Astrobotic Technology a manqué son occasion de se poser sur la Lune avec l’atterrisseur Peregrine. Que signifie exactement le nom de cette mission qui, malgré le soutien de la Nasa, a échoué ?

C’est une certitude, Peregrine ne pourra jamais se poser en douceur sur la Lune. Après un décollage réussi le 8 janvier 2024, la mission PMO (« Peregrine Mission One ») développée par l’entreprise Astrobotic Technology, avec le soutien de la Nasa, s’est vite heurtée à un gros problème. L’atterrisseur à peine lancé dans les cieux a rencontré un souci de propulsion très préoccupant. Même si les équipes engagées dans cette aventure font tout pour qu’elle se termine le plus tard possible, la situation est critique et Peregrine est probablement en train de pousser son dernier soupir.

Malgré tout, l’échec de Peregrine ne remet pas complètement en cause les projets de la Nasa, qui avait tout à fait conscience des risques de cette mission confiée au secteur privé. Au fait, pourquoi avoir choisi un tel nom ?

Le faucon pèlerin qui s’élève vers la Lune (mais ne s’y posera jamais)

En anglais, « Peregrine falcon » signifie « Faucon pèlerin ». Et, si l’on en doutait encore, l’écusson de la mission confirme cette volonté de faire référence à cet oiseau. « Le design de cette mission commémorative met l’accent sur le mouvement ascendant, l’exploration et la force. Le faucon pèlerin s’élève vers la Lune, représentant l’état d’esprit de l’équipe qui développe et prépare l’atterrisseur Peregrine », détaille Astrobotic Technology.

L'écusson de la mission Peregrine. // Source : Astrobotic Technology
L’écusson de la mission Peregrine. // Source : Astrobotic Technology

Parmi tous les oiseaux, et dans la famille des nobles rapaces, Astrobotic a orienté son choix vers « l’oiseau de proie le plus répandu sur Terre ». Le faucon pèlerin est présent sur l’ensemble des continents, à l’exception de l’Antarctique. Or, l’atterrisseur embarque de nombreux messages et souvenirs d’êtres humains, collectés un peu partout sur Terre. « D’innombrables personnes et cultures du monde entier sont représentées sur l’atterrisseur Peregrine », explique l’entreprise.

Astrobotic a aussi souhaité faire référence aux aptitudes de cet oiseau majestueux, estimant qu’elles reflètent les efforts déployés pour rendre la mission Peregrine possible. « Les faucons pèlerins sont également agiles et rapides […] méritant le titre d’animal le plus rapide de la planète. » Selon le PDG de la société, John Thornton, « Peregrine porte bien son nom et représente la manière dont Astrobotic s’est adapté avec agilité aux nombreux défis et paysages changeants du secteur spatial ».

La décision de représenter cette mission par un oiseau est enfin un clin d’œil à l’histoire de l’exploration lunaire. L’écusson d’Apollo 11, la mission des premiers pas de l’humanité sur la Lune en 1969, mettait également en scène un faucon. Le rapace déployait ses ailes au-dessus de la surface lunaire, parsemée de cratères.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !