LG et Samsung rivalisent de téléviseurs au design pensé pour une intégration invisible dans un intérieur. C'est bien vu.

Samsung et LG, les deux frères ennemis de Corée, font tout pour ne pas se ressembler — jusqu’à vouloir imposer deux technologies différentes sur le marché de la télévision (le fameux combat QLED versus OLED). Les deux multinationales tombent quand même d’accord sur un point particulier : au CES 2020, les deux veulent faire disparaître la télévision du salon, autant que faire se peut.

Au manque d’audace des constructeurs japonais (Sony et Panasonic sont restés très sages cette année), LG et Samsung répondent par des designs inspirés et toujours plus affirmés. Alors que la 8K essaie tant bien que mal de se frayer un chemin jusqu’à notre salon, c’est peut-être l’intégration, plus que la définition ou la qualité d’image, qui pourrait constituer l’argument imparable de demain. Tour d’horizon.

LG et Samsung veulent des télévisions mieux intégrées

La volonté de fondre les téléviseurs dans une décoration intérieure réfléchie ne date pas d’hier. Bien au contraire. Aujourd’hui, elle se justifie d’autant plus que les diagonales d’écran tendent à augmenter en proportion de la hausse des résolutions (plus elles sont élevées, plus on peut se rapprocher sans problème). Hier encore, un écran de 55 pouces était considéré comme un luxe. En 2020, ce serait presque devenu la taille minimum. À l’instar des smartphones, les téléviseurs ne font donc que grandir.

Les TV sont en prime de plus en plus belles, avec des designs toujours plus léchés. Samsung et LG n’ont pas attendu 2020 pour s’engouffrer sur ce segment qui refuse d’associer la télévision — longtemps un immense objet qui prend de la place (à l’époque du cathodique) — à un produit qui annihile toute notion de bon goût au moment d’embellir son salon. Très tôt, Samsung a par exemple lancé The Frame, une gamme de télévisions ressemblant à des tableaux. LG, pour sa part, a profité de la course à la finesse pour commercialiser un modèle OLED qui donne l’impression de flotter une fois accroché au mur (la ligne Signature W).

Samsung Q950 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Pour aller plus loin, Samsung a annoncé un téléviseur sans aucun bord, d’obédience 8K, avec le spécimen QLED Q950. Il ne s’agit pas de la suite de The Frame, l’argument artistique disparaissant pour laisser place à l’image, rien que l’image. Dans les faits, le Q950 prend la forme d’un téléviseur avec un ratio d’écran de 99 %, dont les bords ultra fins deviennent imperceptibles quand on s’en éloigne. Les ingénieurs profitent par ailleurs de l’électronique déportée pour arriver à une épaisseur de 15 millimètres partout. Et si d’aucuns pensent qu’une telle conception peut paraître fragile, Samsung nous a assuré que l’assemblage, forcément innovant, protège efficacement la dalle (elle est collée, non plus intégrée dans un cadre). Vaisseau amiral oblige, Q950 bénéficie des dernières avancées technologiques, y compris en matière de restitution du son. On pense à l’option Symphony Q qui associe les haut-parleurs situés en haut à une barre de son compatible pour étendre la scène sonore.

En termes de tarifs, on devrait se situer aux alentours des 6 000 euros pour le 65 pouces (8 000 euros pour le 75). Une déclinaison plus abordable — le Q800, avec bords classiques — sera proposée en parallèle pour faire baisser le prix plancher de la 8K.

Gamme LG Objet // Source : Maxime Claudel pour Numerama

LG, pour sa part, continue de maximiser le potentiel de son téléviseur OLED enroulable, toujours aussi bluffant. Pour sa troisième génération, l’objet s’offre une option qui le dissimulera au plafond — ce qui matérialise un pas supplémentaire vers la disparition totale du produit (la version au sol étant articulée autour d’un immense meuble). Sur le stand de la marque, on retrouve en outre la gamme premium Objet. Elle comprend notamment un écran de 65 pouces coulissant servant de porte à une bibliothèque en bois avec barre de son intégrée. C’est une excellente manière de joindre l’utile à l’agréable, sachant que la firme mise en parallèle sur son OLED ultra fin à poser sur le mur pour continuer de redéfinir l’espace.

Retour chez Samsung pour (re)découvrir The Sero, dont on a déjà parlé sur Numerama à l’occasion du lancement en Corée. Ce téléviseur se distingue par sa capacité à pivoter en format portrait, mieux adapté à la lecture de contenus en provenance d’un smartphone (spoiler : la rotation est automatique quand on tourne le téléphone associé). Si on peut douter de l’intérêt du gimmick qui n’intéressera que celles et ceux qui passent leur vie sur leur appareil mobile et TikTok, on peut reconnaître à cette TV une qualité indéniable : en format portrait, elle prend moins de place. Cette caractéristique peut lui valoir quelques lauriers quand on ne l’utilise pas.

On termine cette revue d’effectif par l’apparition d’une diagonale 48 pouces dans le catalogue OLED de LG. C’est une grande première à souligner, étant donné que la taille minimum atteignait les 55 pouces sur les générations précédentes. Pour les férus de belles images qui ne veulent pas d’un immense rectangle noir dans leur salon à l’espace réduit, cette taille moindre ne peut être qu’une bonne nouvelle. Sans parler de l’aspect financier.

Vroom (Numerama) est au CES 2020 du 7 au 9 janvier 2020. Pour nous y rendre, nous avons accepté l’invitation de BMW, qui est présent sur le salon pour présenter ses nouveautés. La rédaction suit l’actualité de BMW depuis longtemps et est entièrement libre de couvrir ce qu’elle souhaite sur le salon, de manière indépendante. 

Crédit photo de la une : Maxime Claudel pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo