Selon un ancien collaborateur de Lala, Apple aurait racheté le site de musique en ligne en 2009 uniquement pour pouvoir le fermer, et éviter son rachat par Google.

Le monde des affaires est rempli d'exemples du même genre, mais il est rare qu'ils soient confirmés de l'intérieur. Comme le relate ZDnet, un ancien collaborateur du fondateur de Lala a confirmé dans un billet de blog, supprimé depuis, que le service de streaming n'avait été racheté par Apple que pour le liquider, et éviter qu'il tombe aux mains de la concurrence.

Certains se souviennent peut-être que Lala, créé d'abord pour favoriser l'échange de CD dans une sorte de P2P matérialisé, avait ensuite été un précurseur du streaming illimité, en proposant pour la première fois en 2007 aux majors de les rémunérer pour proposer l'écoute intégrale des albums sur Internet, à une époque où les extraits de 30 secondes étaient encore la règle. Le site proposait aussi l'achat des chansons au format AAC sans DRM.

Connaissant un grand succès, Lala avait été racheté par Apple en 2009. On pensait alors qu'il s'agissait pour Apple d'accélérer la mutation d'iTunes pour enfin proposer un service en ligne digne de ce nom, et proposer un modèle de streaming appelé à devenir la règle pour la consommation de musique sur Internet. Mais non. Depuis plus de 3 ans qu'Apple a racheté Lala, la firme de Cupertino n'a toujours pas ouvert de service de streaming, et continue de vendre la musique exclusivement en téléchargement. En revanche, elle a fermé Lala en juin 2010, six mois seulement après son rachat.

Or dans son billet de blog désormais supprimé, Aubrey Johnson, un designer qui a travaillé avec le fondateur de Lala, affirme qu'Apple a racheté le service uniquement pour le fermer et éviter qu'il profite à la concurrence. "En 2009, lorsque vous recherchiez une chanson sur Google, le premier résultat était un résultat Lala. Pas un résultat iTunes, pas la page de l'artiste sur MySpace ou son site web… un résultat Lala. Tous les clics qui conduisaient à Lala ne conduisaient pas à iTunes pour un achat potentiel. Pire pour Apple, Lala proposait souvent un meilleur prix", raconte Johnson. Il ajoute que lorsque Lala s'est associé à Google pour le lancement de Google Music, Apple a ressenti le danger.

A l'époque, Nokia aurait proposé 11 millions de dollars pour racheter Lala. Une offre jugée insultante par le site de musique en ligne, qui serait allé voir Google. Le moteur de recherche aurait alors temporisé, donnant à Lala le temps de négocier avec Apple. La firme de Cupertino aurait compris que laisser Lala aux mains de Google était dangereux, et aurait donc sorti le carnet de chèques pour s'assurer de remporter le deal : 160 millions de dollars. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés