Sony invente les Director's Cut de jeux PS4 pour sortir des versions PS5 vendues au plein tarif.

Le catalogue de la PS5 ressemble de plus en plus à celui de la PS4, ce qui peut paraître étrange puisqu’une génération sépare les deux consoles. Sony a décidé de ressortir plusieurs de ses anciens jeux sur la PS5. Cette stratégie a été entamée dès le lancement — avec Marvel’s Spider-Man — et se poursuivra avec Death Stranding et Ghost of Tsushima. Problème ? Les mises à niveau ne sont pas gratuites, ce qui peut forcer les premiers propriétaires à repasser à la caisse.

Dans un communiqué publié le 1er juillet, Sony a annoncé une version Director’s Cut pour Ghost of Tsushima, l’un des plus gros succès de la PS4 (plus de 6,5 millions de ventes). Elle ajoutera une extension — nouvelle île à explorer — au contenu de base. Vous désirez transformer votre Ghost of Tsushima (PS4) en Ghost of Tsushima Director’s Edition (PS5) ? Il vous en coûtera 29,99 €. En ajoutant les 69,99 € dépensés à l’origine, cela vous fait une facture qui titille les 100 euros.

Ghost of Tsushima Director’s Cut // Source : PlayStation

Comment Sony refait payer les joueurs PS4 passés sur PS5

Étrangement, acquérir la version PS5 de Ghost of Tsushima Director’s Edition coûtera moins cher (79,99 €) qu’une mise à niveau depuis la version PS4 de Ghost of Tsushima achetée à la sortie (69,99 € + 29,99 €). Cela veut dire que les fans de la première heure ne seront pas récompensés d’avoir soutenu le jeu dès le début puisqu’ils auront finalement payé plus cher que les nouveaux venus.

Pour justifier ces quelques euros supplémentaires à dépenser, Sony promet des améliorations : prise en charge du retour haptique et des gâchettes adaptatives de la DualSense, audio 3D optimisé, temps de chargement raccourcis et rendu graphique de meilleure qualité (définition 4K et framerate à 60 fps). À cela s’ajoutent l’extension, qui promet des heures de jeu supplémentaires, et la possibilité de transférer ses sauvegardes PS4 (pour celles et ceux qui en auraient).

On imagine que cette grille tarifaire sera également appliquée à Death Stranding Director’s Cut. Et on peut se demander si Sony multipliera les versions Director’s Cut sur d’autres hits PS4 (on pense à Days Gone, God of War, The Last of Us Part II, Bloodborne, Horizon Zero Dawn et bien d’autres). La multinationale dispose de suffisamment d’exclusivités à faire (re)découvrir pour alimenter cette stratégie qui permet d’alimenter le catalogue PS5 avec des valeurs sûres mais qui désavantage la communauté fidèle.

De son côté, Microsoft a une stratégie claire en matière de mise à niveau : tout est gratuit grâce à la technologie Smart Delivery, qui assure d’avoir la meilleure version du jeu en fonction de sa plateforme (Xbox One S, Xbox One X, Xbox Series S et Xbox Series X). Chez Sony, la transition est plus confuse. Dans un premier temps, beaucoup d’exclusivités PS5 continueront ainsi d’être accessibles sur PS4, ce qui n’était pas du tout prévu au départ.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo