Selon le New York Times, Snapchat travaille sur un drone qui permettrait de varier les prises de vue de ses fameuses photos et vidéos éphémères. Un projet dans la continuité de la stratégie initiée avec le Spectacles, ses lunettes connectées, censée démontrer la viabilité de l'entreprise aux investisseurs pour son entrée en Bourse.

Mise à jour du 1er mars à 18h : Snapchat s’intéresse aussi aux caméras à 360 degrés, selon TechCrunch.

Après les lunettes connectées avec les Spectacles, le drone pour des snaps aériens ? Snapchat travaille sur une telle technologie, selon plusieurs sources anonymes citées par le New York Times.

Le projet s’inscrit dans la logique poursuivie par l’entreprise, en pleine entrée en bourse, qui cherche à s’imposer sur le marché de la vidéo éphémère aux angles toujours plus variés. Si les Spectacles permettent de filmer une scène au niveau de ses yeux, pour offrir une vision plus fidèle de son environnement, un drone serait l’occasion de réaliser des prises de vue aériennes vouées à être modifiées grâce aux filtres qui ont fait le succès de l’application.

Dans une vidéo adressée aux investisseurs, Evan Spiegel, le patron de Snapchat, vantait récemment les nouvelles façons de communiquer grâce à la vidéo et affirmait : «  Nous ne sommes qu’au début des possibilités offertes par les caméras. » Le projet de drone en dit long sur la stratégie de l’entreprise, qui doit convaincre les investisseurs de sa viabilité à long terme.

Snapchat veut prouver sa viabilité

La production de caméras aux formats variés s’impose comme une piste logique pour Snapchat, dont le nombre d’utilisations quotidiennes fait office de véritable argument commercial : l’entreprise revendique 18 ouvertures quotidiennes de l’appli par utilisateur moyen et l’envoi de plus de 2,5 milliards de messages et d’images par jour.

Passé l’effet de nouveauté et la viralité propres au mode de commercialisation atypique des Spectacles, Snapchat doit toutefois prouver que ses lunettes connectées qui permettent de filmer à 115 degrés des vidéos de 10 secondes d’une simple pression sur le branche resteront aussi populaires auprès du public maintenant qu’elles sont disponibles en ligne pour 129,99 dollars l’unité.

Le New York Times précise que le drone reste pour l’instant un simple projet, les entreprises tech ayant logiquement tendance à envisager différents produits sans forcément les concrétiser — ou les commercialiser — un jour. Une porte-parole de l’entreprise n’a pas souhaité répondre au quotidien américain à ce sujet.

Partager sur les réseaux sociaux