Coup de tonnerre dans la scène esport d'Overwatch : Jay Won, qui est considéré comme l'un des meilleurs à ce jeu, annonce qu'il passe sur Valorant. Alors que le jeu de Riot n'est même pas encore sorti de sa version bêta.

C’est un indicateur extrêmement puissant du succès qu’est susceptible de rencontrer Valorant dans les mois à venir, ne serait-ce qu’auprès des joueurs professionnels. Mais c’est aussi une alerte particulièrement forte pour Blizzard, l’éditeur américain du jeu vidéo compétitif Overwatch  : le 28 avril, on a appris que l’une des plus grandes vedettes de ce jeu a décidé d’abandonner Overwatch pour passer sur Valorant.

« Je ne m’amusais plus du tout »

Ce joueur, c’est l’Américain Jay Won, alias Sinatraa. L’intéressé a publié un bref message sur Twitter annonçant son arrivée dans l’équipe Sentinels, une équipe d’esport qui officie aussi dans les jeux vidéo Fortnite, Apex Legends, Halo et Hearthstone. Mais dans un autre message, il précise que c’est sa lassitude envers Overwatch et sa frustration envers des décisions de Blizzard qui l’ont poussé vers la sortie.

Sinatraa
Sinatraa, sous les couleurs de Sentinels. // Source : Sentinels

« Je ne sais pas ce qui m’a vraiment achevé, peut-être l’obligation de jouer deux tanks, deux DPS, deux soigneurs, peut-être est-ce l’exclusion temporaire de certains personnages de la liste des héros sélectionnables certaines semaines. Je sais juste qu’il était devenu difficile de se connecter et de jouer. Je ne m’amusais plus du tout en entraînement ou lors des parties classées », écrit-il.

Overwatch est un jeu de tir compétitif en équipe et en vue subjective, en six contre six. Il propose différents modes de jeu (escorter un convoi, prendre d’assaut une position, etc.) et une scène professionnelle s’est mise en place, avec une ligue principale, l’Overwatch League, et deux divisions inférieures, avec les Contenders et l’Open Division. Plusieurs Français évoluent à très haut niveau.

Valorant est aussi un jeu de tir compétitif, en cinq contre cinq, inspiré de Counter-Strike. Développé par Riot, à qui l’on doit Teamfight Tactics, Legends of Runeterra et surtout le très populaire League of Legends, Valorant emprunte aussi quelques éléments de jeu à Overwatch avec la présence de certaines habiletés surnaturelles. Il se joue aussi en vue subjective, mais est décrit comme plus exigeant.

« Cela n’a pas été une décision prise du jour au lendemain, cela m’a pris un mois entier à y penser en permanence, à y passer des nuits blanches à cause du stress. C’était vraiment nul, mais à la fin j’ai voulu faire ce qui était bon pour moi », ajoute-t-il, avant de présenter ses excuses à son public et à son ancienne équipe, et à les remercier de lui avoir faire confiance pendant près de trois ans.

Vers un exode de joueurs professionnels ?

Le départ de Sinatraa de la scène compétitive Overwatch doit être perçu à la mesure de ce qu’il est : un clair avertissement pour Blizzard. Sinatraa était l’un des meilleurs joueurs du monde sur ce titre et il évoluait dans l’une des toutes meilleures équipes, les San Francisco Shock. Sinatraa a même été élu meilleur joueur de la saison et meilleur joueur lors de la coupe du monde Overwatch en 2019.

Un avertissement, car on parle d’un joueur très bien établi sur Overwatch, qui gagnait bien sa vie en tant que professionnel, et qui fait quand même le pari d’un jeu qui n’est qu’en bêta fermée pour l’instant et qui décide quand même de partir en pleine saison. C’est dire à la fois la perte d’intérêt qu’ont les joueurs professionnels pour Overwatch et l’attractivité très forte de Valorant, qui a pour lui l’atout de la nouveauté.

Capture d’écran de gameplay de Valorant // Source : YouTube/Valorant

Cet avertissement est d’ailleurs conforté avec les réactions d’autres joueurs de la scène, à l’image du Français Dylan Bignet, alias AKM, qui joue à Dallas Fuel. « Malheureusement, il ne sera pas le seul joueur de l’Overwatch League à le faire. Valorant est prometteur », écrit-il en réaction. Un signe : ses dernières publications sur Twitter concernent justement ce nouveau jeu. Regarde-t-il déjà ailleurs, lui aussi ?

Benjamin Chevasson, alias Unkoe, qui est aussi membre de Dallas Fuel, partage aussi beaucoup de contenus relatifs à Valorant. Quant à Damien Souville, alias Hyp, ou encore Lucas Loison, alias Leaf, ils ont tous les deux annoncé en avril leur retraite sur Overwatch et paraissent prendre bien plus de plaisir sur… Valorant. HyP était pourtant un joueur évoluant dans l’Overwatch League.

Millenium relevait neuf annonces similaires, avec les départs de Gods, Kyb, Phaz, Tviq, Shadowburn, Sharyk, Sugarfree, Shus (un autre joueur français, Alban Pfleger) et Taimou.

Ces retraits ne sont pas forcément tous liés à Valorant : il y a aussi la frustration du manque d’investissement de Blizzard pour les petites ligues. Cela dit, parmi eux, combien tenteront de rebondir sur Valorant  ? La proximité des dates conforte cette piste et ce pourrait être l’occasion de redonner une impulsion à une carrière professionnelle qui peut battre de l’aile ou pour changer d’air.

Il reste à voir à quoi ressemblera la scène compétitive de Riot, car aucune ligue pro n’a pour l’instant été annoncée. Ce ne sera sans doute qu’une question de temps : « Il ne fait aucun doute qu’en tant qu’expérience hyper compétitive, Valorant a les ingrédients pour être un esport réussi et nous avons de grands rêves pour ce que cela peut être », a ainsi glissé Riot dans un message le 15 avril.

Crédit photo de la une : Robert Paul

Partager sur les réseaux sociaux