Après une semaine intense de projections et de rencontres par centaines, le festival Séries Mania de Lille ferme ses portes ce vendredi. L’occasion de vous dévoiler les fictions qui ont attisé notre curiosité ou qui, au contraire, n’ont pas comblé toutes nos attentes.

57 séries originales, 21 pays représentés et 5 compétitions différentes : le festival Séries Mania, installé à Lille depuis 2018, a de nouveau sorti le grand jeu en 2022 pour séduire les sériephiles de tous horizons. Des fictions, pour la plupart en avant-première mondiale, que l’on pouvait découvrir sur place ou confortablement installés chez soi, grâce à leur plateforme en ligne.

Après des heures de visionnage, voici notre bilan de Séries Mania, avec nos 5 coups de cœur, nos 2 déceptions et nos 3 découvertes du festival.

Nos coups de cœur de Séries Mania

Station Eleven

Elle était l’une des adaptations les plus attendues de ce début d’année. Basée sur le formidable roman d’Emily St. John Mandel, Station Eleven dépasse toutes nos espérances. Alors qu’une pandémie de « grippe » venue de Chine (!) dévaste l’humanité, quelques survivants tentent de se reconstruire dans un environnement ravagé. Terrifiant écho au contexte mondial actuel, la série américaine nous scotche à l’écran dès ses premières séquences.

Véritable manifeste sur le pouvoir de la culture lorsque tout espoir est perdu, Station Eleven développe un univers d’une grande beauté, teinté d’une douce mélancolie. L’ensemble est porté par un casting formidable, composé notamment de Mackenzie Davis (Halt and Catch Fire) et de la jeune révélation Matilda Lawler, saisissante.

Diffusion inconnue en France.

Visitors

Si la comédie super-héroïque Hero Corp vous manque, vous devriez être comblés par la nouvelle création de Simon Astier. Cette fois, il délaisse capes et collants pour revêtir l’uniforme de flic, dans une petite ville en apparence sans histoires. Mais lorsque deux objets volants non identifiés s’écrasent dans la forêt, le jeune policier Richard va devoir repousser les limites du réel.

Comme dans Hero Corp, Simon Astier endosse le rôle principal avec un mélange de naïveté et de scepticisme parfait. Il partage l’affiche avec un casting renommé, du duo du Palmashow à Florence Loiret-Caille (Le Bureau des légendes). Visitors est une série SF à l’humour potache assumé, qui rend hommage avec passion à toute la pop culture des années 1980 et 1990. Une réussite comique, qui séduira les fans de X-Files autant que ceux des Nuls.

Prochainement sur Warner TV (disponible dans le bouquet Canal+).

Kin

Littlefinger à la tête d’une famille criminelle irlandaise. Rien que le pitch laissait présager le meilleur. L’acteur charismatique Aidan Gillen, également vu dans Peaky Blinders, était donc présent à Lille pour dévoiler ce drame familial bouleversant et palpitant. A Dublin, les Kinsellas, influente famille mafieuse, se lance dans une bataille contre le baron de la drogue local.

Kin rappelle les grandes heures des Sopranos, avec un rythme nerveux et des comédiens tous formidables, dont Charlie Cox (Daredevil). La série prend ainsi le parti habile de se concentrer davantage sur la psychologie de ses personnages que sur les billets verts récoltés grâce au trafic. Une série coup de poing, qui aborde aussi bien le deuil que les relations fraternelles complexes.

Diffusion inconnue en France.

Reusss

Si vous êtes allergiques à Jacques Demy et à La La Land, vous devriez fuir dès maintenant. En revanche, si les comédies musicales colorent vos vies et que la musique RnB vous fait vibrer, vous êtes au bon endroit. Reusss est une série musicale aux épisodes courts, percutants, et bourrés d’inventivité. Alors qu’elle vient d’obtenir son bac en fanfare (littéralement), Hanane vit un drame. Elle entraîne alors ses deux meilleures amies, Ambre et Maïssa, dans une aventure un brin dangereuse.

Ponctuée de rythmes entraînants et de chorégraphies réjouissantes, Reusss a été un coup de cœur immédiat. Aussi moderne qu’originale, la série adopte un ton adolescent unique, qui peut déstabiliser, en mixant des univers musicaux avec malice. Les trois actrices principales de la série, Inès Ouchaaou, Assa Sylla et Charlie Loiselier (SKAM France pour ces deux dernières), crèvent l’écran dans cette fiction solaire, qui fait un bien fou.

Prochainement sur France TV Slash.

Bonus : The Art of Television – saison 3

Si le grand public connaît désormais le nom de plusieurs showrunners, de J.J. Abrams (Lost, Fringe) à Steven Moffat (Doctor Who, Sherlock), les réalisateurs de séries restent davantage dans l’ombre. La journaliste française Charlotte Blum s’est attachée à rendre justice à leur travail, avec la série documentaire The Art of Television.

Pour cette troisième saison, elle a pu rencontrer des réalisatrices comme Michelle MacLaren (Breaking Bad) ou Marti Noxon (Buffy). The Art of Television est une formidable plongée dans les coulisses de la réalisation et de la création artistique. Optimiste et inspirant.

Sur OCS à l’été 2022.

Nos déceptions à Séries Mania 2022

We Own this City

Oui, cela peut sembler étonnant de classer une série du grand David Simon (The Wire, Treme) dans cette catégorie. Pourtant, sa nouvelle création nous a laissés perplexes. Écrite à quatre mains avec son compère habituel George Pelecanos, We Own this City permet au duo de revenir à Baltimore, vingt ans après The Wire. Basée sur le livre du journaliste Justin Fenton, la mini-série plonge dans la corruption policière, au coeur de la « Gun Trace Task Force ». Des thématiques chères au tandem de créateurs, qui ne parviennent pourtant pas à dérouler leur récit de façon satisfaisante.

Les épisodes sont longs, la narration est confuse, la galerie de personnages est trop dense, voire caricaturale… Il semble que David Simon ait perdu une partie de sa finesse d’antan, manquant clairement de subtilité sur les deux premiers épisodes. We Own this City bénéficie tout de même d’un casting prestigieux, Jon Bernthal (The Walking Dead) et Wunmi Mosaku (Loki) en tête.

The Man who Fell to Earth

Dans un futur proche, un extraterrestre d’apparence humaine débarque sur Terre, bien décidé à changer le cours de notre existence. Inspirée du roman de Walter Tevis et du film des années 1970 avec David Bowie, The Man who Fell to Earth aborde les thématiques du réchauffement climatique et de la course effrénée à la technologie avec beaucoup de maîtrise.

Mais la série est malheureusement assez difficile d’accès. Empruntant tour à tour à Twin Peaks : The Return ou au film l’Homme bicentenaire de Chris Columbus, cette épopée de science-fiction peine à captiver. Dans le rôle de l’alien, Chiwetel Ejiofor (Twelve Years a Slave) en fait des caisses. À ses côtés, Naomie Harris (Miss Moneypenny dans les derniers James Bond) et Bill Nighy (Pirates des Caraïbes), livrent des performances très convaincantes, comme à leur habitude. Ce n’est pas un naufrage, mais ce n’est pas non plus la belle série fantastique que l’on attendait.

Diffusion inconnue en France.

Nos découvertes à Séries Mania

Parallèles

On vous en parlait déjà il y a quelques jours sur Numerama : la série française Parallèles prouve que nos scénaristes aussi ont du talent en matière de SF. Présentée en avant-première à Séries Mania, cette création made in Disney+ nous a agréablement surpris par son casting bluffant et son univers fantastique maîtrisé.

En racontant l’histoire de quatre adolescents, propulsés dans des dimensions inconnues, la série de Quoc Dang Tran (Marianne) aborde l’âge ingrat avec beaucoup d’amour et de sensibilité. Sans révolutionner le genre, Parallèles se fait une place de choix dans le paysage sériel français.

Je ne suis pas un robot

Dans une entreprise de modération de contenus en ligne, la naïve Marie-Chantal perd pied alors qu’elle est bombardée de contenus violents toute la journée. Incarné par l’inquiétante Geneviève Schmidt, ce personnage enfantin débute une descente aux enfers, d’autant plus perturbante qu’elle signe également la fin de son innocence.

La websérie québécoise, aux six épisodes glaçants, dénonce avec force la précarité du métier de modérateur et ses conséquences psychologiques indélébiles. Je ne suis pas un robot est une fiction dérangeante et radicale, sur les dérives des nouvelles technologies et les effets d’une société capitaliste toujours plus flippante.

Diffusion inconnue en France.

Sunset

Présentée dans le cadre de la Nuit des comédies à Séries Mania, aux côtés de Visitors, Sunset est clairement la découverte de la sélection. Ceux qui se marrent devant Le coeur a ses raisons, savoureuse parodie québecoise de soap operas, devraient trouver leur compte devant Sunset. Cette série portugaise met en scène la riche famille Bourbon de Linhaca et leur fameux domaine de Pôr do Sol, dont la petite existence est bouleversée par de multiples tragédies.

Passion, mystères, trahison… Tous les ingrédients des telenovelas (romances à l’eau de rose latino-américaines) sont réunis, pour mieux être parfaitement caricaturés. Avec son humour grinçant et ses exagérations permanentes, Sunset séduit par sa créativité débordante. Les fous rires s’enchaînent devant les situations improbables et le jeu des comédiens, volontairement excessif. Le générique vous restera péniblement en tête, mais promis, ça vaut largement le coup.

Diffusion inconnue en France.

Source : Montage Numerama

Quel est le service de SVOD fait pour vous ?

Découvrez notre comparateur

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.