Apple a fait une énorme mise à jour sur sa gamme iMac 27 pouces. Caractéristiques, finitions et options en font de redoutables outils pour les professionnels.

Serait-ce la dernière mise à jour de l’iMac dans la forme que nous connaissons si bien ? L’ordinateur iconique d’Apple a changé ce 4 août pour se mettre au parfum de 2020, mais le redesign qui avait été évoqué par quelques rumeurs n’est pas à l’ordre du jour. On retrouve donc un iMac fort traditionnel en apparence, mais dont les raffinements viennent de l’intérieur. Petit tour d’horizon des nouveautés de cet engin, qui est toujours décliné aujourd’hui par Apple en version 27 et 21,5 pouces.

L’iMac 27 pouces reçoit une grosse mise à jour

La version 27 pouces est celle qui a reçu le plus de modifications. À 2 099 €, prix plancher de la gamme, on trouve un processeur Intel Core i5à 6 cœurs de 10e génération, cadence à 3,1 Ghz. Il est épaulé par 8 Go de RAM et inclut une carte graphique Radeon 5300 avec 4 Go de mémoire vidéo. La configuration vient de base avec un SSD de 256 Go et un écran Retina 5K certifié P3 (14,7 millions de pixels, 1 milliard de couleurs, luminosité de 500 nits). Grosse nouveauté du côté de l’écran qui plaira aux professionnels de la photographie et de la vidéo : en option à 625 €, l’iMac 27″ peut être livré avec un verre mat nanotexturé. C’est celui qui est apparu dans la gamme Apple avec le Pro Display XDR, l’écran annoncé en même temps que les derniers Mac Pro. Ce revêtement mat et anti reflets renforce la fiabilité colorimétrique.

Pas de nouveau design, mais de nouvelles caractéristiques pour les iMac // Source : Apple

Mais si l’on se projette de l’autre côté du spectre tarifaire, on va trouver une machine surpuissante. Le processeur peut monter jusqu’à un Intel Core i9 à dix cœurs cadencé à 3,6 Ghz et 128 Go de RAM DDR4. Côté GPU, Apple propose les dernières Radeon 5700 XT équipées de 16 Go de mémoire vidéo. Comble du raffinement, on peut aller jusqu’à 8 To de stockage en SSD dans une telle machine. Si l’on ajoute le verre nanotexturé pour l’écran et un port Ethernet 10 Gb, cela fait monter la facture à 10 729 €. Autant dire que la machine s’adressera aux professionnels qui pourront juger la rentabilité de l’investissement pour leur production. Ils compareront immanquablement cette configuration à celle du Mac Pro, plus évolutive, qui peut s’accompagner d’un écran Pro Display XDR. En bref, cette montée en gamme des composants que permettent les configurations les plus musclées est opérée pour offrir un choix à des studios ou des indépendants qui valoriseraient le gain de place d’un iMac par rapport à un Mac Pro.

Côté grand public, le prix d’entrée à plus de 2 000 € est déjà une belle barrière psychologique à franchir. Si l’on ajoute 8 Go de RAM pour arriver à 16 Go et avoir une quantité confortable qui permet de prévoir l’avenir, on passe même à 2 349 €. Ce n’est clairement pas un tarif d’entrée de gamme, quand on compare la solution à ce que propose Apple en laptop, où pour un peu plus de 1 000 €, il est possible d’avoir un excellent MacBook Air, très suffisant pour les études ou la plupart des professions n’utilisant pas de logiciels lourds.

Les détails les plus importants que nous retiendrons sur toutes les configurations concernent la communication et la sécurité. Côté vidéoconférence, Apple propose désormais une caméra Full HD 1080p sur ses iMac — la caméra 720p était très vieillissante et peu adaptée aux usages modernes. Mais, plus important encore, on retrouve dans les iMac les micros de « qualité studio » qui ont été lancés dans le MacBook Pro 16 pouces. C’est un véritable changement en profondeur d’un élément souvent négligé par les constructeurs et un vrai atout pour le télétravail, permettant de la visioconférence avec un son qui n’est pas brouillé ou en basse qualité. Ce n’est qu’en utilisant ces micros que l’on s’aperçoit à quel point le marché de l’ordinateur a très largement laissé ce composant de côté.

Côté sécurité, la puce T2 s’occupe de chiffrer les données sur le SSD et de contrôler l’intégrité des fichiers. Elle épaulera également le processeur d’image qui fait fonctionner la caméra avant, le micro et les enceintes, ajustant les couleurs, tons et expositions en temps réel pendant l’usage de ces composants. Elle est partagée par tous les iMac 27 pouces.

Les iMac 21,5 pouces et iMac Pro bougent légèrement

À côté de ces changements, les gammes 21,5 pouces et iMac Pro sont très peu touchées : la première reçoit un SSD de série au lieu d’un Fusion Drive (à partir de 1 299 €) et la seconde est équipée par défaut d’un Intel Xeon à 10 cœurs, qui était auparavant une option plus onéreuse. Malheureusement, le revêtement nanotexturé de l’écran est réservé à l’iMac et n’est pas vendu en option pour l’iMac Pro, malgré ses ambitions… professionnelles.

Il est très possible que la prochaine mise à jour de la gamme fasse passer tous ces ordinateurs à un nouveau design… et aux processeurs Apple Silicon.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo