Malgré l'avance prise par Tesla sur le terrain de la conduite, le CEO de Waymo, filiale de Google, ne voit pas le constructeur américain comme un concurrent. Il se permet même de condamner sa stratégie.

Elon Musk et John Krafcik ne passeront pas les prochaines vacances ensemble. Dans une interview accordée au magazine allemand Manager, publiée le 22 janvier, le CEO de Waymo a critiqué l’approche de Tesla concernant la conduite autonome. « Pour nous, Tesla n’est pas un concurrent  », lance-t-il, alors que les deux entreprises comptent s’appuyer sur un service de robotaxis quand le terrain législatif le permettra. 

John Krafcik voit l’Autopilot de Tesla comme « un très bon système d’aides à la conduite ». À ses yeux, la filiale de Google se distingue en mettant au point «  une technologie de conduite entièrement autonome  ». « Il est faux de croire que vous pouvez développer une suite d’assistances jusqu’au jour où, par magie, elle se transforme en conduite autonome  », appuie-t-il. 

Waymo Jaguar I-Pace // Source : Waymo

Tesla et Waymo n’ont pas la même approche

Sur le segment de la conduite autonome, Tesla et Waymo n’ont pas du tout la même approche. D’un coté, nous avons un constructeur qui commercialise des voitures disposant de capteurs les rendant prêtes pour la conduite autonome. Depuis plusieurs années, le constructeur américain développe des mises à jour qui améliorent les fonctionnalités de l’Autopilot, quitte à prendre les gens pour des cobayes. Et, depuis fin 2020, certains propriétaires ont accès à ce que Tesla appelle la capacité de conduite entièrement autonome sous la forme d’une bêta (avec tout ce que cela implique en termes de vigilance et d’attention derrière le volant).

De l’autre, Waymo utilise des voitures partenaires (exemple : Jaguar) et procède à plusieurs expérimentations encadrées. Depuis fin décembre 2018, le service test Waymo One permet à des gens de monter dans des taxis autonomes à Phénix, dans l’Arizona. Pour garantir sa réussite, la filiale de Google développe Waymo Drive, une technologie associant le hardware (la batterie de capteurs présents sur la voiture) et le software (une intelligence artificielle qui apprend constamment).

En prime, Tesla et Waymo ne sont pas sur la même longueur d’onde concernant les dispositifs à employer. Tandis que Waymo fait confiance au LiDAR, Tesla refuse de faire appel à ce capteur — jugé « moche et inutile » par Elon Musk. Ce qui fait dire à John Krafcik : «  En termes de durabilité et de précision, nos capteurs opèrent à une échelle bien meilleure que celles que nous observons chez la concurrence.  » 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo