Un centre spécialisés dans les compulsions alimentaires va mener une étude sur 1 000 volontaires concernés par ces troubles. Grâce à des Apple Watch, ils pourront noter leur informations dans une app dédiée.

Mieux anticiper l’apparition des troubles du comportement alimentaire : c’est l’objectif poursuivi par l’UNC Center of Excellence for Eating Disorders (Caroline du Nord, États-Unis) dans une nouvelle étude qui implique Apple. La multinationale américaine a fait don de 1 000 montres connectées afin que le centre de traitement puisse mener ses recherches.

Dans un communiqué de presse, l’organisme a annoncé le 2 octobre 2018 que sa nouvelle étude, baptisée BEGIN pour « Binge Eating Genetics Initiative », rassemblerait « des données comportementales, génétiques et relatives au microbiome pour donner un aperçu plus complet des éléments déclencheurs et des traitements de la compulsion alimentaire. »

Une app pour noter ses émotions

Les volontaires participant à l’étude utiliseront l’application mobile Recovery Record ainsi qu’une Apple Watch pour donner des informations sur les troubles qu’ils ou elles vivent. Dans cette app, il sera possible de consigner leurs pensées, leurs émotions et leurs comportements liés à l’alimentation.

Recovery Record // Source : Numerama

Les chercheurs ont déjà lancé un appel à participation, dans lequel ils expliquent que les citoyens américains, âgés de 18 ans et plus, qui ont un trouble du comportement alimentaire et possèdent un iPhone (5 ou plus récent) peuvent prendre part à l’étude.

Les participants et participantes devront utiliser l’application sur leur iPhone pendant 30 jours, pour y enregistrer leur humeur, leur rapport à la nourriture et leurs objectifs. En plus d’un questionnaire à remplir, les volontaires recevront des kits pour réaliser un autoprélèvement salivaire et recueillir un échantillon de leur microbiote (la flore microbienne présente sur la peau ou dans le tube digestif des humains).

Les volontaires devront aussi réaliser deux prélèvements

« En utilisant la technologie de l’Apple Watch et un protocole cognitivo-comportemental, cette étude vise à ouvrir de nouvelles perspectives sur les causes des troubles du comportement alimentaire et à responsabiliser les individus avec des interventions personnalisées accessibles via une Apple Watch et un iPhone », écrit l’organisme depuis la ville de Chapel Hill.

Ce n’est pas la première fois que l’Apple Watch trouve une utilité dans le domaine médical : une jeune femme atteinte d’une maladie chronique avait été incitée à demander de l’aide par la montre connectée qu’elle portait, en mai dernier.

Crédit photo de la une : Ulrich Rozier pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux