L'économie de New World rencontre un problème atypique : contrairement aux autres MMORPG, les prix plongent. Les joueurs et les joueuses ne veulent pas dépenser leur or et préfèrent commercer autrement : avec du troc.

C’est un problème que vous n’avez peut-être pas ressenti si vous passez votre temps à pêcher dans New World et si vous n’avez pas pris le temps de commercer avec d’autres joueurs et joueuses. Mais c’est un souci dont l’ampleur commence à attirer l’attention, en témoigne une publication datée du 19 octobre sur le site spécialisé Player Auctions, qui s’est penché sur l’économie de New World.

L’article pointe une contrariété assez atypique dans le monde des MMORPG : il n’y a pas assez de monnaie en jeu, pas assez de liquidités en circulation. Ce qui est contraire à d’autres jeux de rôle massivement multijoueur, qui peinent à trouver des mécanismes permettant d’éviter une accumulation absurde de richesse.

Une déflation de l’économie sur New World car il n’y a pas assez de pièces d’or en circulation

Résultat, l’économie dans New World est confrontée à un problème de déflation, qui est alimentée entre autres par le fait qu’il est assez difficile de récolter et de conserver des pièces d’or. Les quêtes ne rapportent pas suffisamment et le butin obtenu ici et là n’est pas suffisant pour aboutir à un équilibre entre l’argent que quelqu’un entre et ce qu’il peut s’autoriser à dépenser sans se mettre sur la paille.

Ce phénomène est très différent par exemple d’un jeu comme World of Wacraft, qui subit plutôt un mouvement classique d’inflation : les joueurs et les joueuses amassent avec le temps des sommes potentiellement très importantes — de plusieurs centaines de milliers de pièces d’or, voire, parfois de quelques millions –, ce qui conduit parfois à un relatif enchérissement du coût d’achat pour certains items.

Avec New World, la trajectoire va donc dans l’autre sens. Player Auctions pointe le fait que le prix — plus exactement la valeur d’échange — de certains matériaux d’artisanat est en train de reculer, « pas nécessairement parce qu’il n’y a pas assez de pièces pour se les offrir, mais parce que la valeur de la monnaie est tellement plus élevée que la valeur des biens, étant donné leur rareté relative ». Et cela a fait apparaître un nouveau phénomène : le troc.

New World craft
À quoi bon fabriquer des objets s’il n’est pas possible d’en tirer un gain substantiel ? (bon d’accord, cet objet-là n’a aucun intérêt). // Source : New World

« Des échanges tels que 1000 étoffes de lin, contre 600 minerais et 20 œufs, ou un piolet en métal stellaire contre 40 barres d’acier, sont monnaie courante, comme ce que l’on s’attendrait à voir dans une société de chasseurs et de cueilleurs », écrit le site. Ce constat est conforté d’ailleurs par des témoignages sur Reddit, à l’image de ce sujet : « L’économie de New World souffre d’une déflation rapide. »

Cela peut prêter à sourire, mais pour qui est dans l’artisanat de New World, c’est un obstacle à terme. Le troc pourrait rapidement ne pas suffire comme palliatif ponctuel et conduire les joueurs et les joueuses à délaisser cette activité, si elle ne rapporte pas suffisamment — ou si elle ne couvre que le coût des matériaux requis pour la fabrication de l’item. Sachant que la récolte des ressources de base est relativement accessible.

Si en apparence, l’effondrement de la valeur des biens et des services peut sembler bénéfique pour les personnes souhaitant en profiter, il peut vite entraîner d’autres problèmes à terme : l’artisanat peut devenir de moins en moins soutenable et intéressant à pratique, le coût des réparations de l’équipement un poste de dépense gênant, tout comme certaines taxes qui existent dans le jeu.

En effet, New World a pour particularité d’introduire des barrières tarifaires pouvant être plus ou moins hautes selon l’endroit où est fabriqué un item, la faction qui contrôle la zone et la réputation qu’un joueur ou une joueuse a localement dans la région. Ces mécaniques, qui visent à donner de la crédibilité à l’économie (et aussi à justifier certaines batailles pour reprendre la main sur un territoire) et à donner l’impression que l’argent circule sont toutefois perturbées par une liquidité insuffisante.

L’accès aux ressources n’est pas difficile. Les valoriser à travers l’artisanat et en faire commerce par contre, c’est moins évident. // Source : New World

Ce problème de manque de pièces d’or dans le jeu a pu s’observer dans l’économie réelle. En prenant l’exemple du Japon, déjà en situation de déflation dans les années 90, Bercy rappelle que malgré une baisse de taux d’intérêt et une injection de liquidités dans le système financier, il n’a pas été possible d’endiguer la spirale de baisse des prix. D’autres exemples dans l’histoire et ailleurs dans le monde existent.

Vers un ajustement de l’économie dans un futur patch ?

La bonne nouvelle, ou du moins l’espoir sur lequel joueurs et joueuses peuvent se raccrocher, c’est que New World est un jeu encore jeune, qui n’est sorti que depuis le 28 septembre. L’équilibrage et les corrections vont se poursuivre au cours des mises à jour à court et moyen terme — à ce sujet, trois patchs sont déjà sortis pour ajuster un certain nombre de mécaniques et supprimer des bugs.

Le sujet de l’économie en jeu a d’ailleurs déjà fait l’objet d’une certaine attention de la part d’Amazon Game Studios. En décembre 2020, l’éditeur décrivait des changements dans le système de fabrication des objets, dans une partie dédiée à l’économie. En juin 2021, il était question d’un ajustement sur l’économie de l’or. New World était alors encore en phase de développement.

Il serait surprenant qu’Amazon Game Studios ne fasse rien sur ce sujet maintenant que le titre est live et alors que la récolte de ressources et la confection d’objets constituent des pans importants du jeu. Le studio a plusieurs leviers à sa disposition, par exemple en atténuant l’effet de certaines taxes ou en rendant les quêtes plus lucratives. Mais encore faut-il savoir lesquels actionner, pour ne pas aggraver la situation.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo