Les partenaires de Google démarreront la production des composants du téléphone modulaire Ara l'année prochaine, selon des sources industrielles consultées par DigiTimes. La commercialisation de ce mobile d'un nouveau genre devrait survenir dans la foulée.

Le projet de téléphone modulaire Ara est en train de prendre forme. Développé par Google, ce smartphone d'un nouveau genre devrait entrer en production dès l'année prochaine. Selon les informations du site DigiTimes, les ingénieurs de la firme de Mountain View travaillent avec plus de vingt partenaires industriels en vue de concevoir les composants du mobile.

Le projet Ara constitue une rupture avec les téléphones actuels. Aujourd'hui, un smartphone est figé dans ses caractéristiques une fois celui-ci acheté. Tout juste peut-il être personnalisé à la marge, en choisissant un peu plus d'espace de stockage ou une coque différente lors de la commande. Mais il est impossible de changer à la volée le processeur ou l'objectif photo.

Avec un téléphone modulaire, l'approche est complètement différente : le terminal est fragmenté en différents modules qui peuvent être remplacés en fonction des besoins (un processeur plus puissant, un objectif photo plus performant) ou en cas de défaillance d'un composant. En somme, le téléphone modulaire est un squelette sur lequel des organes sont ajoutés par l'usager.

D'après DigiTimes, les composants conçus par les partenaires de Google ATAP (Advanced Technology And Projects) vont des écrans aux objectifs photographiques, en passant par les processeurs, les modules de connectivité (WiFi, Bluetooth, etc), les batteries, la mémoire et les coques. Ces pièces seront ensuite vendues en ligne, dans une boutique dédiée mise en place par Google.

Les informations de DigiTimes quant à la mise en production des éléments du projet Ara concordent avec de précédentes indications sur une commercialisation des premiers modèles pour 2015. En fonction des modules, le prix d'un smartphone pourra aller de quelques dizaines d'euros à plusieurs centaines d'euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés