L'aide à l'achat d'un véhicule électrique est très réduite en 2020. Les plus touchés ? Tesla et les constructeurs allemands.

Entre le 31 décembre et le 1er janvier, un changement subtil a pu être observé sur le site français de Tesla : le prix des véhicules a augmenté. Cette fois, ce n’est pas le constructeur américain qui a changé le prix de sa gamme, mais le gouvernement qui, par décret, a considérablement réduit les aides à l’achat d’un véhicule électrique pour le 1er janvier 2020. Le prix affiché, autrefois tronqué du bonus qu’il fallait déduire, est désormais « plein tarif ». Un coup dur pour le marché du véhicule électrique, alors que le rétrécissement du parc thermique est un enjeu climatique fort.

Envie d’une Tesla ? Adieu le bonus écologique de 6 000 €

En pratique, le décret acte les choses suivantes :

  • Le bonus est réduit à 3 000 € pour les véhicules entre 45 000 et 60 000 € TTC ;
  • le bonus est maintenu à 6 000 € pour les véhicules dont le prix est inférieur à 45 000 € TTC ;
  • aucun bonus n’est attribué pour les véhicules dont le prix est supérieur à 60 000 € TTC, à l’exception des véhicules utilitaires légers et des véhicules fonctionnant à l’hydrogène.

Chez Tesla, le nombre de véhicules concerné par un bonus baisse drastiquement :

  • La Model Y Grande Autonomie est vendue à 58 000 € et peut donc prétendre au bonus de 3 000 € (6 000 € avant).
  • Les Model 3 Standard Plus et Grande Autonomie sont dans le même cas, affichées à 49 600 et 59 000 €
  • Les Model S et Model X sont toutes exclues du programme de bonus, démarrant autour de 90 000 €.
La précommande d’un Model Y au premier janvier 2020.

Cela signifie aussi que seule la Model 3 Standard Plus pourra bénéficier d’un bonus écologique de 3 000 € avec l’option Capacité de conduite entièrement autonome, qui ajoute 6 200 € à la facture. Tous les autres modèles passent en dehors de la limite. La concurrence est aussi touchée : un Jaguar I-Pace démarre en France à 79 990 € et n’est donc plus concerné par le bonus, tout comme le Mercedes-Benz EQC qui est commercialisé à 79 250 € ou la Porsche Taycan.

Les véhicules des groupes français ne sont pas concernés

Une occasion de mettre en avant les véhicules des groupes français ? La Peugeot e-208 (PSA), la Zoe (Renault-Nissan) et la Leaf (Renault-Nissan) sont toutes commercialisées en-dessous des 45 000 €, ce qui permet aux acheteurs potentiels de bénéficier du même régime qu’auparavant. Des véhicules qui, dans nos essais, ont montré des performances et un confort en hausse, mais n’arrivent pas encore à rivaliser avec ce que propose Tesla, même en considérant

On s’étonnera également du maintien des bonus au marché du véhicule à hydrogène, qui est quasiment inexistant en France avec peu de véhicules grand public (Toyota Mirai et Hyundai Nexo en tête) et un parc de stations de recharge qui ne facilite pas l’adoption de la mobilité propre.

Les stations de recharge à hydrogène // Source : H2-mobile

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo