Alors que les chiffres de vente du casque de réalité virtuelle Oculus Rift, racheté par Facebook en 2014, restent inconnus, l'enseigne américaine Best Buy va fermer 200 de ses 500 points de démonstration. En cause : le désintérêt des clients.

L’année commence mal pour Oculus Rift, la technologie de réalité virtuelle (VR) créée par le controversé Palmer Luckey et possédée par Facebook. Alors que l’entreprise vient d’être condamnée à payer 500 millions de dommages et intérêts pour vol de technologie, la chaîne de magasins américains Best Buy va supprimer 200 des 500 points de démonstration actuellement installés dans ses enseignes. Un coup dur moins d’un an après leur lancement, en avril 2016.

La raison invoquée par Best Buy dans une note interne obtenue par Business Insider est pour le moins laconique : « performance en magasin ». Des salariés confient ainsi qu’il leur arrivait régulièrement de voir les jours défiler sans qu’aucun client ne leur demande une démonstration ou que les bugs récurrents du casque rendent toute démonstration impossible.

Le manque d’attractivité de ce casque vendu 600 dollars a donc mené à une décision inévitable. Les constructeurs de casque de réalité virtuelle se refusent à communiquer leurs chiffres de vente, ce qui alimente les soupçons de chiffres assez faibles pour cette technologie qui peine à décoller.

Pour Oculus, un simple « changement saisonnier »

Andrea Schubert, porte-parole d’Oculus, reconnaît la disparition annoncée de ces deux points de démonstration mais préfère parler de « changement saisonnier » : « Nous donnons la priorité aux démonstrations organisées dans des centaines de Best Buy installés sur de plus grands marchés. […] Nous continuons de croire que le meilleur moyen de découvrir la VR reste la démonstration pratique. Nous continuerons à organiser des événement réguliers et des apparitions dans des magasins et communautés tout au long de l’année. »

Le salarié d’un Best Buy texan précise, sous couvert d’anonymat : « Ils ne cherchaient pas à vendre le casque mais surtout à ce qu’on fasse des démos pour que les gens parlent d’Oculus. »

Selon Business Insider, Facebook envisagerait de lancer ses propres points de vente d’Oculus mais ce projet n’en est qu’à ses balbutiements. S’il a de quoi être déçu, le patron de l’entreprise, Mark Zuckerberg, n’est pas forcément surpris : il a récemment reconnu que la réalité virtuelle ne serait pas rentable avant un moment. Le rachat d’Oculus, en 2014, lui avait coûté 2 milliards de dollars.

À lire sur Numerama : Trop fermé, l’Oculus Rift se vendrait deux fois moins que le HTC Vive

Partager sur les réseaux sociaux