comme souvent avec Apple ces derniers temps, on conseillera d’augmenter la RAM au-delà des 8 Go et de préférer un stockage externe beaucoup moins onéreux que ce que propose le constructeur.

Crédit photo de la une : Louise Audry pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo