Tesla a récemment demandé sur X ce qui devait être amélioré pour contenter ses clients. Les réponses ont été nombreuses, avec des idées intéressantes et novatrices. D’autres sont des demandes de longue date. Qu’est-ce qui manque aux voitures Tesla actuellement ? Y a-t-il un espoir pour que ça change à l’avenir ?

Bien qu’elles soient mises à jour régulièrement, les voitures de la firme d’Elon Musk restent loin d’être parfaites. Pire, de plus en plus de clients constatent des régressions, notamment sur le plan de la conduite autonome et de l’Autopilot. Par conséquent, lorsque Tesla a remis en avant un post sur X initialement publié en mai 2023, demandant à ses clients les améliorations qu’ils attendaient, beaucoup en ont profité pour vider ce qu’ils avaient sur le cœur.

Certaines demandes sont malheureusement très classiques, répétées depuis de longues années, mais le constructeur semble faire la sourde oreille. Peut-on lui donner tort ? Il faut bien avouer que, Tesla battant tous les records de vente avec le Model Y en 2023, il est difficile d’attendre de la marque qu’elle change son fusil d’épaule. Malgré tous les défauts qui ont été cités, c’est une réalité, il n’y a jamais eu autant de Tesla sur les routes.

Le logiciel est au centre des plaintes des clients de Tesla

Les possesseurs de Tesla connaissent bien le petit rituel qui se produit une à deux fois par mois en moyenne : la mise à jour du logiciel embarqué. Il y a quelques années, chaque mise à jour apportait son lot de nouveautés, tantôt améliorant certaines parties du véhicule (Autopilot, climatisation, caméra embarquée), tantôt proposant une nouvelle interface graphique.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Tesla Model 3 (2023). // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Cependant, depuis de longs mois, les mises à jour logicielles ne vont pas souvent dans le bon sens. Plus particulièrement, les fonctionnalités qui s’éternisent en bêta sont pointées du doigt par les utilisateurs. On retrouve bien entendu parmi les réponses les plus virulentes des critiques sur la gestion des essuie-glaces, des phares automatiques, et l’Autopilot.

On a déjà consacré un article plus complet au sujet de l’aberration qu’est devenue l’Autopilot de Tesla, et notre avis est loin d’être isolé. On voit mal comment Tesla pourrait adresser certaines critiques sur les autres composants du véhicule, cependant : sans capteur de pluie, par exemple, c’est mission impossible pour que les essuie-glaces fonctionnent correctement. Bien entendu, tout ça n’a pas empêché les internautes de proposer des idées innovantes.

De nouvelles suggestions que Tesla devrait écouter

Pour améliorer l’expérience globale, certains clients ont des idées ingénieuses que Tesla devrait suivre. Parmi celles qui ont retenu notre attention, voici celle qui ferait mieux d’arriver au plus vite : le pré-conditionnement de la batterie à la demande. En effet, la température de la batterie fait partie des éléments les plus importants pour que la charge rapide se fasse dans des conditions nominales.

Bien conscient de ce fait, Tesla assure un pré-conditionnement automatique lorsqu’un Superchargeur est entré en destination. Depuis quelques mois, certains chargeurs tiers sont également pris en compte, comme Ionity, Fastned ou Totalenergies. Toutefois, le pré-conditionnement n’est pas systématique, et selon la manière dont vous sélectionnez la destination dans la navigation embarquée, il se peut qu’il n’y ait aucun pré-conditionnement.

Recharge Model Y sur superchargeur Tesla // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Recharge Model Y sur superchargeur Tesla. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Par conséquent, disposer d’un moyen de forcer le groupe motopropulseur à réchauffer le pack de batterie s’avèrerait bénéfique, en particulier en conditions hivernales. Cet ajout semble plutôt simple pour Tesla, et le gain pour les propriétaires serait conséquent.

Sur le même sujet des grands voyages et des charges rapides, deux autres idées paraissent excellentes. La première vise à personnaliser le niveau de batterie souhaité à destination, un ajout qui se fait attendre depuis très longtemps. Aujourd’hui, il n’y a aucun moyen de forcer le planificateur embarqué à prendre en considération un quelconque niveau de batterie à l’arrivée d’un trajet. Dès lors, la dernière charge revient à faire un petit calcul pour savoir jusqu’à quel niveau on doit charger. Ce qui ne pose pas trop de souci lorsqu’on peut charger à destination. Mais, dans le cadre d’un road trip avec une étape, ou bien d’un week-end sans pouvoir charger sur place, il est primordial de bien anticiper. En suivant seulement le planificateur embarqué, on va assurément au-devant de déconvenues.

L’autre idée mise serait de pouvoir signaler un dysfonctionnement au niveau d’un Superchargeur directement depuis l’écran de la voiture. Se brancher à une borne de Superchargeur qui ne fonctionne pas, cela arrive. Si certaines remontées se font automatiquement jusqu’à Tesla, il n’y a néanmoins aucun moyen de faire parvenir cette information à la maison mère. Il serait d’ailleurs pertinent d’annoncer directement sur l’écran central à quelle borne il vaut mieux se brancher (sur certains Superchargeurs, la puissance est notamment partagée entre chaque paire de bornes).

Ces exemples ont sans doute de bonnes chances d’arriver sur les Tesla, puisque leur implémentation ne semble pas coûter beaucoup en développement, alors que l’intérêt pour les utilisateurs est bien là. Ce n’est pas le cas de certaines autres demandes, qui sont assez utopistes.

L’actualité de la mobilité électrique arrive aussi directement dans votre boîte mail avec Watt Else, la newsletter gratuite de Numerama. Abonnez-vous pour la recevoir chaque jeudi !

Beaucoup de bonnes idées qui vont malheureusement passer à la trappe

De nombreuses demandes de clients sont excellentes, mais en étant réaliste, il y a très peu de probabilité pour qu’elles deviennent réelles. Comment ne pas citer ce qui revient probablement tous les ans depuis que les Tesla sont sur les routes ? À savoir, le combo Apple CarPlay et Android Auto. Ni l’une ni l’autre des solutions sont disponibles à bord des voitures de la firme d’Elon Musk, et cela ne parait pas prêt de changer.

Si l’on veut voir le verre à moitié plein, on peut se dire qu’en termes d’infodivertissement, Tesla parvient tout de même à proposer ce qui se fait de mieux, avec Apple Music, Spotify, Tidal, TuneIn et même un navigateur web. Cependant, pour les personnes utilisant Waze ou souhaitant une meilleure reconnaissance vocale pour répondre à des messages, c’est un manque qui se fait sentir.

Si cette demande n’est pas nouvelle, celles qui suivent sont bien plus récentes. Il s’agit des diverses mesquineries de Tesla, pointées du doigt par de plus en plus de clients : la disparition du radar et des capteurs à ultrasons sont en première ligne. On ne va pas revenir sur toute la saga Tesla Vision et la solution plus que perfectible pour se garer qui est désormais la norme chez Tesla. Mais, il faut faire le deuil du radar et des capteurs de stationnement, ils ne sont pas près de faire leur come-back.

Plus intéressant, on constate une demande croissante de la part de personnes souhaitant transférer les options logicielles d’une Tesla à une autre. On pense, par exemple, à celles et ceux qui ont acheté la capacité de conduite entièrement autonome (FSD) il y a des années, sans pouvoir en profiter, et qui revendent leur Tesla pour en reprendre une nouvelle. S’ils et elles veulent le FSD, il faut repasser à la caisse. Pouvoir transférer cette option d’une voiture à l’autre permettrait d’économiser des milliers d’euros, tout en continuant d’être fidèle à la marque.

Enfin, dernière demande aussi pertinente qu’improbable : l’assurance de ne pas acheter au mauvais moment. Vous êtes probablement coutumiers du fait, Tesla aime drastiquement baisser ses tarifs sans prévenir, bien souvent plusieurs fois dans l’année. Ainsi, les clients potentiels peuvent craindre d’avoir acheté au pire moment, c’est-à-dire à quelques jours seulement d’une baisse de prix qui peut parfois dépasser 10 000 euros.

Certains propriétaires proposent donc à Tesla de dédommager ses clients en Supercharge gratuite ou en options logicielles qui ne coûtent pour ainsi dire rien à la marque, de manière à contenter ceux qui ont acheté juste avant la baisse. Encore une fois, il est improbable que Tesla s’embête à proposer cet arrangement, bien que l’on comprenne les mécontents.

Comment faire changer de cap Tesla ?

Vous l’aurez compris, beaucoup de demandes vont rester sans réponse de la part de Tesla. Et, on peut les comprendre. Si l’on regarde les records de vente qui s’enchaînent, ils donnent l’impression que toutes les actions de Tesla vont dans le sens de ce que veulent ses clients.

Le seul moyen de faire changer d’avis les décideurs serait sans doute d’arrêter d’acheter les Model 3 et Model Y qui ont cartonné ces dernières années. C’est peine perdue. En effet, leur prix face à la concurrence, associé aux prestations proposées, est convaincant : en 2024, le choix par défaut d’une voiture électrique est certainement encore une Tesla.

Les alternatives venant d’autres constructeurs n’arrivent toujours pas à faire mieux dans les domaines qui comptent le plus, à savoir l’autonomie, la consommation, la charge rapide et le prix. Si d’autres acteurs arrivent à faire mieux dans ces domaines, Tesla se consacrera peut-être à améliorer ce qui est secondaire. En attendant, il faut faire avec.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !