À la surprise générale compte tenu de la crise subie par de nombreux pays, Tesla est parvenu à maintenir sa rentabilité au cours du premier trimestre de l'année.

Les observateurs du monde de la finance guettaient les résultats de Tesla, dévoilés le 29 avril, avec impatience. Et ils ont dû être surpris de voir que le constructeur soit parvenu à dégager un profit pour le troisième bilan consécutif. S’il est faible — 16 millions de dollars –, il permet à Tesla de signer le meilleur premier trimestre de son histoire, avec un chiffre d’affaires record pour cette période (5,985 milliards de dollars, en hausse de 32 %).

Pourtant, Tesla démarrait l’année 2020 avec des bâtons dans les roues : la baisse, voire la suppression, du bonus écologique dans certains pays (y compris la France) et la crise économique liée à la pandémie de coronavirus (qui a entraîné la fermeture des usines). Pour ne rien arranger, le premier trimestre est normalement le plus faible en termes de volume.

Tesla Model Y // Source : Tesla

Le Model Y est déjà rentable

Pour parvenir à des résultats aussi surprenants, Tesla a notamment pu compter sur le lancement du Model Y en Amérique du Nord. En avance, le SUV partageant beaucoup avec la Model 3 rapporte déjà de l’argent, prétend la multinationale. « Le Model Y a contribué à la rentabilité, et c’est la première fois dans notre histoire qu’un nouveau produit rapporte de l’argent durant le premier trimestre de son existence », explique-t-elle. 

Nul doute que les leçons tirées du lancement compliqué de la Model 3 ont porté leurs fruits. « Nous avons été en mesure de produire plus de Model Y durant le premier trimestre que de Model 3 durant ses deux premiers trimestres en 2017 », appuie le constructeur. On se souvient que Tesla avait connu des premiers mois de production chaotiques avec sa berline plus abordable, avant de faire face à des soucis logistiques. 

Dans son communiqué, Tesla rappelle l’ambition de lancer les premiers exemplaires de Model Y assemblés au sein des usines de Berlin et Shanghai dès 2021. Il espère aussi pouvoir livrer 500 000 voitures sur l’année calendaire, malgré les interruptions actuellement subies. En revanche, le camion Semi, présenté en 2017, ne sera pas sur les routes avant 2021. À l’origine, les premiers propriétaires devaient être servis en 2019. Par ailleurs, on connaîtra l’endroit où sera produit le Cybertruck d’ici trois mois.

Conséquence de ces chiffres encourageants : l’action de Tesla est en hausse.

Bourse Tesla du 30 avril 2020 // Source : Capture d’écran

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux