Après des années de refus, Nintendo lançait son premier jeu Mario sur smartphone en 2016. Sept ans après, alors que la Switch rencontre un succès phénoménal, le Japonais ne pense plus aux jeux mobiles.

Mario sur smartphone, c’est presque terminé. Dans une interview à Variety, Shigeru Miyamoto, le créateur du personnage, vient faire la promotion du film Super Mario Bros, au cinéma depuis le 5 avril 2023. Interrogé sur l’arrivée d’un nouveau titre Mario sur mobile, qui pourrait profiter du succès annoncé du film, Miyamoto explique que Nintendo a choisi une autre voie : « Les applications mobiles ne seront pas la principale voie d’accès aux futurs jeux Mario », explique-t-il. « La stratégie de base de Nintendo consiste à proposer une expérience de jeu intégrée au matériel et au logiciel », ce qui n’est pas le cas du smartphone.

L’histoire compliquée de Nintendo sur mobile

En 2016, Shigeru Miyamoto n’avait pas le même discours. Invité de Tim Cook lors de la keynote d’annonce de l’iPhone 7, le père de Mario présentait fièrement Super Mario Run, le premier jeu Mario disponible sur iOS et Android. À l’époque, la situation économique de Nintendo était… délicate. Plombée par l’échec de la Wii U, l’entreprise japonaise devait absolument diversifier ses revenus. Certains l’imaginaient même rachetée par Apple en cas de succès du jeu.

Malheureusement pour Nintendo, tout ne s’est pas passé comme prévu. Super Mario Run était un bon titre, mais son modèle économique n’a pas fait l’unanimité. Il fallait payer 10 euros pour débloquer tous les niveaux, ce qui n’était pas en phase avec le reste du marché. Avec ses futurs titres, comme Mario Kart Tour et Fire Emblem Heroes, Nintendo a pivoté vers un modèle « freemium », avec des jeux gratuits bourrés d’achats intégrés. Cela lui a plus réussi.

Super Mario Run
Dans Super Mario Run, Mario (ou un autre personnage) avance seul. On touche l’écran seulement pour sauter. // Source : Numerama

Malgré ça, les jeux mobiles de Nintendo n’ont jamais été le hit escompté. Certains, comme Dr. Mario World, une sorte de Candy Crush à la sauce Mario, ont même été retirés du marché par Nintendo, qui n’a jamais expliqué pourquoi. « L’intuitivité du contrôle fait partie de l’expérience de jeu. Lorsque nous avons envisagé de créer des jeux Mario pour les téléphones portables — qui sont des appareils plus courants et plus génériques — il a été difficile de déterminer ce que ce jeu devait être. C’est pourquoi j’ai réalisé Super Mario Run, afin de pouvoir transposer l’expérience du matériel Nintendo sur les smartphones », analyse Miyamoto, même s’il ne croit plus trop en cette stratégie aujourd’hui.

Nintendo aurait-il pu devenir un géant du jeu mobile ? Oui, mais à quoi bon ? Quelques mois après le lancement de Super Mario Run, Nintendo lance la Switch, que certains voient comme son dernier essai avant une éventuelle catastrophe industrielle. Six ans plus tard, avec plus de 120 millions de Switch en circulation, Nintendo a dépassé les chiffres de vente de la Wii, son ancien record. Autrement dit, le projet « utiliser les jeux mobiles pour sortir de l’impasse » ne sert plus à rien. La Switch a sauvé Nintendo.

Nintendo Switch // Source : Numerama
Depuis 2017, Nintendo a sorti trois modèles de Switch. La puissance n’a pas changé. // Source : Numerama

Y aura-t-il de nouveaux jeux Nintendo sur mobile ? Miyamoto ne dit jamais non formellement, même si son discours penche vers des titres très secondaires. On constate d’ailleurs que Mario Kart Tour, sorti en 2019, est le dernier jeu Nintendo lancé sur l’App Store et le Play Store. Tout laisse penser que le futur de Nintendo est sur console… et au cinéma.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.