Lunettes de réalité augmentée, casques de réalité virtuelle ou mixte, gants ou bague de contrôle, résistance du métavers… Alors que l’Apple Vision Pro s’apprête à être commercialisé, le secteur de l’informatique spatiale montre qu’il se cherche encore beaucoup au CES 2024. Personne n’a la même approche.

Au hall sud du Las Vegas Convention Center, les technologies immersives sont à l’honneur. Le CES 2024 dédie tout un espace à la réalité virtuelle, à la XR (mixte et augmentée) et au métavers, alors que ces technologies pourraient enfin décoller en 2024. À quelques jours de la sortie de l’Apple Vision Pro (le 2 février), ce secteur s’apprête à vivre son moment iPhone, en profitant d’une exposition mondiale qui pourrait enfin le rendre populaire.

Le 9 janvier, Numerama a passé plus d’une heure dans le hall de la VR. On constate un mélange très hétérogène, qui prouve que cette industrie est encore très immature.

L’informatique spatiale est le nouveau métavers

Premier constat : Apple a bien eu un impact sur ce petit monde. Alors que le terme « métavers » était très populaire lors de deux dernières éditions du CES, c’est « ordinateur spatial » qui gagne du terrain en 2024. Un terme marketing inventé par Apple et repris par Qualcomm depuis, qui vise à rendre ces casques plus intéressants pour le grand-public. La réalité virtuelle et le métavers sont perçus comme des « trucs de geek », alors que l’informatique spatiale se présente comme une évolution des ordinateurs. Apple interdit d’ailleurs aux développeurs de parler de VR ou d’AR dans leurs applications.

Regardez la pancarte, Nimo parle désormais d'ordinateur spatial.
Regardez la pancarte, Nimo parle désormais d’ordinateur spatial. // Source : Numerama

Il n’y a que sur un seul stand que nous avons trouvé la mention de « métavers », les autres parlent plutôt de VR ou d’informatique spatiale.

Personne ne semble vouloir concurrencer le très haut de gamme Apple Vision Pro pour l’instant, sans doute par peur de la comparaison. La logique voudrait que le prochain CES, en 2025, voient apparaître de très nombreux concurrents du casque de réalité mixte d’Apple. En 2024, c’est sans doute trop tôt. Même des géants comme Meta, Google et Samsung attendent de voir comment s’en sortira Apple.

Personne ne fait la même chose

Autre observation : les lunettes de réalité augmentée sont toujours autant à la mode. Xreal reste le leader de ce secteur, même si des géants comme TCL ou Sharp ont aussi des produits. Nous avons aussi découvert des entreprises comme MyW qui imaginent des lunettes AR qui se pilotent avec une télécommande, avec l’interface d’une Smart TV.

D’ailleurs, fun fact, on a croisé une responsable optique d’Apple sur le stand de Xreal. Elle essayait les dernières lunettes de la marque chinoise, qui spatialise les projections. Comme nous, elle a dû penser que le résultat était encore trop flou pour être mainstream.

Xreal permet d'essayer ses lunettes AR dans une baignoire remplie de boules.
Xreal permet d’essayer ses lunettes AR dans une baignoire remplie de boules. // Source : Numerama

Dans le monde des casques VR, plusieurs marques tentent toujours de trouver le meilleur moyen d’explorer les mondes virtuels. Là où Apple mise sur les doigts, Sony parie sur une bague et des startups comme Haptx travaillent sur des gants haptiques. La preuve que l’industrie n’est pas 100 % d’accord.

Bref, le CES 2024 n’est pas encore le CES de l’informatique spatiale. Le prochain mettra sans doute beaucoup plus ces technologies en avant, surtout si Apple réussit son pari. En attendant, l’industrie observe et se cherche encore.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !