La crise économique liée à la pandémie de coronavirus n'a pas d'emprise sur Tesla, qui a signé un troisième trimestre fiscal record. De quoi lui faire penser qu'il pourra atteindre son objectif de livraisons fixé à 500 000 voitures.

En 2019, Tesla est parvenu à livrer 367 500 voitures, son record. En 2020, malgré la crise liée à la pandémie de coronavirus, il en est déjà à 318 980 exemplaires arrivés à bon port — selon les chiffres dévoilés dans son bilan financier du troisième trimestre publié le 21 octobre. Sauf immense cataclysme, le volume atteint en 2019 va donc être battu d’ici le 31 décembre. Mieux, au regard de ses résultats plus qu’encourageants, Tesla estime être en mesure de franchir la barre des 500 000 voitures livrées.

« Nous sommes en mesure de produire et livrer 500 000 voitures cette année. Bien que cet objectif est devenu plus difficile, livrer un demi-million de véhicules en 2020 demeure notre objectif  », explique le constructeur. Il a des raisons d’y croire quand on s’intéresse à ses chiffres très positifs. Au cours du Q3, il a livré 139 593 voitures, soit une augmentation de 44 % par rapport à l’an passé. Son précédent record en la matière (Q4 de 2019) était de 112 095 unités. 

Production Tesla Model Y à Shanghai // Source : Tesla

Tesla vise toujours les 100 000

Il manque donc 181 020 voitures à Tesla pour remplir son objectif. Est-ce faisable ? Cela représenterait quand même une hausse de 61 % par rapport à Q4 2019. En appliquant la même progression qu’entre Q3 2019 et Q3 2020 (+ 44 %), on arriverait à 161 416 voitures livrées. Cela constituerait un énième record, mais il serait insuffisant pour atteindre les 500 000 sur l’année. Ce serait d’ailleurs terrible pour Tesla, qui échouerait pour moins de 20 000 unités (480 396).

« Atteindre cet objectif dépendra principalement de l’augmentation de la production du Model Y et de la hausse de capacité de production à Shanghai, ainsi que d’autres améliorations en matière de logistique et d’efficacité de livraison à hauts volumes », explique Tesla. L’entreprise a déjà procédé à des changements au sein de l’usine de Fremont, qui dispose désormais d’une capacité de production annuelle de 500 000 Model 3/Model Y (les lignes tourneront à plein régime au plus tard d’ici début 2021). C’est deux fois plus qu’à Shanghai, où n’est pour le moment assemblée que la Model 3. Côté clients, on peut aussi constater des changements : les Model 3 les moins chères peuvent provenir de Chine quand on vit en Europe. Elles étaient autrefois importées des États-Unis. 

Cet objectif ne doit pas occulter les autres indicateurs financiers de Tesla, qui est en train de vivre une année 2020 de rentabilité. La crise économique liée à la pandémie de coronavirus aurait pu tout gâcher ; elle n’aura finalement eu qu’un impact sur la production au moment de la fermeture forcée des usines. Au cours du Q3 2020, Tesla a dégagé un profit de 331 millions de dollars (+ 131 %). C’est le cinquième trimestre positif de suite pour le constructeur automobile.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo