Les tarifs de l’électricité augmentent au 1er février 2024. Beaucoup d’indécis se demandent alors si le gain financier du passage à l’électrique est toujours là. Que coûte une voiture électrique face à une thermique, en tenant compte de cette hausse ?

Pour beaucoup, la voiture électrique s’accompagne d’une promesse : celle de rouler pour beaucoup moins cher qu’avec une voiture thermique équivalente. On pourrait même dire que c’est l’une des raisons principales du passage d’une thermique à une électrique pour la majorité des nouveaux arrivants dans la mobilité branchée.

Pour les petits rouleurs notamment, le surcoût à l’achat est difficile à amortir sans un coût d’usage drastiquement réduit. En prenant en compte les coûts d’entretien en plus des coûts liés à la recharge, on avait dressé un bilan spécifique aux voitures de la marque Tesla en 2023.

Mais, avec la hausse des prix de l’électricité, est-ce toujours valable de préférer une électrique face à une thermique selon ce critère du coût ? L’électricité semble augmenter bien plus rapidement que le carburant, ainsi, la différence de coût d’utilisation se réduit. Voyons si, demain, rouler en électrique vaudra encore le coup.

De nouveaux tarifs d’électricité

Vous en avez probablement entendu parler tant la nouvelle a été partagée, les tarifs réglementés de l’électricité augmentent au 1er février 2024. Contrairement à certaines hausses qui représentent un certain pourcentage pour tous les tarifs, celle-ci n’affecte pas tous les tarifs de la même manière.

En effet, il s’agit d’une hausse fixe par kilowattheure, liée à une majoration de l’accise. Avant le 1er février 2024, la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) était limitée à 0,001 €/kWh. Elle va être multipliée par 22 conformément à la loi de finances pour 2024. Par conséquent, elle va frapper — relativement parlant — surtout les tarifs actuellement les moins chers. Une augmentation de 2,2 centimes sur un kWh à 10 centimes représente une augmentation de 22 %, contre seulement 10 % d’augmentation pour un kWh qui était à 22 centimes.

Jusqu’à présent, le tarif Base EDF était au kWh de 0,2276 €. Comme l’a annoncé le gouvernement, l’augmentation sera de moins de 10 % pour ces clients. Mais, pour les clients qui ont un véhicule électrique et qui chargent à la maison, le tarif Base d’EDF n’est probablement pas beaucoup utilisé.

électricité courant énergie
Les prix de l’électricité augmentent en France. // Source : Andrey Metelev

L’option Heures creuses est déjà plus intéressante lorsqu’on charge la nuit, avec un tarif de 0,1828 €/kWh avant la hausse. À partir du 1er février, il faudra prévoir 0,2053 €/kWh, soit une hausse de 12,3 %.

Les plus impactés seront sans aucun doute les abonnés à l’option Tempo d’EDF, qui affiche des tarifs très avantageux pendant 300 jours de l’année : 0,1056 €/kWh en heures creuses les jours bleus. Après la hausse du 1er février, le tarif va grimper de près de 25 %, atteignant 0,1314 €/kWh. Cela reste bien entendu largement en dessous des tarifs Base et Heures creuses, mais en pourcentage, la hausse est bien plus marquée.

Enfin, les possesseurs de voiture électrique qui chargent à domicile ont généralement une consommation d’électricité plus élevée que les autres foyers, ce qui implique le fait que l’impact sera bien plus visible. Avec une hausse du coût de l’électricité de l’ordre de 22 € tous les 1 000 kWh consommés, cela signifie que 5 000 km de voiture électrique vont coûter environ 20 euros de plus qu’avant, si on charge à la maison. Est-ce la hausse de trop ?

Combien vont me coûter 100 km en voiture électrique ?

Comme dit plus haut, les kilomètres en voiture électrique vont coûter jusqu’à 25 % plus chers. Cependant, en partant d’un coût très bas, la hausse est à relativiser, surtout en comparant au coût d’un véhicule thermique.

Pour imaginer les coûts liés à la charge pour différentes voitures électriques, on va considérer 3 consommations de référence différentes :

  • 13 kWh/100 km pour une compacte ou citadine,
  • 16 kWh/100 km pour une berline ou un SUV compact,
  • 20 kWh/100 km pour les plus grosses voitures électriques, ou les plus consommatrices.

Afin de s’approcher de la réalité, quitte à être un peu pessimiste dans certains cas, on considère qu’il y a des pertes à hauteur de 10 % entre ce qui est consommé à la prise, et ce qui est utilisable par la voiture. Ainsi, pour 22 kWh consommés à la prise, seulement 20 kWh seront utilisables en roulant.

Voici alors ce que vont coûter, à partir du 1er février 2024, 100 km en voiture électrique, selon le tarif utilisé et les consommations estimées.

Consommation100 km – EDF Base100 km – EDF Heures creuses100 km – EDF Tempo
13 kWh/100 km3,60 €2,96 €1,93 €
16 kWh/100 km4,43 €3,64 €2,38 €
20 kWh/100 km5,54 €4,55 €2,98 €
Les différents tarifs pour 100 km en voiture électrique chargée à domicile

Concrètement, selon l’abonnement EDF et le véhicule considéré, on va presque du simple au triple. D’un côté, moins de 2 €/100 km en citadine chargée en heures creuses de l’offre Tempo, et de l’autre plus de 5,50 €/100 km pour un gros SUV électrique chargé en offre Base.

Watt Else, c’est la newsletter de Numerama consacrée à l’actualité de la mobilité. Gratuite, sans langue de bois, et envoyée tous les jeudis ! Vous pouvez vous abonner juste en dessous, avant de reprendre votre lecture de cet article.

Le carburant n’augmente pas, mais l’écart est toujours là

Si l’électricité augmente fortement depuis quelque temps, les prix du carburant semblent de leur côté plus stables. Depuis la fin de l’été 2023, ils sont même en baisse si l’on en croit les statistiques disponibles.

Pour autant, en vertu des chiffres de l’Ademe qui annoncent une consommation moyenne de 5 l/100 km pour les voitures diesel et 6,80 l/100 km pour les voitures essence, le prix pour rouler en thermique reste beaucoup plus élevé.

Le prix au litre est de 1,80 € environ pour le diesel et 1,90 € environ pour l’essence (à la date du 30 janvier). Dans le meilleur des cas, 100 km de voiture thermique coûtent en moyenne 9 euros (diesel à 5 l/100 km) et dans le pire, presque 13 euros (essence à 6,80 l/100 km).

Sur une année, sachant que les Français parcourent en moyenne moins de 11 000 km, les économies en roulant à l’électrique, en comptant la hausse du 1er février, restent conséquentes. C’est ce que montre le tableau ci-dessous.

Diesel AnnuelEssence AnnuelÉlectrique – MinimumÉlectrique – Maximum
990 €1 421 €213 €609 €
Comparaison des coûts annuels estimés pour 11 000 km

Ainsi, pour une voiture électrique qui charge en tarif heures creuses avec EDF Tempo, le coût annuel pour 11 000 km est de 213 euros au minimum (pour une consommation de 13 kWh/100 km). Bien entendu, cette estimation peut être optimiste selon le véhicule. C’est pourquoi nous avons inclus l’estimation la plus pessimiste qui soit, à savoir une voiture électrique consommant 20 kWh/100 km de moyenne, exclusivement chargée au tarif Base à domicile. Le coût à l’année atteint alors 609 €.

Dans les deux cas, les voitures thermiques restent considérablement plus coûteuses, avec 62 % de coût supplémentaire dans le meilleur des cas (Diesel consommant 5 l/100 km contre électrique consommant 20 kWh/100 km chargée au tarif Base).

Pour des personnes chargeant au tarif Tempo en heures creuses, aucune comparaison n’est possible, tant l’écart est important : une voiture essence peut être jusqu’à 7 fois plus chère à l’usage. Dit autrement, une petite voiture électrique revient à 18 € par mois en électricité, là où une voiture essence va coûter 100 € de plus par mois en carburant.

L’électrique peut-elle être plus chère qu’une thermique ?

Même avec l’augmentation des prix de l’électricité, il est difficile de s’approcher du coût d’un véhicule thermique. En étant réaliste et en prenant un scénario classique, une voiture électrique coûte autour de 2,50 €/100 km lorsqu’elle est chargée à la maison. En face, une voiture thermique est globalement 4 fois plus chère.

Pour des petits rouleurs qui n’effectuent que 5 000 km par an, l’économie réalisée est tout de même de l’ordre de 375 € à l’année. Bien entendu, les gros rouleurs qui parcourent 30 000 km dans l’année arriveront de leur côté à économiser plus de 2 000 € par an face à une voiture thermique.

Renault Twingo - une mini citadine à plus de 25 000 € // Source : Renault
Renault Twingo. // Source : Renault

Le surcoût à l’achat reste donc toujours le seul véritable frein pour passer du côté de la mobilité branchée, puisque les coûts d’utilisation restent incomparables lorsqu’on peut charger chez soi. Dans un futur proche, il est improbable que l’électrique coûte aussi cher que la voiture thermique pour rouler.

Qui plus est, on peut imaginer que le coût de l’électricité évolue à la baisse, puisque les problèmes d’approvisionnement sont bien moins présents, et que la France parvient régulièrement à être exportatrice d’électricité. Quoi qu’il en soit, si les pouvoirs publics souhaitent que la voiture électrique continue à se démocratiser, outre les incitations à l’achat, il faut aussi une garantie sur les coûts d’utilisation : rouler à l’électrique, oui, mais sans que ce soit un gouffre financier. Fort heureusement, on en est très loin.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !