Niantic a mis à jour Pokémon Go le 31 juillet. Ces premières modifications de gameplay ont provoqué la colère des joueurs, hardcore et occasionnels.

Mise à jour : les développeurs se sont expliqués sur les changements récents. En outre, dans le cadre de la dernière mise à jour de Pokémon Go, ils sont en train de tester une nouvelle fonctionnalité qui permet d’indiquer — avec plus ou moins de précision — les zones dans lesquelles se trouvent les Pokémon. Pour l’instant, seuls quelques joueurs sélectionnés peuvent profiter de cette option avant qu’elle ne soit déployées pour tous les utilisateurs. 

On ne va pas vous le cacher : ce n’est pas pour ses nombreux bugs, sa géolocalisation imprécise, ses pannes de serveur ou ses animations indignes que nous jouons autant à Pokémon Go. Ce n’est même pas pour son gameplay qui alterne entre lancer des baballes à l’écran et taper de manière effrénée sur d’autres Pokémon. C’est un peu pour son côté statistique et mystérieux qui a titillé la curiosité du nerd en nous. Mais c’est surtout pour la partie chasse au trésor, l’idée de se réunir avec des amis et de faire des grandes balades à la recherche de choses rares, qu’il s’agisse de Pokémon ou d’autres choses, et de croiser des tas de gens dans la rue qui jouent au même jeu.

Cela dit, qui dit chasse au trésor dit indices. Alors au début, nous avions le radar, un bel outil qui sert à détecter les Pokémon autour de soi. Niantic avait pensé à un système de pattes pour définir la proximité des Pokémon et il était assez facile à maîtriser quand on en comprenait les rouages. Et puis Pokévision est apparu : cette carte se basait sur les serveurs de Niantic pour donner la position presque exacte d’un Pokémon, comme le temps qu’il allait rester sur la carte.

Feu, le radar
Feu, le radar

Cela pouvait être considéré comme de la triche, mais pour mes amis et moi, c’était le meilleur ressort ludique : cela nous permettait d’orienter nos ballades, de passer de parc en parc pour trouver des Pokémon rares de nature différente ou encore, de piquer des sprints quand on voyait apparaître sur l’écran une petite bête dont le temps d’apparition était aussi faible que les mètres qui nous séparaient d’elle étaient nombreux. C’est cela qui nous a tenu en haleine pendant plus de 4h, parcourant 15 km à pied dans les rues de Paris. Et c’est aussi tout cela qui a disparu dans la dernière mise à jour du jeu, déployée le 31 juillet.

Niantic a en effet décidé, en une mise à jour qui n’est pas aussi noire qu’on aurait pu l’imaginer de prime abord, d’apporter deux modifications à Pokémon Go : d’une part, les services de type Pokévision n’ont plus accès aux données des serveurs et ne fonctionnent donc plus. De son côté, le radar n’indique officiellement plus la proximité des Pokémon qu’il affiche — la fonctionnalité était désactivée mais apparente depuis déjà 2 semaines. Cela signifie qu’il n’y a plus d’information précise véritablement fiable pour trouver un Pokémon en particulier — ou ne serait-ce que pour s’orienter dans la bonne direction afin d’éviter de tomber systématiquement sur le même Roucool.

Les développeurs ne souhaitaient sûrement pas faciliter autant la capture des Pokémon

La volonté de Niantic peut se comprendre : les développeurs ne souhaitaient sûrement pas faciliter autant la capture des Pokémon. En quelques jours, un Américain les avait déjà tous attrapés. Mais pour les joueurs occasionnels pour qui Pokémon était un moyen de se retrouver avec des amis, le challenge importe peu et les développeurs leur ont coupé le ressort ludique sur lequel ils s’appuyaient. Pour les joueurs un peu hardcore, marcher dans le vide sans aucune information n’est pas non plus très intéressant : pour avoir des performances, il faut avoir des référents.

Résultat, depuis la mise à jour, les deux communautés se plaignent. Les critiques pleuvent sur Twitter et sur le Reddit officiel du jeu. En plus des deux changements déjà évoqués, les joueurs pointent du doigt la difficulté augmentée des captures, qui aurait été mise en place pour favoriser les achats in-app.

Capture d’écran 2016-08-01 à 09.25.52

En pratique, la mise à jour est censée résoudre aussi certains problèmes : les Pokémon rares devraient apparaître de manière plus aléatoire sur la carte et il devrait être rare de faire une sortie en ne croisant que des Roucool ou des Rattata. Sur notre trajet du matin, nous avons pu confirmer que le radar affichait des Pokémon beaucoup plus divers que les autres jours… mais en pratique, comme avant la mise à jour, ils étaient loin d’être sur notre route et nous ne les avons pas vus en jeu.

Tout le challenge pour Niantic, qui est resté discret depuis ces évolutions, sera d’implémenter assez de fonctionnalités rapidement pour redonner aux joueurs un semblant de guide — les fameux indices de la chasse au trésor — tout en se gardant d’en dévoiler trop. Après tout, c’est le rôle d’un bon maître de jeu. Mais ce maître a une poképoule aux œufs d’or entre les mains, qui repose sur des principes fragiles et une communauté de passionnés qui peut très vite retourner sa veste.

Au Japon, Pokémon Go, n’a qu’une étoile et demi sur le store d’Apple.

51555db4c58442ccaef65b6e5473a0ab

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés