Une jeune américaine a constaté que l'Apple Watch qu'elle portait au poignet lui indiquait une fréquence cardiaque très élevée. L'alerte donnée par la montre a été salutaire, et a permis de diagnostiquer la maladie dont souffrait sa propriétaire.

Deanna Recktenwald ne regardera probablement plus son Apple Watch de la même manière. Cette jeune femme de 18 ans, qui réside en Floride, a raconté comment la montre connectée a « sauvé [sa] vie  » à la fin du mois d’avril 2018.

En consultant l’objet qui encerclait son poignet, Deanna Recktenwald s’est aperçue que la montre affichait une fréquence cardiaque de 190 battements par minute, au repos. L’écran de l’Apple Watch lui conseillait de demander de l’aide le plus rapidement possible.

Les options de la montre ont ainsi permis à la jeune Américaine, qui souffrait d’une insuffisance rénale chronique sans le savoir, d’être alertée sur ce symptôme. L’Apple Watch a donné l’alerte à la jeune femme et sa famille, qui n’avaient jamais découvert que Deanna Recktenwald souffrait de cette maladie.

Une lettre de remerciements à Tim Cook

La mère de la jeune femme, infirmière de profession, a alors emmené sa fille dans une clinique, où les indications données par l’Apple Watch se sont révélées correctes. Après une série de tests réalisés aux urgences, le personnel hospitalier a pu confirmer le diagnostic de la jeune patiente. Ses reins fonctionnent avec une capacité de 20 %, ce qui nécessite une surveillance étroite afin d’anticiper la nécessité d’une transplantation rénale.

Deanna Recktenwald avait reçu son Apple Watch à Noël. Après l’incident, sa mère a écrit une lettre à Apple, exprimant sa reconnaissance envers l’entreprise qui « développe un produit aussi fantastique et qui sauve des vies ». Tim Cook lui a répondu, assurant que cette histoire incitait Apple à « maintenir ses efforts ».

La montre connectée d’Apple ne sert pas seulement de lanceuse d’alerte dans le domaine médical. En Australie, l’objet pourrait bientôt servir de preuve dans une affaire de meurtre.

Partager sur les réseaux sociaux