Building 8, le laboratoire de recherche et développement de Facebook, multiplie les annonces de recrutement pour concrétiser ses différents projets et assurer leur déploiement commercial. Le réseau social de Mark Zuckerberg entend s'imposer sur le marché des produits tech en misant notamment sur la réalité augmentée.

Moins d’un an après la création de Building 8, son labo de recherche et développement (R&D), Facebook met un coup d’accélérateur pour préparer son lancement sur le marché des produits innovants. C’est ce que révèlent les récentes offres d’emploi et les recrutements de cette branche ainsi que plusieurs sources qui se sont confiées à Business Insider.

L’entreprise prévoit ainsi de vendre des appareils technologiques à destination du grand public après avoir fait une incursion timide dans ce domaine grâce au casque de réalité virtuelle Oculus — mis en difficulté par des poursuites juridiques et un manque d’intérêt commercial.

Le laboratoire du réseau social de Mark Zuckerberg entend poursuivre l’objectif affiché de Facebook — « relier le monde » — dans quatre domaines différents : la réalité augmentée, les drones, la communication cérébrale et potentiellement le domaine médical. Chaque projet incubé au sein de Building 8 est conçu avec une deadline de 2 ans, afin de s’assurer que ces idées se concrétisent ou, à défaut, trouvent une utilité dans d’autres extensions du réseau social, comme Oculus ou Instagram.

regina dugan facebook building 8
Regina Dugan, aux commandes de Building 8 — CC Asa Mathat

Réalité augmentée

La réalité augmentée s’impose comme le principal chantier en cours de Building 8, qu’il envisage grâce au développement de caméras dédiées. Facebook n’est pas la seule entreprise à miser sur cette technologie : Tim Cook, le patron d’Apple, la juge plus propre au contact « humain » que la réalité virtuelle, qui enferme dans un casque.

Peut-on s’attendre à un appareil permettant de reproduire la présence d’une personne physiquement absente de manière encore plus immersive qu’un simple appel en visioconférence grâce à la réalité augmentée ? Regina Dugan, la responsable de Building 8 débauchée au sein de Google par Facebook pour son expertise sur des innovations tels que le téléphone modulaire Ara, le smartphone Tango au grand potentiel en matière de réalité augmentée ou le textile connecté Jacquard, semble particulièrement intéressée par cette thématique à en juger par ses publications Facebook les plus récentes.

Fin février, elle déplorait ainsi : « Quand nous terminons le lycée et quittons notre maison, 93 % du temps que nous passons en face à face avec nos parents est déjà derrière nous.  » Quelques jours plus tard, elle partageait la photo de John Stanmeyer, lauréate de la fondation World Press Photo en 2014, où des migrants brandissent leurs téléphones vers le ciel en pleine nuit dans l’espoir de mieux capter du réseau sur les côtes de Djibouti, accompagnée de ce commentaire :  « Les smartphones peuvent nous connecter à des personnes très éloignées, trop souvent aux dépens de celles qui se trouvent à côté de nous. Nous ne devrions pas avoir à choisir. »

Pour Gene Munster, analyste chez Loup Ventures, une entreprise spécialisée dans les réalités virtuelle et augmentée, le réseau social  a bien saisi l’importance de la réalité augmentée : « [Facebook] réalise que pour faire partie de la prochaine vague, ils doivent s’investir sérieusement et faire vite. » À ses yeux, l’entreprise viserait la vente d’au moins 20 millions d’exemplaires par an pour obtenir une légitimité en tant que créatrice de produits innovants.

Des drones de suivi ?

Building 8 travaillerait également sur un drone destiné au grand public, une piste logique également envisagée par son rival Snapchat. Le laboratoire R&D de Facebook a ainsi recruté plusieurs anciens salariés de GoPro et, surtout, en août 2016, Frank Dellaert, ancien responsable chez Skydio, une startup qui travaille sur un drone capable d’assurer le suivi d’un utilisateur tout en volant.

À son arrivée au sein de Building 8, Frank Dellaert avait notamment annoncé : «  Si j’ai accepté ce poste, c’est pour l’impact potentiel [du projet]. J’ai hâte de suivre la méthode de développement du Darpa [l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense] pour construire des produits chez Facebook. »

Building 8 s’est aussi attaché les services d’Alex Granieri, un ingénieur qui avait travaillé sur un précédent projet du réseau social, l’Aquila, qui consiste à déployer un drone en haute altitude pour fournir un accès Internet aux régions à l’accès limité.

CC Hélène Audibert

Communication cérébrale

Il s’agit peut-être du domaine le plus intrigant exploré par Building 8 : la communication cérébrale, fondée sur une technologie d’analyse du cerveau.

Building 8 a en effet posté plusieurs annonces pour recruter des ingénieurs capables de créer « des technologies d’imagerie neuronale non intrusives » mais aussi de concevoir des « expériences tactiles réalistes » à base d’interface neuronale directe (entre un cerveau et un dispositif externe) et d’imagerie cérébrale afin de créer une «  plateforme de communications du futur ». Le labo a notamment recruté Mark Chevillet, un spécialiste des neurosciences passé par l’université John Hopkins du Maryland.

Si la forme que prendra cette technologie en intrigue plus d’un, Mark Zuckerberg ne cache pas son intérêt pour la télépathie. L’idée, qui peut paraître absurde, était envisagée très sérieusement par le créateur de Facebook dès 2015 : « Je suis convaincu que nous parviendrons un jour à échanger des pensées directement les uns avec les autres grâce à la technologie. Vous penserez à quelque chose et vos amis pourront le savoir immédiatement si vous le souhaitez. »

La piste médicale

Enfin, le quatrième domaine d’étude de Building 8 reste le plus mystérieux : il est mené par un cardiologue de l’université Stanford et pourrait bien concerner un dispositif médical. Selon Business Insider, le groupe de R&D de Facebook est aussi prêt à se lancer dès maintenant dans un cinquième projet mais doit encore recruter le responsable nécessaire pour ce faire.

Les offres d’emploi les plus récentes postées par Facebook confirment en tout que Building 8 s’apprête à entrer en phase de concrétisation avec la recherche de profils dotés d’une expérience commerciale, dont un poste consistant à « établir une stratégie de partenariat efficace longue de 3 ans pour les produits créés par Building 8 ».

Facebook compte en effet faire appel à des partenaires extérieurs pour vendre ses produits, une stratégie contraire à celle de Snapchat, qui a misé sur le bouche à oreille avec le déploiement limité de ses lunettes connectées Spectacles dans des distributeurs itinérants, avant de lancer un site de vente en ligne traditionnel.

Facebook devrait lever une partie du voile entourant les projets de Building 8 à l’occasion de sa conférence annuelle en avril, qui sera aussi l’occasion, pour Mark Zuckerberg, de détailler comment il conçoit l’avenir du réseau social au plus de 1,4 milliard d’utilisateurs, après avoir dévoilé en février les grandes lignes des changements qui l’attendent.

Partager sur les réseaux sociaux