D’ici la fin de l’année 2023, Apple et Google proposeront un standard visant à empêcher l’utilisation malveillante de traqueurs Bluetooth, comme l’Apple AirTag, le Samsung SmartTag ou les produits de Tile.

Les traqueurs Bluetooth peuvent-ils servir à espionner des individus ? Si Apple, Samsung, Tile ou Chipolo n’aiment pas trop qu’on leur pose cette question, tous sont obligés de constater que leurs produits, lorsqu’ils sont mal utilisés, peuvent devenir de redoutables outils malveillants. Apple, avec son AirTag, tient le parfait exemple. La marque a longtemps défendu son traqueur sorti en 2021, avant d’annoncer de nombreux changements en 2022 pour limiter ses fonctions. Le problème n’est pas l’AirTag en lui-même, mais ce qu’en font les gens. Certains vendent par exemple des AirTags modifiés, avec le haut-parleur arraché, pour pouvoir espionner sans émettre de son.

Le 2 mai 2023, Apple, Google, Samsung, Tile, Chipolo, eufy Security et Pebblebee ont annoncé vouloir créer une norme pour éliminer les risques de détournement de ces outils. Leur idée est simple : permettre à tous les appareils de se reconnaître entre eux, pour empêcher toute utilisation malveillante. Une alliance rare, qui nous rappelle dans de plus petites mesures celle qui a abouti à la création de Matter, le standard pour la maison connectée.

Android et iOS, ensemble contre les stalkers

Aujourd’hui, un traqueur Bluetooth caché dans un sac envoie une notification au bout de quelques minutes, si le téléphone de la personne ciblée a remarqué sa présence à plusieurs endroits. Problème : cette notification ne peut arriver que sur iPhone. Il faut installer un logiciel spécial sur Android pour effectuer une recherche manuelle.

Le même phénomène existe aussi dans l’autre sens : un iPhone n’est pas en mesure de remarquer la présence d’un produit concurrent (à vrai dire, même Android n’est pas capable de détecter certains traqueurs nativement). Ce manque de compatibilité permet à des personnes d’espionner les autres sans inquiétude, puisque l’utilisateur « stalké » n’a aucun moyen de savoir qu’un produit le surveille.

Demain, iOS et Android seront en mesure de reconnaître n’importe quel traqueur présent depuis trop longtemps, peu importe son constructeur. Grâce à une nouvelle norme réseau, tous les objets émettront un signal similaire, reconnaissable par les deux systèmes d’exploitation.

Chez Apple comme chez Samsung on offre la possibilité de fare sonner les balises // Source : Photo Corentin Béchade pour Numerama
Le SmartTag (Samsung) et le AirTag (Apple) permettent de localiser précisément un objet. // Source : Photo Corentin Béchade pour Numerama

Menée par Apple et Google, cette initiative s’accompagnera de mises à jour d’iOS et Android, dont les sorties ne sont vraisemblablement pas prévues avant 2024. Apple et Google disent qu’ils soumettront un candidat à ce standard « d’ici la fin de 2023 », ce qui laisse supposer que son déploiement ne pourra pas avoir lieu cette année. Dans les prochains mois, plusieurs discussions auront lieu entre les différents représentants de l’industrie, afin de trouver la bonne formule.

Une solution efficace ?

Avec ce changement, Apple et Google devraient s’assurer de régler un des problèmes majeurs de cette catégorie de produits (dans un article paru en février 2022, Numerama disait justement que seule une alliance entre les deux géants pouvait régler le problème).

Cependant, il ne faut pas croire que ce nouveau standard suffira à éliminer le stalking. Entre les anciens produits non mis à jour, ceux de marques qui ne supportent pas le standard ou ceux spécifiquement créés pour l’espionnage, les personnes malveillantes auront toujours des manières d’agir. On peut néanmoins imaginer que les réseaux Find My (Apple) et Tile, les deux plus répandus aujourd’hui, seront beaucoup moins dangereux une fois le standard déployé.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.