Maintenant que Netflix Gaming est lancé sur iOS et sur Android, la stratégie vidéoludique du géant de streaming se fait plus claire. Les premiers jeux ne représentent qu’une fraction des ambitions de Netflix.

Ça y est, Netflix s’est officiellement lancé dans le jeu vidéo. Les titres labellisés « Netflix Gaming » sont disponibles depuis le 2 novembre sur Android et depuis le 10 sur iPhone et iPad. Ce programme arrive après des mois de rumeurs insistantes et quelques timides ballons d’essai dans le secteur.

En tout, ce sont 5 jeux qui sont disponibles sur mobile. Deux jeux inspirés de l’univers de Stranger Things et trois autres titres plus casual pour passer le temps, entre deux stations de métro. Nous les avons essayés.

Un lancement timide pour Netflix Gaming

Télécharger un jeu Netflix Gaming peut, théoriquement, se faire depuis l’application Netflix officielle. Cette dernière est censée être dotée d’une section « Jeux » qui renvoie vers le magasin d’applications de votre mobile. Mais pour le moment, cette section n’apparait ni sur l’application Android ni sur l’application iOS. Il faut aller télécharger les jeux directement sur le Play Store ou l’App Store.

Cette diversification de Netflix dans le gaming se fait donc de manière très discrète, puisque seules les personnes informées penseront à aller chercher les jeux mis à disposition par le géant du streaming. Il faut dire que pour le moment, le catalogue de jeu n’est pas des plus intéressants.

Capture d’écran du jeu Stranger Things 1984 accessible avec un abonnement Netflix // Source : Netflix — Play Store

Les deux jeux tirés de la licence Stranger Things, à savoir Stranger Things 1984 et Stranger Things 3 : le Jeu sont plutôt réussis. Les graphismes façon 16 bits et le rendu en 3D isométrique de Stranger Things 3 prêtent au titre un petit côté rétro qui colle bien avec l’ambiance de la série. S’il n’y a pas d’idée de gameplay révolutionnaire, les décors sont assez riches et on s’amuse bien à explorer les paysages de la ville de Hawkins. Stranger Things 1984 de son côté rappelle un peu les jeux d’action-aventure façon Zelda. Si le titre n’a rien de terriblement original dans le déroulé, les décors sont soignés et le gameplay assez simple et réussi.

On ne peut pas exactement dire la même chose des trois autres titres mis à disposition par Netflix. Teeter Up et Shooting Hoops amusent quelques minutes, avec leur moteur physique qui oblige à sérieusement réfléchir pour passer certains niveaux. Les jeux ne proposent cependant pas grand-chose d’innovant, et reprennent simplement des mécaniques de jeu éprouvées depuis Doodle Jump. Ils font passer le temps, mais guère plus. Enfin, Card Blast est un hybride entre un jeu de poker et Candy Crush avec des animations fluo, des bonus de puissance et des niveaux à n’en plus finir. Ici aussi, on a affaire à un gameplay vu et revu, sur lequel on a mis une couche de peinture un peu différente.

Netflix n’a pas forcément besoin d’excellents jeux

Sur le papier, on a du mal à comprendre exactement pourquoi Netflix a collé son étiquette « gaming » sur des jeux tiers dont l’inventivité n’est pas folle. Aucun des jeux de lancement ne poussera le public à s’abonner pour pouvoir jouer. Pire, Stranger Things 3, l’un des meilleurs titres de ce catalogue, ne requiert même pas d’abonnement Netflix pour jouer. Mais, en réalité, Netflix n’a pas besoin d’avoir des exclusivités renversantes pour justifier cette diversification dans le gaming.

Netflix développe son offre gaming avec la même approche qu’Amazon développe sa plateforme de SVOD. Le service n’a pas vocation à convaincre les internautes de s’abonner avec des exclus incroyables, c’est plus un bonus sympathique pour les gens qui sont déjà abonnés et qui veulent des jeux simples, sans prise de tête et sans publicités envahissantes.

Un jeu n’a d’ailleurs pas besoin d’être révolutionnaire pour être addictif. En 2019, Candy Crush comptait 270 millions de joueurs et joueuses. 9,2 millions de personnes y passaient plus de 3 heures par jour. Personne ne sait si Netflix parviendra à de tels sommets, mais si un seul jeu parvient à atteindre une fraction de cette popularité, Netflix Gaming sera déjà une réussite.

Commencer petit pour monter en puissance

Les débuts de Netflix Gaming ne sont, par ailleurs, pas forcement indicatifs de ce que le service va devenir. Le prochain jeu qui rejoindra le catalogue est bien plus ambitieux. Hextech Mayhem est un spinoff du très populaire MOBA League of Legends ou vous contrôlerez « Ziggs dans sa quête de créer la plus grosse bombe que le monde ait jamais vue ». Il faut avouer que la bande-annonce donne plutôt envie avec son ambiance musicale et ses graphismes soignés.

Le jeu, qui sera vendu 8,99 euros sur Steam, sera par contre gratuit pour les abonnés de Netflix. De quoi améliorer la réputation du service et donner un peu confiance en l’avenir de cette offre de jeux. Netflix Gaming n’a pas forcément besoin de développer des jeux révolutionnaires en lien avec l’univers de ses séries. L’entreprise peut se permettre de mettre la main sur des titres déjà existants (à la qualité variable) pour les offrir gratuitement à ses abonnés. Cela rend l’offre de streaming plus attractive à peu de frais. À défaut d’enrôler de nouveaux clients et clientes, Netflix Gaming pourrait en effet être une raison de rester abonné à Netflix, à l’heure où la guerre du streaming fait rage.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo