Spécialiste des analyses techniques, Digital Foundry s'est penché sur les bandes-annonces des premiers jeux PS5. Et la résolution 4K couplée à un rafraîchissement de 60 images par seconde paraît illusoire.

Sony a dévoilé les premiers jeux PS5, à l’occasion d’une conférence copieuse à l’issue de laquelle on a également découvert le design de la console. Si la présentation en direct reposait sur un flux en 1080p à 30 images par seconde, les bandes-annonces de chacun des titres sont disponibles en meilleure qualité sur YouTube (lire : en 4K). Digital Foundry, site spécialiste des analyses techniques du matériel pour les jeux vidéo, s’est penché sur les vidéos pour détailler les performances de la PS5.

Les futurs propriétaires de la console rêvent sans doute de jeux qui tourneront à une définition et à un framerate élevés. La cible ? De la 4K native à 60 images par seconde. Malheureusement, il faudra sans doute revoir ses attentes à la baisse, à en croire les résultats obtenus par Digital Foundry, partagés le 12 juin, même s’ils restent à pondérer, puisque les jeux sont susceptibles d’être peaufinés d’ici leur commercialisation.

La 4K native à 60 fps resterait une illusion ?

Première chose à retenir, la majorité des titres présentés profitaient bien d’une définition 4K native, permettant un niveau de détails sans précédent — sur console — pour certains (Horizon : Forbidden West par exemple). C’est sur le terrain du framerate où les choses se compliquent un peu : d’après Digital Foundry, seul Goodfall semble atteindre cette fluidité en garantissant la 4K. Les autres titres montrés en 60 fps — Astro’s Playroom, Sackboy : A Big Adventure ou encore Gran Turismo 7 — s’appuieraient sur une définition dynamique. Cette technique est déjà employée sur la génération actuelle dans certains cas.

Ubisoft avait déjà semé le doute sur la capacité des consoles future génération à afficher des jeux en 4K/60 fps sans sourciller. Après l’annonce d’Assassin’s Creed Valhalla, un porte-parole a confié à Eurogamer Portugal qu’il tournera « au moins » à 30 fps sur Xbox Series X — une ambition qui ne paraît pas très élevée et a de quoi tempérer le discours de Microsoft (qui ose évoquer un framerate à 120 fps). On peut néanmoins espérer que les performances s’amélioreront au fur et à mesure, comme c’est le cas avec toutes les générations. 

PS5 à l’horizontale // Source : Sony

On notera que la définition 4K, tant espérée sur Xbox Series X et PS5, est liée à un autre marché : celui des téléviseurs. Sur PC, où le framerate à 60 fps constitue un plancher depuis plusieurs années (les jeux tournent sur des écrans 120, 144 voire 240 Hz), les joueurs misent moins sur la définition. C’est aussi parce qu’ils ont le choix : les moniteurs sont disponibles en plusieurs formats (1080p, 2K, 4K). À l’inverse, les consoles sont obligées de se calquer sur la définition standard des téléviseurs — d’où cette norme 4K visée. Si les TV du moment étaient en 2K, le framerate serait beaucoup moins un défi.

Par ailleurs, Digital Foundry avait quelques doutes sur le ray tracing, qui rend les effets de lumière plus réalistes. Les quelques minutes de Ratchet & Clank : Rift Apart ont rassuré sur ce point, même si plusieurs disparités ont été décelées (certains reflets manquants). Le média a été beaucoup plus impressionné par le passage instantané d’un environnement à l’autre, rendu possible grâce au SSD de la PS5. «  Grâce au SSD de la PS5, les joueurs traverseront les différentes dimensions presque instantanément, en plein jeu », vante Sony sur son blog. 

Partager sur les réseaux sociaux