Un patch correctif du nouveau jeu Zelda a été mis en place par Nintendo, mais les joueurs et joueuses veulent continuer d’exploiter une faille afin de démultiplier leurs objets. La bataille contre la mise à jour fait rage.

« Mon mari a dit à nos enfants de ne pas mettre à jour notre Switch. Devinez ce qu’ils ont fait ? Désormais, on ne peut plus être une famille de tricheurs, comme Dieu le voulait. » Sur le groupe Facebook privé The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom, la publication d’Adrianna a obtenu une centaine de réactions amusées.

Depuis le 25 mai 2023, les témoignages similaires s’accumulent. Pourquoi les joueurs et joueuses de Zelda: Tears of the Kingdom (TOTK) se montrent-ils si réfractaires à la mise à jour de leur nouveau jeu préféré ? Parce qu’en chaque gamer malicieux se cache un petit lutin malin, avide de petites astuces et friponneries en tout genre…

Les fans en question cherchent en fait à éviter l’installation automatique d’un patch de correction du jeu, qui met fin à une faille qui permet de dupliquer les objets. Ce contournement n’est évidemment pas autorisé dans le gameplay pensé par les développeurs du jeu ; il s’agit d’un « glitch », comme il en existe souvent dans les jeux vidéo. L’exploiter peut s’avérer très utile, car multiplier les bons objets permet de récolter beaucoup, beaucoup d’argent.

Le diamant brut, par exemple, se revend 500 rubis pièce auprès des marchands, ce qui est une somme considérable dans l’écosystème du jeu TOTK. Un internaute a montré comment, avant le patch du 25 mai, il était facile de doubler sa mise, en un seul petit saut de paravoile bien maitrisé.

« Mon fils a mis à jour la console »

Depuis, c’est donc la course entre les (gentils) tricheurs et la mise à jour automatique des consoles. Sur les groupes de fans, nombreux sont ceux et celles qui cherchent à fuir la « version 1.1.2 », donnant lieu à des témoignages cocasses et beaucoup de camaraderie.

Un mème humoristique publié sur le groupe Facebook Zelda:TOTK
Un mème humoristique publié sur le groupe Facebook Zelda: TOTK
Un parent déconfit
Un parent déconfit après que son enfant a mis à jour la console Nintendo Switch sans son accord.
"J'avais le Wifi éteint et les mises à jour éteintes et ça s'est quand même mis à jour quand ma fille a joué !"
« J’avais le Wifi éteint et les mises à jour éteintes et ça s’est quand même mis à jour quand ma fille a joué ! »

« Si vous appréciez le glitch de duplication, faites bien attention à avoir votre Switch déconnectée d’internet. Ils vont installer un patch sans notification », avait prévenu un internaute quelques jours avant la fameuse mise à jour. Bien sûr, la méthode reste très artisanale, voire court-termiste, mais elle peut servir encore à quelques fripons, le temps d’accumuler de nombreux rubis, avant de devoir jouer comme tous les autres mortels.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !