BMW présente au CES 2020 plusieurs innovations imaginées pour améliorer l'expérience utilisateur dans un cadre de conduite autonome.

BMW promet de la conduite autonome de niveau 3 pour 2021. Il a réaffirmé cette ambition à l’occasion du CES 2020 de Las Vegas. En attendant, le groupe allemand prépare plusieurs innovations allant de paire avec cette mobilité de demain. Pour le salon de la tech, BMW ne mise pas sur les technologies liées à la conduite en elle-même pour mieux se concentrer sur l’autre grand enjeu du monde automobile de demain : les nouveaux usages pour un utilisateur qui abandonne de facto son rôle de conducteur.

Les ingénieurs de la multinationale réfléchissent déjà à différentes manières de repenser l’habitacle pour répondre à la question suivante : comment occuper autrement le temps de trajet ? BMW axe ses expérimentations sur le confort au travers de trois nouveautés : le siège Zero Gravity, l’i3 Urban Suite et l’intérieur i Interaction Ease.

Nous les avons essayées.

BMW i Interaction Ease // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Comment BMW réfléchit à l’habitacle de demain

Siège Zero Gravity

Le siège Zero Gravity est, en quelque sorte, la première pierre posée vers un confort accru, ce que permettra la conduite totalement autonome. C’est, en prime, une innovation qui peut être intégrée très facilement aux voitures dans un futur très proche (elle n’est pas exclusive aux voitures autonomes). À quoi sert un siège dit avec gravité zéro ? Tout simplement à réduire fortement les tensions qui sollicitent le dos. Il est donc question ici d’une inclinaison — alignant les positions du cœur et des jambes — qui neutralise ces contraintes, pour un effet relaxant immédiat.

En pratique, on prend vite goût à cette assise particulière, qui donne envie de dormir au bout de quelques minutes. Ce bénéfice peut paraître déroutant dans une voiture, où la notion d’assoupissement est très, très relative. À court terme, le siège Zero Gravity est une aubaine pour le passager, qui aura l’occasion de — vraiment — se reposer pendant que le conducteur — encore humain — se chargera de l’amener à destination.

Côté sécurité, BMW a, bien évidemment, veillé à ce que le siège soit homologué. La certification serait même supérieure, en raison des rails qui absorberaient mieux les chocs, sans oublier les airbags latéraux formant un cocon autour de celle ou celui qui est assis en cas de choc. On notera que la ceinture est positionnée à gauche tandis qu’elle est logiquement intégrée au dossier (et pas à la structure de la voiture).

BMW i3 Urban Suite // Source : Maxime Claudel pour Numerama

i3 Urban Suite

Contrairement au siège Zero Gravity, susceptible d’être très vite commercialisé, l’i3 Urban Suite reste une expérimentation dans le sens où BMW n’a aucun business model en tête. Cela ne veut pas dire que cette voiture, à l’intérieur totalement repensé, restera au simple stade de l’objet d’étude. Aujourd’hui, le constructeur est d’ores et déjà en mesure de le produire (puisque le véhicule existe) et il ne reste qu’à trouver un segment de marché pertinent. Au regard des arguments, consistant à offrir un confort premium à un seul et unique passager, on peut imaginer sans problème un service proposé par les hôtels pour acheminer les clients fortunés depuis un aéroport — une sorte de prolongement de la classe business des compagnies aériennes.

Car, concrètement, on navigue dans le luxe avec l’Urban Suite, dont la configuration peut faire penser à un petit hall d’hôtel de luxe. Outre le siège confortable associé à un repose-pieds flottant à la profondeur ajustable, on retrouve une petite table, une lampe d’ambiance cosy, un compartiment pour ranger son sac à main ou encore un cintre pour accrocher sa veste. Les interactions se limitent à trois boutons : deux pour régler le repose-pieds, le dernier faisant descendre un écran dédié à l’infodivertissement (screen mirroring avec son smartphone et plateforme de diffusion Fire TV). On est clairement dans une petite loge, sachant que le son des programmes regardés sort du repose-tête pour une meilleure immersion (et une plus grande intimité).

BMW i3 Urban Suite // Source : Maxime Claudel pour Numerama

L’Urban Suite a tout de la première étape qui conduira à un habitacle sans chauffeur.

Intérieur i Interaction Ease

L’intérieur i Interaction Ease est une vision à très long terme de ce à quoi pourrait ressembler l’expérience à bord d’une voiture dépourvue d’un volant. Pour le coup, on est vraiment dans le futur, avec un habitacle qui n’a rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui. La rupture esthétique, comme technologique, commence dès les premières secondes : des projections lumineuses, formant l’équivalent d’un tapis rouge, nous indiquent le chemin vers le siège chauffant. Et puis c’est un empilement d’interfaces d’utilisation faisant appel à toutes les technologies du moment, de la reconnaissance de mouvements (encore à peaufiner au niveau de la précision) à du eye-tracking en passant par des commandes vocales (exemple : pour valider le passage à un mode d’utilisation).

BMW teste pour l’heure l’i Interaction Ease avec trois usages :

  • Relaxation : l’impression d’être dans un vrai cocon coupé de l’extérieur, avec éclairage d’ambiance et siège qui se met en position ad-hoc ;
  • Divertissement : l’immense écran projette le contenu de son choix, avec extension lumineuse sur la planche de bord et acoustique travaillée ;
  • Exploration : ouverture sur l’environnement avec informations projetées en réalité augmentée pour renseigner sur les lieux traversés durant le trajet (d’où l’importance de l’eye-tracking pour que l’intelligence artificielle repère les recommandations clés).

Il apparaît aujourd’hui difficile de savoir précisément dans quelle mesure cette expérience de voyage est envisageable, sinon réussie. Et, surtout, si BMW saura associer toutes ces technologies dans un ensemble cohérent et fonctionnel. On peut le penser étant donné les évolutions encore possibles dans les années à venir. En attendant, on n’est pas près de lâcher le volant.

Vroom (Numerama) est au CES 2020 du 7 au 9 janvier 2020. Pour nous y rendre, nous avons accepté l’invitation de BMW, qui est présent sur le salon pour présenter ses nouveautés. La rédaction suit l’actualité de BMW depuis longtemps et est entièrement libre de couvrir ce qu’elle souhaite sur le salon, de manière indépendante. 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo