Twitter va permettre de limiter les réponses aux tweets à certaines personnes. Les avantages : permettre des discussions plus saines et endiguer le cyberharcèlement. Les risques : déporter le problème sur d'autres fonctionnalités, créer des clubs fermés et laisser des mensonges publics sans possibilité de démentis.

Passer de 140 à 280 caractères, une révolution pour Twitter ? Peut-être pas autant que celle qui vient : au CES 2020, Suzanne Xie, responsable produit pour le réseau social à l’oiseau bleu a annoncé une modification profonde des interactions entre les utilisatrices et les utilisateurs. Aujourd’hui, un tweet depuis un compte public est un élément public : n’importe qui peut y répondre, le retweeter, répondre avec une citation, etc. Demain, la personne ou la marque qui publie un tweet pourra choisir à qui elle donne le droit de répondre.

La réponse dans le viseur

Suzanne Xie a dévoilé quatre modes d’interaction qui ajouteront de la granularité aux discussions des tweets :

  • Global  : tout le monde peut répondre, comme maintenant
  • Groupe : les gens que vous suivez ou que vous mentionnez dans le tweet peuvent répondre
  • Panel : seuls les gens que vous mentionnez dans le tweet peuvent répondre
  • Déclaration  : personne ne peut répondre.

Ces changements, qui ont pour but de protéger les individus en limitant le potentiel de harcèlement groupé, sont une lame à double tranchants dont Twitter est particulièrement conscient. Qu’un particulier anonyme donne un avis sur un sujet et n’ai pas envie de recevoir des réponses, cela s’entend. Qu’un homme politique en campagne utilise l’option déclaration pour diffuser un mensonge, c’est un cas plus complexe : aujourd’hui, les réponses affichées en dessous des tweets pourraient permettre de modérer le propos ou de « fact checker » une déclaration.

Les nouveaux modes de discussion // Source : Twitter

De plus, Twitter n’a pas encore envisagé que ces statuts concernent toutes les interactions : on évoque bien les réponses et non pas les citations avec retweet. Cette forme de retweet permet toujours de commenter un autre tweet et est bien souvent utilisée de manière agressive, pour jeter une personne en pâture à sa communauté. Alors certes, si le tweet cité est configuré en groupe, panel ou déclaration, cela limitera les possibilités de cyberharcèlement : la discussion sera seulement déportée sur un autre fil, fait à partir de la citation.

Reste que pour donner une nouvelle maturité à Twitter, ces changements à venir sont bienvenus. Aujourd’hui le réseau social à l’oiseau bleu est un espace où le côté public des tweets, autrefois une force, est perçu comme une faiblesse, tant la violence verbale est simple à déclencher. On se demande en revanche comment Twitter vivra dans un état hybride, où des utilisatrices et utilisateurs déclenchent publiquement des discussions, mais ne laissent que de petits groupes y répondre, formant de petits clubs privilégiés que la masse regarderait échanger sans pouvoir participer.

Mais si Twitter souhaite être plus conversationnel et moins conflictuel, il doit laisser le choix de la portée d’un message. Quitte à mettre son identité et son usage principal dans la balance : un choix que le concurrent Facebook a déjà fait en autorisant plus de granularité sur les publications et en encourageant l’usage des groupes.

Partager sur les réseaux sociaux