Apple a terminé le renouvellement de ses MacBook. La version 13 pouces inclut désormais un clavier Magic Keyboard, tout en retenant les innovations de ces 4 dernières années. Mêlant mobilité et puissance, cet ordinateur portable prend une place de choix entre le MacBook Air de 2020 et le MacBook Pro 16.

C’est fait : Apple a remanié entièrement sa gamme de MacBook avec des claviers « Magic Keyboard ». L’épisode papillon, qui aura duré plusieurs année, est définitivement terminé. À cause de ces claviers, Apple était sous le feu des projecteurs pour une raison qu’aucune entreprise qui propose des produits premium souhaiterait : un manque de fiabilité dans la mécanique qui a entraîné de très nombreux passages au SAV.

En 2020, le MacBook est donc de nouveau un ordinateur pérenne et durable. À ce cocktail essentiel s’ajoutent les nombreuses améliorations des années papillon, du trackpad multipoints immense à la Touch Bar et depuis cette année, les générations de MacBook prennent même quelques idées sur les ordinateurs portables les plus onéreux de la gamme que sont les MacBook Pro 16 pouces. En clair, tout est réuni pour faire du MacBook Pro 13 pouces une référence pour la productivité, fixe et mobile.

Le modèle testé est équipé d’un processeur Intel Core i5 de 10e génération à 2 Ghz, 16 Go de RAM, un processeur graphique Intel Iris Plus et 512 Go de stockage. La configuration coûte 2 129 €. Les MacBook Pro de 13 pouces démarrent à 1 499 €.

Le clavier papillon faisait gagner moins d’un millimètre au MacBook Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

MacBook Pro 13 vs MacBook Air

C’est pour nous une évidence : le MacBook Air est un vrai coup de cœur de ce début d’année 2020, et à un prix commençant à 1 199 €, on le recommande les yeux fermés pour la plupart des usages. Si vous cherchez un ordinateur familial, personnel pour le loisir ou pour du travail de bureautique avancée, vous avez dans le MacBook Air un parfait allié.

Mais alors, à quoi sert un MacBook Pro 13 pouces en 2020 ? Eh bien, en réalité, à beaucoup de choses.

Le MacBook Pro 13 2020 // Source : Louise Audry pour Numerama

Du côté des similarités avec le modèle plus grand public, on retrouve bien entendu le confort de frappe apporté par le nouveau clavier Magic Keyboard. Cette référence Apple, qui n’a pas été abandonnée sur les claviers des ordinateurs de bureau, est vraiment un outil qu’on aurait aimé ne jamais voir disparaître de la gamme portable. On retrouve avec plaisir ces touches avec juste ce qu’il faut de surface émergée pour éviter les erreurs de frappe et une course plus longue que celle des claviers papillon.

Le Magic Keyboard est également plus silencieux à la frappe et, bien entendu, plus fiable sur la durée — si ce MacBook Pro 13 est très récent, le composant a eu de nombreuses années pour faire ses preuves. Le comble, c’est que l’épaisseur en plus sur le MacBook Pro 13 de 2020 par rapport au modèle de 2019 avec clavier papillon est parfaitement négligeable à l’usage.

Le MacBook Pro 13 2020 et son Magic Keyboard // Source : Louise Audry pour Numerama

On trouve également un écran Retina plus lumineux que sur les MacBook Air (à 500 nits), certifié P3 côté colorimétrie : deux arguments qui ne manqueront pas de séduire les professionnels de l’image. Comme le MacBook Pro 13 reste un ordinateur mobile, vous pourrez également profiter de cette luminosité en plus de l’écran pour travailler dans de bonnes conditions dans des lieux non conventionnels, comme une très appréciée terrasse au soleil. C’est le même constat que l’on peut faire pour la Touch Bar : si vous ne l’avez jamais intégrée à votre flux de travail, vous n’en voyez probablement pas l’utilité. Mais si vos logiciels sont compatibles, alors elle apporte un gain de précision et de vitesse non négligeable (modifier des potentiomètres sur des logiciels de MAO, ajuster un nuancier de couleur ou une séquence sur des logiciels de montage, transformer un texte automatiquement en émoji (oui)).

Pour les professionnels, le MacBook Pro 13 a surtout l’avantage d’avoir un processeur bien mieux refroidi, dans un châssis plus épais. Cela permet à Apple de tirer parti de la pleine puissance du processeur et ce de manière soutenue. Nous avons fait chauffer les transistors de notre modèle d’essai, équipé d’un Core i5 de 10e génération, et c’est peu dire que la charge est constante et régulière.

En faisant tourner les 6 benchmarks (ici et ) du logiciel de conception 3D Blender, on a pu constater que le processeur tournait à plein régime, sur une longue période (plus de deux heures pour exécuter ces rendus 3D très exigeants, plutôt conçus pour des chipsets graphiques). Ce qui est impressionnant, c’est aussi de constater à quel point le fait de le brancher est anecdotique pour la plupart des benchmarks : on gagne quelques minutes pour quelques threads lancés en plus. Évidemment, avec un travail demandé aussi intense, la batterie fond, mais ce n’est pas un usage commun. Sur un usage plus conventionnel, l’autonomie passe à une dizaine d’heures, soit largement suffisante pour tenir une journée.

