Vous souhaitez vous lancer dans le manga grâce à votre genre préféré ou simplement offrir un cadeau de Noël à un(e) proche ? Ces 5 titres indispensables de science-fiction sont faits pour vous.

Vous êtes amateur de science-fiction et souhaitez vous lancer dans les mangas du genre sans rien y connaître ? Ou bien vous cherchez simplement à offrir un cadeau pour Noël ? Voici une sélection de 5 séries incontournables dans ce domaine, entre grands classiques et titres moins connus.

Les classiques : Akira et Gunm

Akira, la référence indémodable

Akira © Katsuhiro Otomo/Mash-room/KODANSHA LTD.

De Katsuhiro Ôtomo, 6 tomes, éditions Glénat — Série en cours

Akira reste le manga de référence indémodable en matière de science-fiction. Dans cette série créée au début des années 1980, Katsuhiro Ôtomo se penche sur le quotidien de Kaneda et de sa bande de motards dans le Néo-Tokyo de 2019, 38 ans après la Troisième Guerre mondiale. Le quotidien banal du héros bascule quand l’un de ses amis, Tetsuo, se voit doté de pouvoirs surnaturels après des expérimentations réalisées par l’armée.

Architecture futuriste, mode de narration révolutionnaire, vision ambitieuse de l’avenir et de l’évolution de la société japonaise… plus de trente ans après sa sortie, la série n’a rien perdu de sa splendeur. Mieux : elle résonne particulièrement avec l’actualité depuis l’attribution des Jeux olympiques 2020 à Tokyo, comme le manga l’avait « prédit » à l’époque.

Akira — qui a également été adapté en film d’animation devenu culte, en attendant la concrétisation redoutée de sa version hollywoodienne — est réédité depuis peu dans une édition grand format chez Glénat. Il faudra toutefois se montrer patient pour compléter cette collection en 6 volumes au vu du retard accumulé par l’éditeur.

Le premier tome est disponible à partir de 14,95 €.

Gunm, un univers cyberpunk qui perdure

De Yukito Kishiro, 9 tomes, éditions Glénat — Série en cours

GUNNM © Yukito Kishiro / Kodansha Ltd.

Le futur dépeint par Yukito Kishiro dans Gunm n’est pas plus reluisant que celui d’Akira : en contrebas de Zalem, la ville suspendue, les ordures et autres déchets sont jetés sans considération dans la Décharge. C’est là que Gally, une androïde en mauvais état, est intégralement retapée par un inventeur de génie. La cyborg renoue instinctivement avec ses dons guerriers, qui lui permettront, au fil de ses affrontements et de ses voyages, de remonter sur les traces de son passé.

Cette série culte parue dans les années 1990 fait également son retour chez Glénat dans une réédition en neuf tomes plus proche de l’œuvre originale. Gunm captive grâce à son héroïne mystérieuse et ses combats haletants, qui font la part belle à une violence parfois très poussée mais toujours réaliste. Hollywood espère aussi l’adapter depuis plusieurs années.

On s’attache immédiatement à Gally, l’une des premières figures féminines majeures du manga, dont la quête permet à Yukito Kishiro d’interroger ses lecteurs sur le rapport entre cyborg et humain comme sur les dérives d’une société cyberpunk à deux vitesses.

Pour les plus curieux, le dernier dérivé en date de la série, Gunm : Mars Chronicle, qui revient sur les origines de Gally, est édité en parallèle chez Glénat.

Le premier tome est disponible à partir de 7,60 €.

No Guns Life, un mélange des genres audacieux

no-guns-life-t1
NO GUNS LIFE © Tasuku Karasuma/SHUEISHA Inc.

De Tasuku Karasuma, 3 tomes, éditions Kana — Série en cours

No Guns Life remporte largement la palme de l’originalité avec son héros, Jûzô Inui, doté d’un revolver en guise de tête. Dans l’univers créé par Tasuku Karasuma, les humains cohabitent, depuis la Grande Guerre, avec des Extends, des hommes dotés de différentes extensions mécaniques. Juzô Inui, sorte de détective privé un peu particulier, est chargé de régler toutes les affaires impliquant les Extends.

Les grandes lignes de l’intrigue — une ville aux innombrables gratte-ciels, entre architecture traditionnelle et futurisme, un conflit qui a transformé l’humanité, une multinationale influente, la Berühren, qui a introduit les Extends, un héros qui gagne sa vie en luttant contre ses semblables — rappellent fortement Blade Runner.

Mais No Guns Life, qui a commencé à paraître au Japon en 2014, mérite d’être lu pour ses propres qualités, à commencer par son graphisme atypique, son mélange réussi entre polar à l’ancienne — avec la voix intérieure du héros — et science-fiction.

L’auteur reprend des thématiques propres aux deux genres, comme les bouleversements entraînés par les avancées technologiques et la corruption rampante de la société, pour en tirer un manga prenant dès le premier volume, dont la plus grande réussite reste incontestablement son anti-héros bourru mais attachant. Une nouveauté des éditions Kana qui vaut le détour.

Le premier tome est disponible à partir de 5,95 €.

Planètes, l’envolée lyrique

PLANETES © Makoto Yukimura / KODANSHA Ltd.
PLANETES © Makoto Yukimura / KODANSHA Ltd.

De Makoto Yukimura, 1 intégrale, éditions Panini Manga — Série terminée

La conquête spatiale n’est pas sans conséquence : en 2075, les humains ne vivent plus seulement sur Terre : ils ont aussi installé une colonie sur sur la Lune. Ces progrès, qui se tournent désormais vers la planète Jupiter, ont entraîné une prolifération de débris autour de la Terre.

Le jeune Hachimaki et son équipe d’éboueurs de l’espace assurent donc une mission indispensable mais ingrate : récupérer ces déchets pour éviter tout accident.

Dans Planètes, édité en France chez Panini Manga, Makoto Yukimura dépeint avec un grand réalisme une société spatiale telle qu’elle pourrait réellement voir le jour, avec ses projets concrets et sa menace terroriste constante, en s’inspirant notamment de son modèle, Arthur C. Clarke, l’auteur de 2001, l’Odyssée de l’espace.

Le mangaka se penche surtout sur le quotidien de son équipage principal, des rêveries et des frustrations d’Hachimaki, qui aimerait posséder son propre vaisseau, au traumatisme de son collègue russe qui a perdu sa femme.

C’est là toute la force de Planètes : nous raconter le quotidien et les parcours individuels émouvants d’une équipe tout en mettant en scène un univers crédible, qui amène à s’interroger sur les buts et les aspirations que notre civilisation peut encore poursuivre après avoir atteint un tel niveau d’évolution.

L’intégrale est disponible à partir de 35 €.

Pluto, le thriller grand public

pluto-t1
PLUTO © Naoki Urasawa / Studio Nuts, Osamu Tezuka, Takashi Nagasaki, Tezuka Productions

De Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki, 8 tomes, éditions Kana — Série terminée

Dans un monde où humains et androïdes cohabitent avec plus ou moins de succès, les sept robots les plus puissants du monde sont éliminés les uns après les autres par un mystérieux meurtrier. Qui est à l’origine de ces assassinats ciblés ? C’est ce que doit déterminer l’inspecteur Gesicht, le meilleur policier-robot  allemand, lui-même visé par ce mystérieux tueur.

Avec Pluto, Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki revisitent le mythe d’Astro Boy, le célèbre robot japonais créé par Osamu Tezuka — considéré comme le père du manga — en 1952. Le duo reprend ainsi un épisode original d’une centaine de pages, Le robot le plus fort du monde, pour le transformer en thriller adulte captivant, dans la lignée de leurs séries précédentes, Monster et 20th Century Boys.

Fidèles à eux-mêmes, les deux auteurs s’inspirent aussi d’une variété d’œuvres — comme le Silence des Agneaux — et de l’actualité de l’époque (la guerre en Irak déclenchée par George W. Bush) pour créer une ambiance unique. Leur influence la plus marquante reste l’univers de référence conçu par Isaac Asimov, dont ils reprennent les fameuses lois de la robotique, qui interdisent aux créations artificielles de blesser ou de tuer des humains.

Entre sa galerie de personnages secondaires mémorable, ses rebondissements permanents et sa narration cinématographique, Pluto, aux éditions Kana, constitue la série idéale pour se lancer dans la bande dessinée japonaise. D’autant qu’il compte seulement huit tomes, ce qui permet d’aller jusqu’au bout de son intrigue sans se ruiner, tout en ayant la garantie d’une fin réussie.

Le premier tome est disponible à partir de 7, 45 €.

À lire sur Numerama : Culture manga  : quelles sont les meilleures sagas à lire pour commencer  ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés