La mission Artémis I, premier vol du programme visant au retour humain sur la Lune, est prévue pour 2022.

Ce n’est pas en 2022 que des humains fouleront à nouveau le sol lunaire. Mais l’année restera néanmoins décisive dans cette nouvelle étape de l’odyssée spatiale : en début d’année devrait avoir lieu la mission nommée « Artémis I ».

Le programme Artémis

L’humanité n’est pas retournée sur la Lune depuis 1972 — cela fera donc 50 ans en 2022. C’est une situation que la Nasa, en partenariat avec les autres grandes agences spatiales, compte changer. Le programme se nomme Artémis. Des astronautes sont d’ores et déjà sélectionnés dans la perspective d’être peut-être celles ou ceux qui fouleront à nouveau le sol lunaire, munis de toutes nouvelles combinaisons.

C'est l'ingénieure Kristine Davis qui portait la nouvelle combinaison spatiale. // Source : Nasa
C’est l’ingénieure Kristine Davis qui portait la nouvelle combinaison spatiale. // Source : Nasa

Le programme va nécessiter la construction d’une station spatiale en orbite lunaire, appelée Lunar Orbital Platform-Gateway (ou Lunar Gateway, « portail lunaire »). Ce devrait être une base permanente, sur laquelle les astronautes se succéderont, et qui servira de relai pour aller sur la Lune.

Les priorités scientifiques du projet sont elles aussi déjà connues. Par exemple, il s’agit de mieux interpréter l’histoire de l’impact du système Terre-Lune, ou encore observer l’Univers et notre environnement spatial local depuis notre satellite.

Les missions habitées vers la Lune feront décoller les astronautes dans une capsule Orion, à bord du Space Launch System, un nouveau lanceur spatial lourd (qui a réussi un test décisif mi-2021).

Vue d'artiste du Lunar Gateway. // Source : Wikimedia/CC/NASA
Vue d’artiste du Lunar Gateway : ce à quoi il devrait ressembler après sa construction. // Source : Wikimedia/CC/NASA

Premier décollage : Artémis I

La mission Artémis I sera le premier vol du programme. L’objectif : envoyer le vaisseau Orion en orbite autour de la Lune. Le voyage devrait durer 25 jours, dont 6 en orbite. Mais pour cette première mission, point d’astronautes à bord, puisqu’il s’agit d’un test. Une sorte de répétition générale.

Il faut s’attendre à un décollage durant le premier semestre 2022 : au plus tôt, en février 2022, mais il y a des fenêtres de lancement additionnelles en mars et avril.

Si cette mission est un succès, assurant notamment qu’un équipage pourra être en sécurité et que le lanceur fonctionne bien, alors la prochaine — Artémis II — est prévue pour le printemps 2024. Et cette fois-ci, elle sera habitée. Mais Artémis II n’enverra personne sur la Lune : l’équipage fera le tour de la Lune dans l’habitacle d’Orion. Quatre astronautes devraient être à bord.

Vue d'artiste de la capsule habitable Orion. // Source : Nasa
Vue d’artiste de la capsule habitable Orion. // Source : Nasa

Pour voir des astronautes fouler le sol lunaire, la chronologie actuelle fait espérer un alunissage habité pour Artémis III, en 2025. Là encore, quatre astronautes embarqueront à bord de la capsule Orion. Deux seulement iront sur la Lune, pendant que les deux resteront à bord de la station spatiale lunaire (qui sera alors construite sur le programme suit son cours comme prévu).

Comme le suggère le logo du programme Artémis, l’objectif lointain est d’aller au-delà de la Lune : la station spatiale Lunar Gateway pourrait servir d’avant-poste pour des missions habitées vers Mars.