Le MacBook Pro 13 au quotidien

Au quotidien, on a du mal à prendre en défaut cet ordinateur portable. Pour une profession de l’écrit comme la nôtre, qui est amenée à jouer avec de la retouche photo rapide ou des animations, on se retrouve avec un MacBook presque trop puissant — le MacBook Air de 2020 fait parfaitement le travail.

Cela dit, une fois la Touch Bar insérée dans notre flux de travail, on se met à lui trouver une utilité quotidienne. Que ce soit pour faire une sauvegarde rapide dans un format sur Affinity, ajuster le son, répondre à un appel entrant depuis l’iPhone, régler des paramètres ou saisir des mots grâce à la recherche prédictive, on se retrouve à utiliser très souvent cette barre que l’on considérait jusqu’à peu comme un gadget. Et notre profession est peut-être l’un des métiers avec le moins d’applications pensées pour lui : les autres trouveront bien d’autres usages pertinent.

L’écran n’a pas changé // Source : Louise Audry pour Numerama

Côté télétravail, puisque la question se pose aujourd’hui plus que sur nos précédents tests, le MacBook Pro 13 a de grandes qualités. Le microphone à trois composants permet de transmettre votre voix de manière très claire et les haut-parleurs stéréo rendent également un son cristallin. C’est idéal pour de la visioconférence, même si la webcam est un poil en dessous de ce qu’on attendrait en 2020 sur un ordinateur de cette gamme — limitée à 720p. On dira que la mise à jour de ce composant fera partie de la prochaine génération.

MacOS répond aussi de manière native aux besoins des professions pour qui la production repose sur l’outil informatique. Entre le disque dur chiffré en temps réel et l’accessibilité des sessions grâce à Touch ID pour déverrouiller l’ordinateur, permettant de configurer un mot de passe fort pour sa session sans perdre en facilité d’usage, on se retrouve avec un coffre-fort particulièrement solide. Find My vient compléter cela en permettant un repérage du Mac sur une carte et un formatage à distance en cas de vol ou de perte.

L’écosystème Apple est toujours aussi convaincant, après des années d’usage et de raffinements en tous genres. Entre les partages rapides avec AirDrop, les copier coller entre les appareils macOS et iOS, la synchronisation des fichiers ou le pilotage des slides d’une présentation Keynote directement à l’iPhone, la messagerie iMessage, Notes et Rappels complètement partagés entre vos appareils, on se souvient à chaque instant pourquoi Apple tient à sa fermeture qui peut agacer. En contrôlant chaque partie du workflow, l’expérience native, sans besoin d’applications tierces, est parfaitement intuitive et, pour qui sait en profiter, permet vraiment de se concentrer sur le travail. Le produit reste un outil pour faire des choses : on l’aime d’autant plus quand il est si confortable qu’il se fait oublier.

Les ports USB-C // Source : Louise Audry pour Numerama

Évidemment, tout cela fait partie de l’acquis MacBook, au même titre que les finitions premium, un aluminium qui reste presque tout le temps frais, un refroidissement silencieux la plupart du temps et cet immense trackpad multipoints qui n’a pas encore d’équivalent sur le marché et qui a converti bien des utilisatrices et utilisateurs qui ne juraient avant que par la souris.

Les plus exigeants regretteront peut-être ce qui manque à cette génération : un écran plus grand dans un châssis similaire, comme c’était le cas sur le MacBook Pro 16 qui a remplacé le MacBook Pro 15, une meilleure webcam, ou le Wi-Fi 6. Mais en l’état, cet ordinateur portable suit la même trajectoire que les derniers appareils Apple, qui ne troquent pas la qualité de fabrication ou des composants essentiels sur l’autel des gadgets à la mode du moment. En 2020, si vous avez besoin d’un MacBook Pro plus mobile que la version 16 pouces assez imposante, vous ne regretterez pas votre achat qui vous durera à coup sûr de longues années.

En bref

MacBook Pro 13 (2020)

Note indicative : 5/5

Le MacBook Pro 13 suit le mouvement lancé par le MacBook Pro 16 fin 2019. Nouveaux composants, clavier Magic Keyboard à la disposition old school, reprise des améliorations du format depuis 4 ans, utilisation de puissants micros… le MacBook Pro 13 ne manque pas d’argument pour séduire.

Il s’impose aujourd’hui comme le choix idéal pour les professionnels de tous les corps de métier ayant besoin d’un ordinateur plus mobile que le MacBook Pro de 16 pouces et plus traditionnel qu’un iPad Pro. On regrettera quelques menus détails, mais une chose est sûre : en 2020, un MacBook Pro est une machine suffisamment confortable et musclée pour répondre à toutes les exigences de ses utilisateurs.

Top

  • Polyvalent et mobile
  • Sécurité et options pro (écran P3, etc.)
  • Magic Keyboard

Bof

  • Pas d'écran 14"
  • Webcam 720p
  • Pas de Wi-Fi 6

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo