La mission lunaire Peregrine vit ses derniers instants. Astrobotic Technology et la Nasa prévoient la rentrée de la sonde dans une zone sûre. Le soir du 18 janvier 2024, Peregrine se consumera contre l’atmosphère terrestre : où exactement ?

Mise à jour du 19 janvier à 11h : Comme prévu, Astrobotic a perdu le contact avec Peregrine dans la soirée du 18 janvier. Une nouvelle image est la dernière prise par Peregrine, avant son crash sur Terre.

Article original : Peregrine vit ses dernières heures. La mission lunaire va revenir sur Terre pour y mourir, ce jeudi 18 janvier 2024. Alors que cette mission privée américaine soutenue par la Nasa était censée se poser sur la Lune, cela n’a pas été possible : Peregrine a mal tourné. Juste après son décollage, le vaisseau a été victime d’une fuite, ruinant tout espoir de tenter un atterrissage en douceur sur la Lune.

Dans son dernier point de situation, publié le 17 janvier, Astrobotic a confirmé que la rentrée atmosphérique de Peregrine surviendra dans la soirée, vers 22h (heure française). Mais la Terre est vaste. Où précisément la mission ira-t-elle se consumer contre l’atmosphère terrestre ? « Astrobotic a positionné le vaisseau spatial Peregrine pour une rentrée sûre et contrôlée au-dessus d’une zone éloignée du Pacifique Sud », précise l’entreprise.

Cette carte montre où la mission lunaire Peregrine mourra

La trajectoire de rentrée est représentée sur cette carte partagée par Astrobotic. On peut distinguer une ellipse représentée en rouge, au nord de la Nouvelle-Zélande. Si tout se passe bien, Peregrine devrait brûler contre l’atmosphère de la Terre, juste au-dessus de cette zone.

Trajectoire de rentrée de Peregrine. // Source : Astrobotic
Trajectoire de rentrée de Peregrine. // Source : Astrobotic

Afin de garantir une rentrée atmosphérique en toute sécurité, Astrobotic explique que la manœuvre a été réalisée en deux étapes pour modifier la trajectoire de Peregrine. La première a consisté à allumer les moteurs principaux de la sonde, avec « une série de mises à feu très courtes ». Les moteurs ne peuvent pas fonctionner normalement, à cause du problème de propulsion de Peregrine. Les pauses entre chaque impulsion ont donc permis d’éviter une surchauffe.

La deuxième étape consistait à ajuster l’attitude du vaisseau (c’est-à-dire son orientation), afin de bien déplacer Peregrine vers le sud de l’océan Pacifique. « Les procédures exécutées par l’équipe visaient à minimiser le risque que des débris atteignent la terre ferme », indique Astrobotic. Cette intention est louable : les débris spatiaux sont un énorme problème, qu’ils retombent sans aucun contrôle sur Terre ou qu’ils restent en orbite et menacent l’ISS.

Le dernier jour de Peregrine dans l’espace

Et si nous étions sur la sonde Peregrine, alors qu’elle s’approche de la Terre, que verrions-nous ? Cette animation publiée sur X par Tony Dunn, astronome amateur et spécialisé dans les simulations d’orbite de planètes, comètes, astéroïdes et autres corps célestes, montre à quoi devrait ressembler « le dernier jour de Peregrine ».

Malgré cette issue contrôlée avec soin par Astrobotic, c’est une certitude, la mission est quand même loupée. Néanmoins, le sort de Peregrine ne préoccupe pas autant la Nasa qu’on aurait pu l’imaginer. Dès 2024, d’autres alunisseurs arriveront en force pour tenter à leur tour de se poser sur la Lune. Le raté de Peregrine leur servira forcément d’expérience.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !